fsoulabaille
Auteur
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2011

Francis Dupuis-Déri, je suis féministe mais je ne rentre pas dans tes cases.

fsoulabaille
Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lettre à Francis Dupuis-Déri

Dans un article, disponible ici http://www.erudit.org/revue/rf/2008/v21/n1/018314ar.html, Francis Dupuis-Déri considère que « cinq hypothèses permettent d’expliquer au moins partiellement le choix et l’engagement proféministe de certains hommes : 1) un désordre d’identité sexuelle; 2) une éthique égalitariste; 3) l’affection à l’égard des femmes; 4) l’intérêt et la recherche d’avantages; et 5) l’influence du féminisme. »

Si son argumentaire semble complet et plein de bon sens, il reste qu’il m’a laissé perplexe. Doit-on considérer que seules ces 5 hypothèses méritent d’être retenues ? N’est-il pas possible d’en envisager d’autres ?

Par ailleurs, ces hypothèses le conduisent à reconsidérer la pertinence des engagements qui en découlent. « Malgré leurs bonnes intentions, l’engagement des hommes proféministes recèle toujours un potentiel problématique pour des féministes et que c’est le rapport de force créé et entretenu par des féministes qui pousse des hommes à se dire proféministes et qui limite les effets négatifs de leur engagement. »

Il en irait donc des hommes comme des êtres non réfléchis, qui seraient féministes par opportunisme où par obligation sociale, avec un pouvoir de nuisance potentiel ou avéré et qu’il faudrait surveiller en quasi permanence.

Francis Dupuis-Déri va plus loin encore quand il considère que « Quant aux quelques hommes proféministes, il serait sans doute préjudiciable qu’ils se regroupent et agissent collectivement, car le rapport de force des féministes à leur égard serait alors moins avantageux ». Il nie ainsi toute légitimité aux hommes de confronter leurs idées, leurs opinions féministes, ne leur permettant pas alors de progresser et de s’améliorer.

Il conclue par « Les féministes devraient donc se méfier des hommes proféministes et se donner des mesures pour se prémunir contre leur influence néfaste. ». Francis Dupuis-Déri a-t-il réellement servi la cause féminsite en écrivant cet article ? N’a-t-il pas, au contraire, agit dans le sens contraire de ce qu’il serait utile d’envisager ? Les femmes devront donc encore longtemps considérer les hommes commes des ennemis ou de potentiels nuisibles ?

Aux 5 hypothèses de Francis Dupuis-Déri, je souhaite ne ajouter 2 autres : 1) la capacité d’empathie ; 2) l’estime de soi

La capacité d’empathie :

Dans aucune des cinq hypothèses de Francis Dupuis-Déri il n’est envisagé que l’homme féministe ne ressente à l’égard des femmes, victimes des hommes, une éventuelle empathie. Une capacité à ressentir ce qu’elles ressentent. Francis Dupuis-Déri semble considérer qu’un homme, lorsqu’il s’engage dans un combat, ne le fait que parce qu’il y trouvera un avantage en retour. En aucun cas, il ne lui semble possible qu’un homme puisse s’engager pour une cause dont l’éventuelle victoire ne lui apportera rien. Pire même, qui lui sera néfaste lorsqu’elle aboutira.

L’estime de soi :

Qui, devant une injustice dont il a conscience et contre laquelle il est en mesure d’agir, ne le ferait pas s’il ne souhaite pas ensuite lutter contre lui-même et une potentielle mauvaise conscience ? Un combat politique ou philosophique doit-il toujours être mené par les victimes d’un oppresseur sans que certains des oppresseurs n’aient le droit légitime de quitter leur rang pour rejoindre celui des victimes ?

A Francis Dupuis-Déri je pose une simple question : Quel but recherchez vous en amenant ainsi au sein de la réflexion féministe, à un moment de son histoire où, enfin, des hommes les rejoignent de façon évidente et active, une suspicion sur leur motivation et leur légitimité.

Si vous aviez été là en 1848, auriez vous nié à Victor Schoelcher toute légitimité pour combattre et faire abolir l’esclavage ?

De même, comment expliquer l’engagement associatif ou politique de la plupart des écologistes, autrement que par une prise de conscience, une estime de soi, une empathie avec les victimes, toutes les victimes, des erreurs de leurs contemporains ?

La réponse que j’imagine de Francis Dupuis-Déri est dans le « au moins partiellement » de sa présentation. Il lui sera aisé de dire, que certes oui, mes deux hypothèses sont également plausibles, mais les siennes également. Ce qui me semble, personnellement un biais délibéré de raisonnement. Afin de valider sa conclusion, Francis Dupuis-Déri a choisi de limiter ses hypothèses à celles qui lui correspondent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart