fsu

fsu

Syndicat de la Fonction Publique.
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2022

fsu

fsu

Syndicat de la Fonction Publique.
Abonné·e de Mediapart

Réforme de la PJ, un enjeu syndical majeur

La réforme de la Police Nationale entreprise par le Ministre de l’Intérieur est une grave remise en cause des métiers de la police et présente des dangers pour la sécurité des Français.

fsu

fsu

Syndicat de la Fonction Publique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La réforme de la Police Nationale entreprise par le Ministre de l’Intérieur est une grave remise en cause des métiers de la police et présente des dangers pour la sécurité des Français.

Nous mesurons combien les missions de la Police Judiciaire sont essentielles : de la résolution des affaires criminelles les plus complexes à la lutte contre la criminalité organisée, la lutte contre le terrorisme et contre le blanchiment d’argent, ces procédures risquent de passer au second plan alors que l’on connaît le danger potentiel que cela représente pour la France et ses citoyennes et citoyens.

Et au-delà de la PJ, ce sont tous les services (Police Aux Frontières, renseignements…)  qui risquent  d’être utilisés très régulièrement pour lutter contre les points de deal, contre les rodéos urbains, etc, au détriment de leurs missions originelles.

La départementalisation va entraîner mutualisation des services et des moyens matériels et humains, avec son cortège de désorganisations, souffrances au travail et donc de pertes d’efficacité à court et moyen termes.

Par ailleurs, avec 10 000 agent-es de plus à recruter et une présence accrue des effectifs de police sur la voie publique annoncée, le risque est grand de voir les permanences locales des commissariats débordées et de devoir convoquer en renfort les effectifs de la Police Judiciaire pour les suppléer, au profit d’une politique du chiffre à visée médiatique et au détriment des enquêtes approfondies au long cours.

La remise en cause de l’indépendance des pouvoirs :

Le placement de tous les services de police sous la tutelle du Préfet, personnalité éminemment politique, pose la question de l’indépendance des pouvoirs : alors que jusqu’à présent, seul le Procureur de la République disposait de l’opportunité des poursuites en matière judiciaire, le risque est grand de voir des affaires sensibles être écartées des priorités de la PJ pour être réorientées vers des missions plus banales et moins délicates pour le pouvoir en place quand elles concerneront des élu-es ou des personnalités du monde des affaires.

Sous prétexte de déconcentration des services et de recherche de plus de transversalité, toutes les questions de sécurité seront concentrées dans les mains d’une seule et même personne inféodée au pouvoir politique !

Un déni de démocratie !

La mise en place de cette réforme va impacter toute l’organisation de la Police Nationale et entraînera forcément des conséquences sur la sécurité des Français.

Cette réforme est d’ailleurs menée dans la plus grande opacité, par des décrets et des notes de service internes, sans aucune consultation du Parlement.

Elle rencontre une opposition croissante des personnels, de plus en plus visible publiquement, faute de prise en compte en interne. La FSU dénonce le limogeage arbitraire du directeur de la Police judiciaire du Sud suite à une manifestation du mécontentement des agent-es lors de la visite du Directeur général de la Police nationale.

Face aux difficultés rencontrées dans la mise en place de cette réforme qui est menée “à marche forcée” malgré les réticences des chefs de service de la Police Judiciaire et de magistrat-es, il est encore temps pour le gouvernement d’annuler ces réformes.

Les organisations syndicales dont la FSU ont des propositions pour une police du quotidien au service des citoyen-nes et une Police Judiciaire, experte en son domaine, au service de la Justice, le tout dans le respect des personnels qui se dévouent au quotidien pour protéger les personnes et les biens.

Les Lilas, le 19 octobre 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani
Journal
Seniors et chômage : l’âge est « un frein majeur » du retour à l’emploi
L’exécutif se montre déterminé à faire passer sa réforme des retraites et à repousser l’âge légal de départ de 62 à 65 ans. De quoi aggraver les difficultés des seniors au chômage. Les cadres, en particulier, sont souvent poussés hors de leur emploi sans possibilité de se reclasser.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : non, les élus mis en cause ne sont pas « comme les autres »
La majorité a octroyé la présidence du groupe d’amitié France-Liban à l’ancien ministre Damien Abad car il serait « un député comme les autres ». Comme pour le député LFI Adrien Quatennens, les partis politiques ne sont pas à la hauteur de #MeToo.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André