Humain Un

Faire d’une faiblesse une force, concept que je rencontrais au bar d’un café lorsque mon interlocutrice me dit que je lui faisais penser à son oncle docteur du tao. J’achetai le Tao te King, le lu et découvrit la pensée rafraîchissante de Loa Tseu dont ce concept, faire d’une faiblesse une force, se tenir dans la position basse, c’est celle qui attire à elle comme le fond d’une coupe. J’y trouvais aussi une forme de pensée qui me ramenait au bouddhisme zen et celui du petit véhicule (qui a malheureusement disparut) que j’avais côtoyé lors de ma quête mystique lorsque j’avais une vingtaine d’années. Surtout, j’y trouvais développée son une forme qui me conviens cette idée de relation entre toutes, tous et tout, que nous faisons partie d’un tout plus grand et qui nous dépasse.

 

Tout ne peut être singulier ni sexué, le neutre existait en français, il en reste quelques traces.

Le neutre s’est confondu avec le masculin, et si c’était le masculin qui était devenu neutre dans sa volonté de globaliser ? D’estomper les différences, d’aplanir les rugosités, le « je » masculin dominant et membré, norme et idéal, qui se « neutralise » pour pouvoir assujettir le plus de mots possibles, ce serait amusant. Un serpent qui se mordrait la queue (!).

 

 

Historique,

Numérique,

Electrique,

Climatérique,

Théorique,

Hystérique,

Rhétorique,

Homérique,

 

Référendum d’initiative citoyenne.

 

Je pense ne pas mesurer à sa juste valeur, à son niveau réel, l’aveuglement qui semble toucher la quasi-totalité de nos « dirigeants », cette classe possédante qui s’est développée en remplacement de la féodalité décapitée. Elle a ses codes, son entre-soi (surtout). On a compati aux problèmes du possédant faisant travailler une partie de la population, et puis de moins en moins à mesure que l’inégalité se fait plus évidente, plus affirmée. Lorsque les soucis dudit possédant, monsieur le baron, qui avait dut se priver de vacances bien méritées avec sa famille et ses amis au ski l’hiver dernier a fait pâle figure face à la détresse de familles privée de moyen de subsistance. Caricatural ? Schématique ? Un peu et oui assumé en ce que ce me semble parler à tout le monde et que cela éclaire mon sujet. Des semaines à s’entendre répondre « il n’y a pas d’interlocuteur » ou, pire, il n’y a pas de revendications. Peut-on être plus sourd ou plus aveugle ?

Confère mon poème slammé minimal ci-dessus.

Faut développer ?

 

Je rêve d’entendre défiler en scandant « Liberté » « Egalité » « Fraternité » et moins de slogans négatifs, ce mouvement qui s’est construit contre au tout début a découvert des valeurs positives inespérées ce qui peut expliquer le changement ultra rapide des revendications. On se réunit pour nos sous on parle pas de politique, on est pas forcement d’accord, on trouve le ppdc, le Ric, au moins si t’es pas d’accord tu pourras le dire et moi aussi, on s’est rencontré autour d’un rond-point, on est plus anonymes, il a des idées de merde mais c’est un brave gars, on peut faire des trucs ensemble… Et ça dure et c’est beau.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.