L'autisme en débat 3

Le Ministère de la santé, la Haute autorité de santé, nous assènent des " vérités " qui imposent leurs visions de l'autisme. Or, dès que l'on commence à enquêter on s'aperçoit que ces " vérités " sont loin d'être " vraiment vraies ".

 

Beaucoup de choses encore ont été affirmées lors de ce débat tendancieux. Il n'est pas possible de les reprendre toutes, et donc nous nous contenterons d'une remarque lancée par la représentante du Ministère de la santé, qui en appelait à la Haute Autorité de Santé pour décider des méthodes qui devraient désormais être utilisées dans les établissements recevant des autistes. Des méthodes, bien entendu, validées par LA science, ce qui, tout le monde l'aura compris, n'est pas le cas de la psychanalyse.

En 2010, a circulé dans toutes ces institutions un document validé par la Haute Autorité de Santé,et intitulé : « État des connaissances sur l'autisme etautres troubles envahissants du développement ». Tout le monde a pu en prendre connaissance.

Après une brève exploration de l'autisme, tendant, bien entendu, à le présenter comme un handicap et non comme une maladie, le texte concluait par ces quelques mots : « À ce jour il n'a pas été trouvé de cause unique à l'autisme. Il est probable que plusieurs causes différentes entraînent le développement des signes de l'autisme. Les recherches actuelles suggèrent fortement qu'il existe des bases neurologiques et génétiques. L'idée selon laquelle l'autisme trouverait son origine dans des troubles de la relation mère-enfant est maintenant abandonnée. »

 

Reprenons en détail ce qui est affirmé ici. Étonnons-nous d'abord de cette étrange formule : « développement des signes de l'autisme », comme si l'autisme était distinct de ses signes ! En fait, cela n'est certainement pas anodin, car la tendance actuelle vise précisément à dresser des catalogues de signes, en oubliant que l'on a affaire avant toute chose à un être qui souffre et qu'il faut entendre dans son entier.

La phrase suivante, « Les recherches actuelles suggèrent fortement qu'il existe des bases neurologiques et génétiques. » n'ose pas l'avouer, mais laisse entendre à demi-mots ce que nous avons déjà développé plus faut, c'est-à-dire que rien, dans ce domaine n'a été prouvé et que l'on se contente donc de « suggérer ». Nous l'avons dit, on a pris la décision de tourner le dos aux théories psychanalytiques, et l'on essaie d'obliger tout le monde à regarder ailleurs, même s'il n'y a rien à voir. Hélas, c'est là-dessus que des parents ou des institutions se fondent pour décider du sort de leurs enfants ou de leurs patients.

Reste la dernière phrase : « L'idée selon laquelle l'autisme trouverait son origine dans des troubles de la relation mère-enfant est maintenant abandonnée. » La Haute Autorité de Santé ne nomme pas la psychanalyse, mais tout le monde a compris qu'il s'agissait d'elle, et l'image de la « relation mère-enfant » est agitée comme un épouvantail pour décrédibiliser la chose freudienne, car elle renvoie à ce fantasme qui circule partout, et qui prétend qu'elle culpabiliserait les mères en les rendant responsables de la maladie de leur enfant. Ce n'est qu'une invention, un préjugé inventé de toutes pièces par la rumeur publique, pour, encore une fois, disqualifier la psychanalyse.

En outre, elle laisse imaginer que plus personne ne défend de telles conceptions dans les institutions ou dans les cabinets privés, et que donc, les psychanalystes ont disparu. Voyons ce qu'il en est réellement.

 

Il existe plus de huit mille psychanalystes en exercice en France, dont une très grande partie travaillent dans des structures, des instituions qui dispensent des soins. Il convient d'ajouter à ces professionnels, tous ceux, psychologues, psychiatres, qui, bien que n'étant pas psychanalystes, utilisent la méthode, et conduisent les projets thérapeutiques dans cette direction. Il ne faut pas oublier non plus tous les personnels éducatifs, paramédicaux, qui ont fait une analyse personnelle, ou sont convaincus de la pertinence de cette approche, et fonctionnent donc dans cette optique. Un rapide calcul permet de constater que ce sont ainsi plusieurs dizaines de milliers de professionnels, c'est-à-dire la très grande majorité de ceux qui exercent dans les institutions accueillant des autistes, qui sont convaincus que l'origine de l'autisme est à trouver du côté des troubles affectifs et psychiques précoces.

 

 

 

La Haute Autorité de Santé sait très bien que dans ces établissements il y a plus de psychanalystes, ou de professionnels y faisant référence et utilisant ses méthodes, que de spécialistes d'autres approches, qui sont en très petit nombre. Il existe même des institutions entièrement dédiées à des prises en charge psychanalytiques. C'est ainsi le cas du centre Jean Favreau qui, en 1953, a voulu rendre la cure psychanalytique accessible à tous. La demande est devenue tellement importante, que plusieurs services offrant une prise en charge psychanalytique gratuite ont été créés ces dernières années, sur ce modèle. Ainsi, depuis 1991 a été mis en place le « Réseau pour la psychanalyse à l'hôpital ». En 2011 le centre hospitalier Sainte-Anne (dont un grand nombre de pavillons sont dirigés par des psychanalystes) a ouvert un « Institut hospitalier de psychanalyse », en même temps que la « Libre Association Freudienne » commençait ses consultations gratuites. La même année, à Sceaux, la clinique Dupré, entièrement consacrée à la psychanalyse, forte de son succès, s'est dotée du « Centre de psychanalyse Henri Danon-Boileau », où une dizaine de psychanalystes proposent des traitements gratuits aux étudiants.

 

Les théories freudiennes ne sont à l'évidence pas mortes, et donc, forcément, elles s'enseignent, et pas seulement dans les instituts de psychanalyse – qui, au passage, forment sans cesse davantage de psychanalystes – mais dans les universités. Ainsi à Paris les facultés qui dispensent un enseignement de la psychologie, ont un département consacré à la psychanalyse, quand elles ne s'inscrivent pas pleinement dans son courant. Il en va ainsi des universités René Descartes, Denis Diderot, Vincennes-Saint-Denis, Nanterre ou Paris-Nord. Quant à la Sorbonne, elle a intégré l'enseignement de la psychanalyse aux études de philosophie.

 

C'est dire que la psychanalyse est très vivante, qu'elle est particulièrement active et qu'elle est parfaitement reconnue. Mais, du coup, c'est constater que la Haute Autorité de Santé nous ment éhontément. C'est tout simplement scandaleux. Un ministre s'autoriserait le dixième de cela, on réclamerait, et on obtiendrait, à juste titre, sa démission.

Comment les familles peuvent-elles se repérer là-dedans ? Quel secours peuvent-elles attendre ? Quel respect ? Et quel travail est possible avec elles quand elles ont affaire à une équipe d'orientation psychanalytique, et qu'elles sont convaincues par la Haute Autorité de Santé qu'il s'agit là d'une approche dépassée et néfaste pour leurs enfants ?

Les mensonges de la Haute Autorité de Santé ne sont pas que de simples contre-vérités, ils sont des crimes, au sens où elle sait bien que les parents désemparés ont besoin de repères, de modes d'emploi, et qu'elle les décourage de faire appel à des moyens efficaces, ou même d'accepter que leurs enfants intègrent une institution, même si c'est leur désir, dès lors qu'elle est d'obédience psychanalytique.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.