Un appel au secours parmi tant d'autres !

A mon ami du Sénégal, directeur -courageux, mais désemparé- d'une maternelle au cœur de la brousse

‌Cher Abdou,

La lecture de votre mail me serre le cœur : nous pensons sans cesse à vous et à nos autres amis sénégalais, et nous savons bien que l'absence de touristes appauvrit, plus encore qu'en temps normal, et dramatiquement, tous vos compatriotes.

Ce mail, le voici, pour ceux qui liront cet article :

BONJOUR MES AMIS,

J'ESPÈRE QUE LA SANTÉ ET AU BEAU FIXE ?

DE NOTRE CÔTÉ, ON SE BAT POUR NOTRE EXISTANCE.

HIER, LES ENFANTS ONT RATÉ MARDI GRAS GRÂCE AU DÉCÈS D'UN JEUNE MAÇON DU VILLAGE MORT DE MANIÈRE SUBITE.

CETTE SURPRISE A CRÉÉE PSYCHOSE ET TRISTESSE CHEZ LA POPULATION.

DU RESTE, JE ME BATS POUR UNE BONNE MISE EN ŒUVRE DES ENSEIGNEMENTS /APPRENTISSAGES D'UNE PART ET DE LA CANTINE D'AUTRE PART.

PLUS DE VISITEURS, 

VOUS ÊTES SEULS À ME SOUTENIR. 

UN GRAND MERCI. 

CORDIALEMENT 


Avec tristesse, j'entends votre appel au secours, et derrière vos mots, j'imagine la détresse de toutes ces familles des villages de brousse, en particulier, qui ne peuvent subvenir correctement aux besoins de leurs enfants, comptant sur votre cantine bien modeste pour les alimenter a minima, et je suis malheureux de ne pouvoir vous aider autant que je le souhaiterais.

Mais je suis, aussi, furieux contre nos technocrates européens et leurs décisions imbéciles et égoïstes ; Je m'explique :
La pêche est, avec le tourisme, une activité économique primordiale pour votre pays, et, jusqu'ici, je pensais que la Chine, et sa surpêche au large de vos côtes, était la seule à affamer vos pêcheurs, en réduisant sans cesse la principale et indispensable ressource en nourriture de la population.

Mais j'ai appris récemment que ce sont les bateaux européens, NOS BATEAUX !, qui viennent à présent, eux aussi, épuiser vos ressources halieutiques, ajoutant la faim à votre dénuement permanent.
Car ce sont nos "très intelligents" politiques qui ont pondu cette solution apportée à la dette sénégalaise : "on efface votre ardoise contre l'autorisation de {sur}pêche dans vos eaux" : accord entériné, sans broncher, par vos propres dirigeants, ignorants ou indifférents.

Conclusion : Vos pêcheurs, obligés d'aller toujours plus au large, ne ramènent que des filets vides, et, désespérés, ne songent plus qu'à rejoindre des "Eldorado" de pacotille, en prenant des risques de noyade insensés, et trop souvent avérés.

Comment peut-on avoir autant de mépris pour arriver à proposer un tel marché de dupes ?
Il faut être dans un beau bureau capitonné, à Bruxelles ou Strasbourg, rassasié d'un repas qui pourrait, au Sénégal, nourrir une famille complète toute une journée !

Raisonnement imbécile et indécent de politiciens et technocrates dénués de toute empathie envers des pays déjà au bord de l'asphyxie économique !

Pendant ce temps, de votre côté, avec l'amour de votre métier et votre abnégation, vous tentez chaque jour, sans toujours y parvenir, de fournir une simple portion de riz à chacun de vos petits élèves : portions de survie très aléatoires, vus vos infimes moyens !

La bêtise et la méchanceté de ce monde me révolte, et je suis d'autant plus admiratif de votre courage à vouloir améliorer le sort de ces adorables gamins, dont les étincelants sourires ne peuvent qu'émerveiller ceux qui les reçoivent !

Voilà, je voulais par ces mots vous encourager, s'il en était besoin, à tenir encore et encore, en dépit de tous ces obstacles que mettent sur votre chemin un système économique mondial sans scrupules, et comme pour corser un peu plus les choses, la pandémie récente -et ses dégâts annoncés-.

Pour terminer ce courrier, je souhaiterai que vous me donniez votre accord afin que je poste ce mail sur MEDIAPART, un site d'information indépendant : quelques lecteurs abonnés à ce site pourraient ainsi me lire et connaître vos tourments.
Et certains, émus par cette insupportable situation, pourraient alors souhaiter que je leur communique vos références, afin de se joindre à moi dans cette aide définitivement trop insuffisante, mais évidemment toujours bienvenue.

Quoi qu'il arrive, dans 2 à 3 jours, je vous fournirai le no qui vous permettra un retrait dans un bureau WU.
 
Ma femme et moi vous saluons très amicalement, ainsi que vos proches

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.