frodon34
photographe professionnel artisanal, technicien d'aide à l'informatique, romancier
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2019

Retour vers le passé

Un fois de plus une réflexion sur le passé

frodon34
photographe professionnel artisanal, technicien d'aide à l'informatique, romancier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour les Amis, vous allez bien ?

Je pensais vous parler de l’aventure de FF….

Je pense que je vais encore reporter cette anecdote qui ne tiendra pas un chapitre… Mais promis, cela figurera dans ce deuxième livre.

Je vais vous parler des réflexions que je me portais pendant que j’attendais les résultats du scanneur que j’avais fait une heure avant.

En effet, c’est le jour du contrôle pour savoir si je vais toujours aussi mieux… Même si je suis confiant, j’ai toujours peur, même si le scanneur n’a pour moi révélé quoique que cela... Mais, je ne suis pas médecin…

Cependant la prise de sang, effectuée, il y a quelques jours auparavant (je sais les lire, désormais), étaient bonnes…

La semaine, auparavant, j’avais fait un stage très interessant, me confrontant avec 10 artisanes très jolies, une photographe professionnelle (beaucoup plus que moi) et votre serviteur…

Ce stage de 2 jours fut par moment très intéressant, mais il fut relativement inégal, et je me suis fait recadrer de nombreuses fois. Il faut dire que pour rentrer dans mon univers, il faut quelques clefs et je suis avare d’explications…

Pour moi, être photographe/écrivain (je n’arrive pas à dissocier c’est 2 activités) est une gageure journalière.

Déjà, et je suis bien embêté, il faut et c’est normal demander l’autorisation de prendre une photo. Cela me gêne beaucoup et je vous donne mon explication… Le fait de demander auparavant, c’est que je retire toute la magie d’une photo et à mon avis toutes les photos de guerre sont fortes et Depardon, n’a demandé à personne pour faire cette photo… Ni la photo de la petite Vietnamienne et qui a joué un très grand rôle dans l’arrêt des bombardements monstrueux fait au Vietnam (la pauvre a souffert mais cela a été un révélateur et a participé à l’arrêt de ce génocide)

Oui, je sais, j’ai les chevilles qui enflent pour oser me comparer à de si grands photographes mais, heureusement, je n’ai que pour but, de montrer, le bonheur de chaque instant, d’être le témoin de notre civilisation…

Pour l’instant, et nous avons encore de la chance, c’est de pouvoir démonter que les petits bonheurs soient à notre porte et qu’il suffit d’ouvrir les yeux pour profiter de chaque instant car ils ne reviendront jamais…

Alors c’est dur, de demander l’autorisation, car ce sont des moments fugaces, des moments d’éternité qui ne durent que quelques secondes…

Quand je suis sur mon vélo, outre le plaisir de pédaler c’est de regarder tout autour de moi, d’humer l’instant, car depuis que je suis revenu de l’enfer de cette maladie, je ne peux plus le dire que j’ai le temps….

Alors, je photographie, matin, midi, et soir… C’est une thérapie (ce sont des excuses comme d’autres). J’essaie de magnifier tout ce que je vois, car tout est beau… Il suffit de le vouloir… Parfois, je me fais piller et je râle mais le plus injuste, c’est certains trouvent normal de ne pas payer un contrat que j’effectue… Moi, je ne peux pas travailler sans être payé et vous ??

Mais trêve de bavardage… Revenons à mon sujet du jour : les commentaires des journalistes sur le mondial de rugby au Japon…

J’aime ce sport au-delà du raisonnable…

Plus que le mondial, pour les manchots, qui se roulent à terre après le moindre contact, ce sport est un résumé du combat honnête entre deux clans…

C’est bien que TF1 ait pu avoir cette exclusivité, mais à cause de ceux-ci, j’ai détesté tous les commentaires lénifiants et insupportables de cette chaîne…

Là, je nuance un peu (il ne faut pas exagérer), c’est plutôt de l’incompétence même ces commentateurs sont de bonne volonté… Enfin, je ne vais pas trop épiloguer…

Je ne suis pas chauvin ! et grâce à cette chaine de télévision, je ne suis pas prêt de l’être !...

J’ai le plaisir de regarder mon sport favori et des pseudo journalistes essaient de gâcher mon plaisir !!....

Même, si je peux essayer de leur pardonner, car ce ne sont que des pingouins !! (je suis désolé pour ces honorables oiseaux…)

Peut-être est trop difficile pour eux que l’on puisse s’amuser avec les mains ??

Une fois, cette parenthèse faite, je vous convie de revenir à nos moutons si on peut s’exprimer ainsi…

Faire une photo, écrire, sont devenus pour moi, une obligation existentielle….

En ce moment même, où je vous écris frénétiquement, je suis en attente des résultats du scanneur trimestriel qui sera, je l’espère sera normal…

Là, je triche un peu, car entre le brouillon (oui j’écris un brouillon (j’en ai besoin il me semble)), j’ai pu voir mon oncologue et mon chirurgien... (ils seront dans mon tome 3 ou pas (il faudrait que je finisse le tome 2 (lol))) ; je « mitraille » à tout va… Certes, ce ne sont que des images venant de mon IPhone et je ne suis jamais sûr du résultat….

Car, à chaque instant de cette nouvelle vie, que l’on m’offre, et que j’espère longue et

passionnante (Mektoub (c’est un des rares mots que je comprends)), je prends un plaisir colossal à faire les 2…

Donc, je continuerais à faire des photos et d’écrire, tant que je pourrais tenir un appareil photo et me servir d’un clavier d’ordinateur (il vaut mieux oublier l’écriture manuelle (j’ai du mal à me relire (c’est un comble))), tout ce qui me passionne et tout le monde qui m’entoure tel qu’il est… (j’ai du travail !!)

Je sais que ‘est loin d’être parfait, car j’écris comme je pense et souvent mes idées se bousculent dans ma pauvre caboche et j’a du mal parfois à mettre tout ces idées en forme… (merci à toi Émilie)

Je suis une éponge et je rends tout ce j’absorbe et ce seras ainsi…. Je n’ai pas la qualité d’un écrivain et j’en suis complétement conscient…

J’aurais voulu, assister au salon de la photo à Paris, mais je n’ai pas eu assez de miles et je suis gros gens comme devant….

Allez, je craque :  je vais conter pourquoi Fabrice a été surnommé Faboulus…

C’est une petite anecdote qui fait un grand retour vers le passé et après je reprends ma marche en avant…

Lors d’un repas, que l’on faisait avec ma « bande », Fabrice a été invité et pendant le repas, il nous a avoué qu’il avait des dons sur la cartomancie et il nous a fait une démo…

Eh bien, il a eu tout juste devant nos yeux ébahis et c’est toujours assez fort…. D’où le sobriquet de Faboulus….

D’ailleurs mon correcteur insiste sur cette anecdote et pour une fois je suis d’accord avec lui...

Voilà vous savez tout…

Il est pour moi, de vous laisser mes Amis, et avant de conclure par la formule consacrée, je me suis rendu compte que cela fait déjà un an que je vous raconte toutes ces carabistouilles…

Cela ne nous rajeunit pas... Enfin c’est la vie et je suis heureux de pouvoir encore vous écrire…

Ce sera tout aujourd’hui, Folks, prenez soin de vous…

A suivre ??

GHL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard
Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony