La plupart du temps "anonyme" est une femme... noire. (Pierre Rabhi et le colibri #3)

A la recherche de l'origine amérindienne du "conte du colibri" cité par Pierre Rabhi, je découvre qu'elle est peut-être bien japonaise et qu''au passage une femme, Wangari Maathai, militante écologiste et féministe africaine, prix Nobel de la Paix 2004, a été rayée de l'histoire

Le conte du petit colibri qui "fait sa part", raconté par Pierre Rabhi dans son livre La part du colibri, publié en 2006, comme étant "une légende amérindienne", est mentionnée en 2007 sur la page d'un activiste Éthiopien, qui la présente comme une histoire racontée par Wangari Maathai, une militante écolo et féministe africaine, prix Nobel de la Paix en 2004, laquelle aurait appris cette histoire d'un universitaire japonais.

http://almariamforthedefense.blogspot.fr/2007/03/hummingbird-and-forest-fire-diaspora.html?m=1

"This morality tale takes after the simple story of the hummingbird, once told by Dr. Wangari Maathai, the Kenyan environmentalist and 2004 Nobel Prize laureate for peace. She had heard the basic story line from a professor in Japan on one of her trips there."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.