PALESTINE; ARAFAT héros d'opérette

                         Yasser ARAFAT « HEROS d’opérette »

                                 dans l’épopée tragique du peuple de Palestine !

 

 

 «  Arafat n’est plus que le héros dérisoire d’une résistance palestinienne qui a renoncé pour entrer dans l’ère d’une collaboration indigne » (Franz)

 

Si les chefs de l'Autorité Palestinienne se souciaient véritablement du bien-être de leur peuple, ils démissionneraient et ôteraient le masque à cette illusion de gouvernement et à celle d'un «État en gestation».(Gideon Levy)

 

 

 

 

Yasser Arafat, « grand héros » autoproclamé  de la résistance  palestinienne a eu « une autorisation de sortie » accordée par Ariel Sharon en échange de la « mise au frais » de quelques « terroristes » palestiniens et quelques autres menus services rendus à Israël, en attendant la reprise  d’une collaboration si juteuse et fructueuse pour IsraëlAprès avoir fait le dos rond dans ce qui restait de son Q.G de Ramallah, tout en proclamant qu’il allait en sortir en bravant l’interdit de Sharon, qu’il était prêt à « mourir », le voilà qu’il fait sa tournée des popotes accompagné de ses gardes du corps restés fidèles, dans un hélicoptère mis à sa disposition par la Jordanie. En s’arrêtant dans la basilique de la Nativité à Bethléem, il s’est livré de bon coeur aux embrassades rituelles avec les gardiens des Lieux Saints, à Jénine , tout en évitant d’entrer dans le camps des réfugiés palestiniens, il nous a refait son jeu de mot stupide avec un petit rictus de colère au coin des lèvres : « Ici, c’est Jéningrad », enfin à Naplouse, pour faire bonne mesure, en redressant son torse voûté par le poids de ses responsabilités ou peut – être même de ses trahisons il déclare que: « les Palestiniens sont prêts à sacrifier des millions de martyrs pour Jérusalem… » 

Après avoir ainsi donné ses gages de soumission et d'allégeance aux "Accords d'Oslo" aux Israéliens en empêchant les milices palestiniennes de se battre aux côtés des "terroriste" reprend  honteusement quelques versets de la propagande qui ne mangent pas  leur pain.…Les Israéliens pourront toujours publiquement imputer à Arafat le leadership de cette deuxième Intifada (alors qu’il n’a jamais cessé de la brider et au mieux de prendre le train en marche pour ne pas être largué) et lui demander d’y mettre un terme en liquidant les « extrémistes », en attendant qu’ils procèdent, le plus efficacement possible, avec le moins de dégâts par trop visibles, à la mise au pas du peuple de Palestine, son asservissement….

 

Quand il y aura-t-il quelqu’un pour mettre hors d’état de nuire Arafat et sa garde prétorienne d’opérette ? 

Non, non et non les Palestiniens n’ont aucune envie de se sacrifier, ils veulent vivre dans la dignité les armes à la main et chasser l’occupant ! 

 

 

Arafat nous avait pourtant fasciné dans un premier temps, après avoir pris en main en ses « troupes » de résistants  palestiniens pour livrer bataille à Israël, l’épisode de Karameh était resté en nos mémoires, et nous pensions qu’il allait s’engager résolument dans une résistance armée contre Israël

En février 1968, Moshé Dayan, alors ministre de la Défense d'Israël, déclare que la ville de Karameh est « un repaire du Fatah »[1].Le 18 mars 1968, une mine placée sur une route près d'Eilat tue un médecin et blesse une dizaine d'enfants. Le Front populaire de libération de la Palestine revendique l'attentat. Le soir du 20 mars 1968, les Israéliens attaquent par surprise, ne laissant pas mettre en place le plan palestinien établi quelques heures plus tôt. La bataille durera 15 heures. Si les bilans du combat divergent selon les sources. Cette bataille sera considérée comme légendaire dans le Monde arabe. Le Fatah gagne en popularité, et le nombre de ses partisans se multiplie !

Après ce haut et célèbre fait d’arme. Mené conjointement avec les »bédouins de l’armée jordanienne, les choses semblent bien se compliquer, et aux actions conjointes menées directement contre l’armée israéliennes vont se substituer une succession de guerre fratricides bien lamentables et surtout dommageables pour les Palestiniens de plus en plus abandonnés à leur triste sort, même par ceux, comme nous l’avons vu plus haut, qui comme Arafat, étaient censés « Détruire Israël » et faire « Triompher leurs Droits légitimes » Pour des raisons assez obscures et à nos yeux contraires aux stricts  intérêts des Palestiniens, en 1970 Arafat se lance dans l’aventure en Jordanie en guerroyant, contre Hussein de Jordanie qui voyait d’un mauvais œil l’emprise prise par les Palestiniens en Jordanie La réplique de ce dernier fut des plus cinglante et le bilan des morts et blessés fut des plus lourds, ce « massacre » est restée célèbre sous le nom de « Septembre Noir »,

 

Remarques

Durant ce mois de « Septembre Noir » le nombre des victime palestiniennes entre 3600, source jordanienne, et 10 000 tués, source palestinienne, et plus de 110 000 blessés. La masse des terroristes palestiniens ayant survécu vont se retrouver au Liban où va s’engager un autre épisode de cette lutte »fratricide » manipulée par Israël qui tire les marrons du feu en s’alliant avec la « droite libanaise »

En hommage, Arafat à cet évènement, Arafat met en place un groupe terroriste sous le nom de Septembre Noir qui aura été l’occasion d’un changement de tactique avec une succession de prises d’otages dont celui des Jeux Olympiques de Munich en 1971 (On peut noter que les « terroristes «  ont tous été liquidés par le Shinbeth à l’exception notable d’Arafat).Septembre Noir sera dissout en 1974 mais le terrorisme palestinien se poursuivra d’une façon sporadique avec des détournements d’avions, des prises d’otages qui confèrent aux organisations terroristes palestiniennes une réputation bien « fâcheuse » au point qu’elles sont amenées à y renoncer

 

En 1982, Arafat se retrouve mêlée aux confrontations du Liban suite à l’invasion israélienne menée par Sharon et Rabin qui sont, comme toujours  depuis 1967 à la pointe des combats menés par Israël pour « la sauvegarde de sa sécurité » c'est-à-dire l’extension de son  Lebensraum !


Cette aventure palestinienne se termine misérablement en 1983 à Tunis  où Arafat aura l’occasion de prendre le pouvoir du Conseil National Palestinien,, et d’échafauder avec « ses compagnons de combat » épargnés par les Services secrets israéliens, d’échafauder sa stratégie de paix qui  va commencer en 1988 à Alger par la reconnaissance d’Israël dans ses frontière de 1967,  qui sera suivie, le 13 décembre 1988 devant l’Assemblée générale des Nations unies à Genève, Arafat en appelle à une résolution pacifique du conflit israélo-arabe sur base des résolutions 181, 242 et 338 et rappelle le rejet par le Conseil national palestinien et par l’OLP de toute forme de terrorisme, [

En 1989 à Paris par une déclaration « triomphale » faite avec un large sourire :Yasse ARAFAT déclare « Messieurs les journalistes je déclare que la charte de l’O.L.P, qui prône le destruction d’Israël,  est caduque » , avec ses  « compagnons de lutte »  il va avoir droit en 1991 à un strapontin dans les premières « négociations de paix » initiées par les U.S.A à Madrid: qui vont se prolonger dans des « négociations secrètes » pour aboutir aux « embrassades » et à la signature « Accords d’Oslo » dont nous avons longuement soulignés toute  la nocivité !

 

A titre d’anecdote significative, nous ne pouvons nous empêcher de nous souvenir que lors de son embarquement pour Tunis, Arafat apparaît en premier plan à la télévision, avec son « sourire » et les deux doigts la main levée faisant le signe de la victoire, alors qu’il venait d’essuyer une cuisante défaite et qu’il n’avait pu sauver sa mise que grâce à des tractations diplomatiques intenses, menées tout particulièrement parla France. !

 

De 1994 à 2000 Yasser Arafat n’arrête pas de se faire tourner en bourrique d’abord par son « ami » Rabin, qui en échange de quelques lopins de terres concédés en « location provisoire et  surveillée»,( Monsieur Rabin cet Homme de Paix s’était permis de renforcer, en multipliant les check points, la surveillance des Palestiniens) et d’une promesse de collaboration active pour « mettre au frais les Palestiniens récalcitrants , l’avait autorisé à se faire élire Président d’un Autorité palestinienne dépourvue de tout pouvoir politique réel, el les autres dirigeants israéliens qui ont succédé à Monsieur Rabin : Barak et Sharon, n’ont fait qu’assurer la suite, telle qu’elle était prévue !

 

 

 

 

 

Arafat : «  petit cireur »

 

Arafat cire les godasses aux occidentaux et aux Etats arabes modérés et à ISRAËL Il pousse son zèle jusqu'à féliciter Bush pour "son pas en avant" par son soutien formel à la cause palestinienne, et applaudit les propos paranoïaques de ce Grand Guide des Peuples serviles, Grand Exterminateur des peuples rebelles qui ne lui renvoie, en fait, que du mépris  en refusant de le recevoir, alors qu’il n’arrête pas de faire des ronds de jambes à Sharon

Alors quand on lit les propos imbéciles (du genre Arafat = Hitler, Arafat veut détruire Israël...) des sionistes, les bras vous en tombent, et on ne peut qu'être inquiet pour l'avenir d'Israël et subséquemment de l'état d'esprit de la majorité des Israéliens qui soutiennent Sharon et son compère Pérès. Arafat a donné tous les gages de sa volonté d'accepter une capitulation honorable et on l'accuse de vouloir "détruire l'État hébreu".

L'État  hébreu serait-il assez sûr de lui, assez fou pour refuser cette capitulation en bonne et due forme et exiger que les Palestiniens se mettent à genoux pour bénir et remercier les Israéliens de leur accorder "un État Palestinien viable" sous les conditions d'existence et des frontières déterminées, quasi unilatéralement, par eux

Arafat est sans doute, par les temps qui courent, un homme fatigué et usé, un brin corrompu aussi! Mais toutes les humiliations que lui font subir les Israéliens et le George .W. Bush qui a refusé de le rencontrer et même de lui serrer la main, toutes les humiliations et exactions que font subir les Israéliens au peuple de Palestine constituent une menace pour la Paix au Proche Orient et sont aussi une menace sérieuse pour l'existence d'Israël.

 

Remarque

La lutte contre le "terrorisme" a encore de beaux jours devant elle. Il n'est pas sûr que Palestine vaincra, mais ce qui est sûr et certain que Israël, à moins d'exterminer tous les Palestiniens, ne pourra vivre en paix tant qu'il pratique sa politique de conquête coloniale, tant qu'il n'aura pas dégagé toutes les colonies dans les Territoires occupés.L'arrogance imbécile d'Israël, nous rappelle bien celle dela Francependant la guerre d'Algérie. Une France, qui menait des opérations de "pacification" musclées, était sûre de son bon droit et de sa victoire contre les "terroristes" rebelles. De Gaulle qui en 1958 avait pris le relais de Guy Mollet et de quelques autres Premiers Ministres dont le dernier fut Pflimlin, désignait l'ONU comme ce "Grand Machin", dont il se moquait avec une cinglante ironie. Les colons étaient tellement sûrs que l'Algérie était leur propriété et que le peuple algérien n'existait que dans la fantasmagorie des "ennemis" dela France. Lasuite et la fin de l'histoire tout le monde la connaissent

 Arafat fut, sans doute peut-être,  la dernière chance d'une paix avantageuse pour Israël, car ceux qui vont lui succéder seront forcément plus jeunes, plus exigeants, à moins qu'avec l'aide des U.S.A on arrive, (c'est à la mode aujourd'hui)  à mettre en place un gouvernement palestinien provisoire et fantoche, (Il ne faut pas oublier qu'il y a une minorité importante de Palestiniens prêts à collaborer et ramasser quelques miettes du "gâteau" que voudront bien leur laisser les Israéliens...) Mais cette solution, pas plus qu'ailleurs, ne pourra mettre en place une paix durable! On parle beaucoup de paix, mais elle nous paraît bien lointaine, car il ne suffit pas de l'appeler mais il faut bien la vouloir. Et tant que la majorité des Israéliens cultivent le sentiment d'insécurité et de peur paranoïaque ils se sentiront autorisés à réprimer le "terrorisme" c'est à dire la résistance du peuple de Palestine, d'où l'Impasse

Aux dernières informations, il se trouve qu'il y a en Israël des hommes et de femmes qui prennent conscience que le couple infernal Pérès - Sharon va tout droit au mur.

Par exemple, Ben Ami, secrétaire d'État aux Affaires étrangères dans le gouvernement de Ehud Barak propose de revenir aux dernières discussions de Taba qui, selon lui, plus que celles de Camp David avaient marqué un pas en avant vers la paix !

(Franz - Strasbourg - 17.11.01 17:09)

 

 

 

ARAFAT en « résidence surveillée » à Ramallah

 

Quelle misère!

Quelle misère de voir Arafat quémander un laisser passer pour assister à la célébration de la Nativité à Bethléem! Quelle intolérable arrogance que ce refus d'Israël de laisser sortir Arafat de son trou à Ramallah avant qu'il n'ait achevé ce que son "Maître et Seigneur" lui a ordonné: l'éradication de toute personne susceptible d'acte de résistance au colonialisme sioniste

Et pourtant, ce collaborateur patenté d'Israël fait de son mieux pour mater la résistance de son peuple avec l'aide de sa milice, dans l'espoir de recueillir les quelques parcelles de terres tombées de la table des "seigneurs" qui se prennent pour les seuls et vrais propriétaires de la terre de Palestine, parce que (selon la Bible) Yahvé a donné cette terre au Peuple d'Israël jusqu'à la fin des temps

Tant de mépris dépasse l'entendement de tout homme sensé et ne peut qu'engendrer de la révolte à l'égard d'Israël, mais à la réflexion ce refus s'inscrit dans une certaine logique biblique. Le message de Noël lancé, d'après les Évangiles, par les Anges de Dieu: "Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté", nous apparaît sous un angle bien significatif et lourd de sens théologique et politique.

Au fond, le message de "paix" proclamé le jour de la Nativité ne fait que reprendre les messages de "paix" lancés, de temps à autre par Yahvé dans l'Ancien Testament, et que les Juifs reprennent souvent comme une salutation d'accueil. Mais, il faut souligner que, cette paix est conditionnée par la soumission à la volonté de Dieu, elle n'est offerte qu'aux "hommes de bonne volonté ". On peut donc penser que le refus de laisser aller Arafat célébrer avec les chrétiens Noël signifie donc bien qu'il n'en est pas digne aux yeux d'Israël!Toute action allant à l'encontre de ce Diktat israélien s'impose comme le sursaut d'une résistance légitime à Israël (Nouvelobs Franz - Strasbourg - 17.01.02 19:47)

 

  La conduite du gouvernement israélien à l'égard d'Arafat est humainement ignoble et politiquement imbécile!!

Voilà un homme qui fait tout ce qui lui est humainement et politiquement possible pour "Collaborer" avec Israël dans l'espoir d'avoir son sucre d'orge:

- un "Etat palestinien" autonome pour lui et les siens

- la possibilité de pouvoir sortir de sa prison et de circuler sous la surveillance de ses geôliers

Arafat collabore dans l'espoir aussi que la soldatesque israélienne desserre son étau et arrête ses actes de représailles

Et pour toute réponse Israël poursuit sa route vers son destin promis par Yahvé: la reconquête de la Terre dans la bonne tradition biblique , en "dévouant par anathème" tous ceux qui osent s'opposer au dessein de Dieu, qui font de la résistance!!!

Ceux qui accusent Sharon et le traitent de tous les noms se trompent quelque peu en personnalisant ses actes!

D'abord Sharon est conscient de remplir sa mission, une mission historique pour la plus grande gloire d'Israël... et bon nombre d'Israéliens, la grande majorité, sont derrière Sharon! D'ailleurs Arafat coincé entre l'enclume ,(la résistance du peuple de Palestine)et le marteau, (TSAHAL dans ses pompes et dans ses oeuvres) s'il proteste contre les représailles israéliennes, il s'en prend tout autant aux résistants palestiniens...

Il faut souligner ici, que sur les lieux des crimes, les Palestiniens expriment leur colère, leur haine... et en Israël, il n'y a guère que la Ligue des Droits de l'Homme Israélienne, (une organisation qui , depuis la création d'Israël, a eu tout le temps, une position critique remarquable de dignité et de lucidité) et quelques "groupuscules gauchistes" pour qualifier les représailles de T.S.A.H.A.L de crimes contre l’humanité! (Ce qui n'est pas le cas d'Arafat, qui se contente de protester, de condamner les attentats tout autant que les actes de représailles) et ces mêmes personnes  qui ne manquent pas de critiquer les attentats « kamikaze »vont jusqu'à justifier les actes de résistance (attaques contre TSAHAL et les colons armés des territoires) des Palestiniens.

Cette minorité non seulement fait honneur à Israël mais encore empêchera, très certainement Israël de s'enliser dans les ornières du fascisme

 

Remarque

Je tiens à saluer ici, tout particulièrement Michel Warschawski, fils du grand rabbin de Strasbourg, qui  a entièrement approuvé la liquidation par le FPLP du ministre du tourisme, acte de résistance que Sharon veut faire payer chèrement aux Palestiniens, plus chèrement encore que les attentats contre des civiles israéliens...

A partir de ce moment, on peut donc, provisoirement conclure que Israël réagit à la manière des "nazis" quand un de leurs généraux s'était fait scratcher par la résistance! C'est, même à la limite pire, puisque Pétain n'était pas autant humilié que Arafat parce qu'il n'arrivait pas à juguler les résistants!

Il est assez cocasse de constater que nos organisations "gauchistes" continuent à appeler à la "négociation", à dénoncer simultanément les "extrémistes" palestiniens et les représailles israéliennes, à invoquer le plan Mitchell, et à ne pas tenir compte du changement de stratégie de la résistance palestinienne!

Ils ont vraiment bonne mine tous ceux qui nous expliquaient que les représailles israéliennes étaient une réponse du berger à la bergère; alors que depuis près d'un mois les Palestiniens s'attaquent à des objectifs militaires la représailles n'ont fait que s'amplifier!

Sans doute parce que ces actes de résistance sont vraiment une menace plus sérieuse contre l'occupant que les "attentats kamikaze" contre des civiles en Israël

(Nouvelobs permanent Franz - Strasbourg - 17.01.02 19:47)

 

 

Mépris et bêtise

Dans la gent sioniste mépris et bêtise se marient avec les plus beaux effets épistolaires
Arafat n’à jamais promis aux Palestiniens de reconquérir Israël et de s'installer triomphalement à Tel Aviv!

Arrêtez de parler de volonté d'éradication d'Israël par les Palestiniens, c'est vraiment du délire ainsi que toute cette campagne de presse menée par le CRIF pour dénoncer un regain d'antisémitisme!!!

Que les crimes contre l'humanité perpétrés dans les territoires occupés par Israël, en réponse aux actes de résistance d'un peuple contre l'Occupant commencent à chauffer les oreilles et à échauffer les esprits de ceux qui soutiennent la juste lutte du peuple de Palestine, qu'ils puissent dénoncer tous ceux qui soutiennent, en particulier le CRIF, les actes de représailles ignobles c'est bien normal!

Non, non et non, Israël ne peut bafouer les droits légitimes des Palestiniens au nom de son projet insensé et programmé de colonisation de la Palestine sans que les Palestiniens, après avoir sept ans tenté le coup de la négociation, reprennent les armes et s'attaquent à ceux qui entravent leur projet de création sur très exactement 22,7% du territoire de la Palestine au lieu des 43,5% attribués par le plan de partage!!

 

Messieurs, les sionistes

Arrêtez de prendre les gens qui ne pensent pas comme vous, pour des imbéciles ou d'affreux antisémites...

Arrêtez de fabuler et de véhiculer votre propagande éculée.

Est ce trop vous demander que de réfléchir ?

Il devient de plus en plus clair qu'à force d'être méprisés, les peuples se révoltent!
Et comme je le soulignais dans un autre message,  messieurs les sionistes, les Palestiniens    (mis à part les indics et les collabos) et ceux qui soutiennent leur lutte de libération nationale ( pour moi cela fait plus de trente ans que je milite avec mes écrits) vous « remercient » pour leur sollicitude,  votre compassion misérable, et sachez que le départ programmé des Israéliens des territoires occupés serait sans doute un grand jour de fête pour les Palestiniens et les prémices d'une paix équitable!

Bien sûr les gens du peuple d'Israël ne souhaitent pas la guerre, mais tout au long de l'histoire on peut constater qu'ils se lancent dans la guerre sous l'impulsion de leurs dirigeants au nom d'un projet de conquête masqué, concernant Israël, par des discours sécuritaires !!
Bien sûr, les gens du peuple de Palestine aspirent à vivre en paix mais ils ne veulent pas sacrifier leurs droits sur l'autel du projet sioniste sur la Palestine, clairement explicité par Yosef Weitz, Directeur du Fonds national juif en Palestine, début des années 40 et confirmé par d'autres dirigeants sionistes comme Ben Gourion et mis en oeuvre depuis cinquante ans!!

PS
J'ai lancé quelques extraits significatifs de la littérature de ces "Messieurs", jusqu'à ce jour, ils ont été censurés jusqu'à ce jour

Il faudra que je réorganise mon message en commentant mes citations extraites de la Revue d'études Palestiniennes N°29, année 1988"Israël: l'Histoire et les Mythes"
"L'idée du transfert dans la doctrine sioniste" de Israël Shahak, Président de la Ligue israélienne des droits de l'homme.

Au fait, l'affreux Jojo qui a usurpé mon pseudonyme pour balancer sa merde à l'adresse  de "Bayard" n'a pas encore eu le courage de se manifester..

.A aucun moment je n'ai utilisé des termes aussi orduriers et vulgaires que ceux qui me sont prêtés, comme par exemple: "la juiverie"... je m'étonne que ce message n'ait pas été censuré ou du moins contrôlé quant à son origine!!

Le délire d'interprétation apparaît un des thèmes favoris de la gent sioniste... c'est bien inquiétant pour des personnes intelligents et respectables!

S'il ne s'agissait que d'une affaire personnelle, je pourrais en sourire, mais comme il s'agit d'un affaire d'Etat, d’une pratique courante pour discréditer l’adversaire, je réitère ma condamnation de cette pratique ignominieuse qui consiste à attribuer aux autres des intentions crapuleuses pour justifier sa propre crapulerie. (Nouvelobs permanent Franz - Strasbourg - 21.01.02 20:03)

 

 

Franz à Redo, à propos d’Arafat et de  « la bienveillance d’Israël »

Le fait que Arafat, le collaborateur "mou" n'ai pas été assassiné par ses opposants serait plutôt la preuve inverse de ce que tu affirmes quand tu parles de démocratie, en ce qui concerne Israël

L'assassinat de Rabin est justement la démonstration que les "opposants", même des opposants bien arrangeants ne sont pas tolérés en Israël dès qu'ils ont un quelconque pouvoir. En Israël on laisse bien "gesticuler" les opposants mais leur impact réel sur la politique de colonisation d'Israël est bien dérisoire!

Si Israël a les apparences d'une démocratie, sa politique va toujours dans le même sens. Il faut absolument lire le bouquin de la journaliste israélienne Tanya Reinhart: "Détruire la Palestine" ou comment terminer la guerre de 1948 ...

Contrairement aux discours tenus par les temps qui courent, les assassinats politiques, le "terrorisme" même, ne sont pas imputables ou révélateurs d'un excès de démocratie, ou d'une trop grande liberté laissés aux personnes, mais sont bien plus significatifs d'un manque, d'une absence même de démocratie...

Historiquement, ce sont bien dans les régimes autoritaires, fascistes où les attentats ont été et sont encore le plus fréquents.

Depuis que nos démocraties se sont fascisés ou soutiennent des régimes fascistes elles sont de plus en plus exposées à des attentats (l'attentat de Karachi et même le trop fameux Attentat du 11 septembre, sans parler de tous les attentats que subit Israël)....Le cercle infernal "attentat répression" est, sans aucune considération morale, dans la logique des régimes autoritaires ou des "démocraties" bien malades..

Il apparaît très clairement que si Rabin s'était engagé dans une politique de négociations avec les Palestiniens en commençant par démanteler les colonies les plus récentes des territoires occupés, et à prévoir un plan de démantèlement pour les autres colonies, il aurait cloué le bec à tous les "opposants" (les colons et la droite israélienne)et profité du soutien d'une majorité d'Israéliens qui en avaient marre de cette histoire de colonisation et qui étaient contents que les Palestiniens soient devenus "raisonnables"... et d'envisager la paix après toutes les tracasserie engendrées par "l'Occupation"

Au lieu de cela Monsieur Rabin a poussé le vice jusqu'à poursuivre la colonisation et même à refuser que les colons, (qui s'attendaient à ce qu'il fasse comme Begin pour le Sinaï), regagnent Israël!Le "terrorisme", est donc bien plus un "virus" qui se manifeste dans des démocraties où toute opposition a fondamentalement disparu, ou reste simplement "folklorique", c'est à dire politiquement inefficace...Il faut lire le petit bouquin de Baudrillard "L'Esprit du terrorisme"

Si Arafat n'a pas encore été assassiné par ses opposants, il se pourrait bien que ses opposants aient bien conscience que Arafat tout en étant à mes yeux un fantoche, un collaborateur qu'il y aurait sans doute du grabuge avec les Palestiniens, pour qui, en tout état de cause que la "trahison" (que je peux disséquer théoriquement grâce à mes repérages politiques et historiques) n'est pas évidente .On peut remarquer que les Israéliens, après avoir "pleuré" Rabin, se sont  rangés du côté de ses assassins en élisant Netanyahu, c'est bien cela la démocratie pervertie!

(Nouvelobs permanent Franz - Strasbourg - 22.01.02 00:50)

 

 

 

Arafat est-il encore un interlocuteur fiable ?

Tout va très bien, Madamela Marquise!

Aujourd'hui, il y a deux lexiques :
- Celui qui concerne Israël (élimination ciblée, exécutions, terreur, bellicisme, refus du dialogue, obstination, aveuglement, etc.)
- Celui qui concerne la Palestine (efforts, dialogue, pas de moyen, victimes, incompréhension, etc.)
Sans vouloir imiter de grands Grammairiens comme du Marsais ou Robert, force est de constater que, d'un point de vue purement rhétorique, il y a sémantiquement :
- Un bourreau -> Israël
- Une victime -> les Palestiniens.
Le plus admirable est que :
- Le lexique de l'abstraction est appliqué aux Juifs
- Le lexique du concret est appliqué aux Palestiniens.

Sémantiquement et psychologiquement, cela induit :
- Un mécanisme d'identification affective aux Palestiniens
- Un mécanisme de distanciation critique aux Juifs.

Médiatiquement :
- Les Juifs sont des ordures
- Heureusement, les Palestiniens ont compris qu'ils devaient se défendre

Politiquement :
- Excusez-moi, mais les candidats pour celui qui serait, comme qui dirait Président de la République française, c'est à dire Gouverneur des 13 sur 15 en terme de pouvoir d'achat mais qui ont paraît-il 150 Milliards en bas de laine, il dit quoi, en fait, là, voyez-vous ?
- Tout va très bien, Madamela Marquise.

(Nouvelobs permanent SEPTIME - Paris - 22.01.02 22:49)

 

 

 

 

Adresse  de Franz aux sionistes à propos d’Arafat

Mesdames, Messieurs, les sionistes

Arafat n'a jamais promis aux Palestiniens de reconquérir Israël et de s'installer triomphalement à Tel Aviv!

Arrêtez de parler de volonté d'éradication d'Israël par les Palestiniens, c'est vraiment du délire ainsi que toute cette campagne de presse menée par le CRIF pour dénoncer un regain d'antisémitisme!

Que les crimes contre l'humanité perpétrés dans les territoires occupés par Israël, en réponse aux actes de résistance d'un peuple contre l'Occupant commencent à chauffer les oreilles et à échauffer les esprits de ceux qui soutiennent la juste lutte du peuple de Palestine, qu'ils puissent dénoncer tous ceux qui soutiennent, en particulier le CRIF, les actes de représailles ignobles c'est bien normal!!

Non, non et non, Israël ne peut bafouer les droits légitimes des Palestiniens au nom de son projet insensé et programmé de colonisation de la Palestine sans que les Palestiniens, après avoir sept ans tenté le coup de la négociation, reprennent les armes et s'attaquent à ceux qui entravent leur projet de création sur très exactement 22,7% du territoire de la Palestine au lieu des 43,5% attribués par le plan de partage!

Arrêtez de prendre les gens qui ne pensent pas comme vous, pour des imbéciles ou d'affreux antisémites...Arrêtez de fabuler et de véhiculer votre propagande éculée. .Est ce trop vous demander que de réfléchir ?

Il devient de plus en plus clair qu'à force d'être méprisés, les peuples se révoltent!
Et comme je le soulignais dans un autre message,  messieurs les sionistes, les Palestiniens    (mis à part les indics et les collabos) et ceux qui soutiennent leur lutte de libération nationale ( pour moi cela fait plus de trente ans que je milite avec mes écrits) vous « remercient » pour leur sollicitude,  votre compassion misérable, et sachez que le départ programmé des Israéliens des territoires occupés serait sans doute un grand jour de fête pour les Palestiniens et les prémices d'une paix équitable!

Bien sûr les gens du peuple d'Israël ne souhaitent pas la guerre, mais tout au long de l'histoire on peut constater qu'ils se lancent dans la guerre sous l'impulsion de leurs dirigeants au nom d'un projet de conquête masqué, concernant Israël, par des discours sécuritaires

Bien sûr, les gens du peuple de Palestine aspirent à vivre en paix mais ils ne veulent pas sacrifier leurs droits sur l'autel du projet sioniste sur la Palestine, clairement explicité par Yosef Weitz, Directeur du Fonds national juif en Palestine, début des années 40 et confirmé par d'autres dirigeants sionistes comme Ben Gourion et mis en oeuvre depuis cinquante ans!!

 

Mesdames, Messieurs,

Quand vous traitez Arafat de menteur, quand vous le traînez plus bas que terre, ce n'est pas simplement un homme que vous humiliez mais le représentant qu'ont choisi les Palestiniens pour engager des négociations de paix avec Israël

Non, non et non, ce n'est pas Arafat qui organise la résistance du peuple de Palestine; cette résistance part d'une base populaire et s'organise contre la volonté d'Arafat qu'Israël réduit à l'état de zombie

Israël dont Sharon est bien le représentant emblématique, manifeste on ne peut plus clairement son projet colonial sur les territoires occupés et le refus d'un Etat palestinien puisque, comme l'affirme très clairement Sharon, l'existence d'un tel Etat est incompatible avec l'existence d'Israël en tant qu'Etat du "peuple Juif"..

.En toute logique, la reconnaissance des droits, de tous le droits reconnus par la Communauté des Nations aux Palestiniens met en danger la spécificité de l'Etat hébreu...

.Arafat, le pauvre, il croyait qu'il était possible de négocier avec Israël, il commence, du moins certains de ses partisans, à prendre conscience qu'il s'est fait. Rouler dans la farine

 Sans doute Arafat obtempère à certaines des injonctions d'Israël parce qu'il a peur des représailles israéliennes, il y a de quoi!

Mais face à vos tonnes de mépris, figurez-vous qu'il y a une résistance palestinienne qui s'organise de mieux en mieux, que l'entrée des armes pour lutter contre l'occupant se fera, et ce n'est pas la saisie d'un cargo exploitée d'une façon stupide et ridicule qui vous réjouit tant qui pourra faire taire les armes

En ce jour, d'après l'A.F.P la résistance palestinienne a "chahuté" la soldatesque israélienne qui a répliqué, comme toujours, avec toute cette "modération" qui ne peut que renforcer l'immense dette de reconnaissance des Palestiniens pour Israël qui fait vraiment tout pour les libérer de cette "minorité de terroristes" qui les empêchent de vivre en paix! Arafat me fait penser à Pétain...A ce dernier, les Allemands lui ont fait avaler bien des couleuvres, mais je ne pense pas qu'il ait été autant humilié que l'est Arafat.

 Il faut dire que les temps ont bien changé, puisque nos démocraties agissant pur le Bien peuvent tout se permettre

En pensant à cette attaque contre T.S.A.H.A.L par les Hezbollah,  je souris en lisant les messages plein de compassion des amis sionistes qui m'amusent vraiment par leurs raisonnements de fats.... mais me révoltent par leurs injures racistes

 

Mesdames, Messieurs,

Quand vous traitez Arafat de menteur, quand vous le traînez plus bas que terre, ce n'est pas simplement un homme que vous humiliez mais le représentant qu'ont choisi les Palestiniens pour engager des négociations de paix avec Israël. Non, non et non, ce n'est pas Arafat qui organise la résistance du peuple de Palestine; cette résistance part d'une base populaire et s'organise contre la volonté d'Arafat qu'Israël réduit à l'état de zombie

Israël dont Sharon est bien le représentant emblématique, manifeste on ne peut plus clairement son projet colonial sur les territoires occupés et le refus d'un État palestinien puisque, comme l'affirme très clairement Sharon, l'existence d'un tel État est incompatible avec l'existence d'Israël en tant qu'Etat du "peuple Juif". En toute logique, la reconnaissance des droits, de tous le droits reconnus par la Communauté des Nations aux Palestiniens met en danger la spécificité de l'Etat hébreu Arafat, le pauvre, il croyait qu'il était possible de négocier avec Israël, il commence, du moins certains de ses partisans, à prendre conscience qu'il s'est fait rouler dans la farine. Sans doute Arafat obtempère à certaines des injonctions d'Israël parce qu'il a peur des représailles israéliennes, il y a de quoi! Mais face à vos tonnes de mépris, figurez-vous qu'il y a une résistance palestinienne qui s'organise de mieux en mieux, que l'entrée des armes pour lutter contre l'occupant se fera, et ce n'est pas la saisie d'un cargo exploitée d'une façon stupide et ridicule qui vous réjouit tant qui pourra faire taire les armes. En ce jour, d'après l'A.F.P la résistance palestinienne a "chahuté" la soldatesque israélienne qui a répliqué, comme toujours, avec toute cette "modération" qui ne peut que renforcer l'immense dette de reconnaissance des Palestiniens pour Israël qui fait vraiment tout pour les libérer de cette "minorité de terroristes" qui les empêchent de vivre en paix!

Je l'ai écrit à plusieurs reprises, Arafat me fait penser à Pétain... Les Allemands lui ont fait avaler bien des couleuvres, mais je ne pense pas qu'il ait été autant humilié que l'est Arafat. En pensant à cette attaque contre TSAHAL, je souris en lisant les messages plein de compassion des amis sionistes qui m'amusent vraiment par leurs raisonnements de fats.... mais me révoltent par leurs injures racistes (Franz - Strasbourg - 23.01.02 20:03)

 

 

Une fin vraiment peu glorieuse

 

En 2002 Arafat enfermé dans « son palais présidentiel » en ruine a eu « une  petite autorisation de sortie » accordée par Ariel Sharon en échange de la « mise au frais » de quelques « terroristes » palestiniens et quelques autres menus services rendus à Israël, en attendant la reprise  d’une collaboration  qui fut si juteuse et fructueuse pour Israël.

Arafat, après avoir fait le dos rond dans ce qui restait de son Q.G de Ramallah, tout en proclamant qu’il allait en sortir en bravant l’interdit de Sharon, qu’il était prêt à « mourir », le voilà qu’il fait sa tournée des popotes accompagné de ses gardes du corps restés fidèles, dans un hélicoptère mis à sa disposition par la Jordanie.

En s’arrêtant dans la basilique de la Nativité à Bethléem, Arafat s’est livré de bon coeur aux embrassades rituelles avec les gardiens des Lieux Saints.

 A Jénine, tout en évitant d’entrer dans le camp des réfugiés palestiniens, il nous a gratifié d’un jeu de mot stupide avec un petit rictus de colère au coin des lèvres : « Ici, c’est Jéningrad ».

 Enfin à Naplouse, pour faire bonne mesure, en redressant son torse voûté par le poids de ses responsabilités et de sa maladie Arafat déclare : « Les Palestiniens sont prêts à sacrifier des millions de martyrs pour Jérusalem… » 

Quelle honte d’appeler les Palestiniens à se sacrifier, alors qu’il s’est laissé humilier, sans opposer la moindre résistance, par Sharon,

Après avoir ainsi repris  à son compte les versets de la propagande sioniste qui qualifient : « Arafat leader du terrorisme  palestinien », et nous gonflent  avec l’idée que les « Palestiniens ont le goût du martyre », les Israéliens pourront continuer imputer à Arafat le leadership de cette deuxième Intifada ,alors qu’il n’a jamais cessé de la brider et au mieux de prendre le train en marche pour ne pas être largué , et de demander  aux insurgés d’y mettre un terme, tout en liquidant les « extrémistes », pour  procéder, le plus efficacement possible, à la mise au pas du peuple de Palestine, à son asservissement.

A l’entendre, il se pourrait bien que ce « Monsieur » se sente prêt à reprendre du service, en réalité il ne fera que poursuivre sa  politique de collaboration avec Israël qui sera reprise, après la mort d’Arafat enterré en grandes pompes, par Abou Mazen

 

 

 

Remarques :.

                        Mes critiques acerbes concernant Yasser Arafat ont pris plus précisément forme après sa signature des « Accords d’Oslo », alors qu’avant cet évènement je le considérais, en faisant abstraction de certains doutes, comme le leader « charismatique » de la résistance palestinienne, dans l’exacte mesure où il m’apparaissait que le peuple de Palestine lui faisait confiance.

Mais en reprenant, plus en détails et surtout avec un esprit critique, ce qui est une rareté chez les « amis des Palestiniens, son parcours et ses options prises, j’ai pris conscience que sa volonté de s’installer comme « Président » dans les quelques lopins de terres concédés par Israël aura été une constante obsession.

Ce « jeu » stupide, fait de concessions successives sans aucune concession sérieuse du côté d’Israël, a bien commencé par sa première démarche où à Alger,en 1988 il fait voter par le Conseil National Palestinien  la reconnaissance d’Israël sur son territoire conquis avant la guerre des Six Jours pour aboutir à la signature de ces « Accord d’Oslo » fondamentalement calamiteux au regard des « revendications légitimes du peuple de Palestine » et surtout du Droit International dont Israël s’est toujours moqué comme d’une première chemise mise au rancart après son admission dans le « concert » des Nations !

Il me souvient aussi  dans les années 90, après la spectaculaire réception « offerte » par Mitterrand, de son entretien télévisé  amical avec Shimon Pérès, qui quelques mois avant l’avait jeté comme un « malpropre » en refusant tout contact. Dans cet entretien avec une naïveté sidérante, plutôt une complaisance de bon aloi ,il lui dessinait la carte de la future Palestine qui se réduisait aux « territoires occupés » dont espérait  avoir l’honneur et l’avantage d’être le Président

Certes ses efforts ont été récompensés puisqu’en 1994, après 27 ans d’exil Arafat retourne en Cisjordanie et en 1996. Ce « Monsieur » a été élu Président de L’Autorité palestinienne et termine sa vie reclus à Ramallah d’une façon à la fois pathétique et miséreuse !

(.Franz  Nouvelobs permanent : 05 06.2002)

 

Arafat va être amené d’urgence à Paris pour  y mourir le11 novembre 2004, laissant « son peuple » dans un bien triste état qui avec les dirigeants actuels de l’Autorité Palestinienne, ne va guère s’arranger, à moins d’un miracle !

 

 

 

 

Une conclusion qui s'impose

 

                           Le temps est venu de supprimer l'Autorité Palestinienne


Par Gideon Levy

Ha’aretz
9 novembre 2003


Il aurait fallu mettre fin depuis longtemps à cette farce. Si les chefs de l'Autorité Palestinienne étaient dotés de davantage de respect de soi, d'empressement à se dévouer et d'audace politique, ils auraient déjà annoncé depuis longtemps l'abolition de l'Autorité et confié toutes les clefs à Israël.

S'ils étaient davantage soucieux de ce dont ils sont censés avoir la charge, le bien-être de leur peuple, ils démissionneraient et ôteraient le masque à cette illusion de gouvernement et à celle d'un «État en gestation»; ils cesseraient d'être la feuille de vigne qui sert l'occupation israélienne et la perpétue. Au lieu de cela, ils s'attachent aux quelques honneurs et gratifications qu'Israël dispense encore à certains d'entre eux et ils continuent de prêter la main à cette grande supercherie selon laquelle existeraient une Autorité palestinienne souveraine et un gouvernement doté de pouvoirs.

Sous couvert de titres vides, ils collaborent à cette escroquerie - à laquelle beaucoup en Israël et dans le monde trouvent encore confortable de croire - qui veut que l'occupation israélienne dans les Territoires n'est pas redevenue pleine et entière, et qu'il y ait un gouvernement palestinien.

 

«Ministres», «directeurs généraux», «secrétaires d'État» et «gouverneurs» dont les titres ne recèlent aucun pouvoir, aucune capacité de gouverner ou de rien décider- en dehors des voitures de cérémonie et des certificats réservés aux personnages de marque, qui leur permettent de passer aux barrages - tous continuent de tromper leur peuple et le monde.

Le Ministre de la Sécurité Intérieure palestinien peut-il assurer la sécurité d'un civil palestinien face aux assassinats ciblés, aux hélicoptères, aux soldats qui font irruption dans les maisons au milieu de la nuit? Le Ministre de la Santé est-il capable de se préoccuper de la santé des citoyens quand n'importe quel soldat à un barrage peut retenir des ambulances et des malades et que villes et villages sont placés sous couvre-feu prolonger? Que peut faire le Ministre de l'Agriculture alors que des colons abattent, sans être inquiétés, des centaines d'oliviers ou empêchent la récolte, et que l'armée israélienne «déblaie» des milliers de dounams de champs et de vignes? Et comment le Ministre du Travail s'occuperait-il de l'emploi des habitants alors qu'ils ne peuvent même pas sortir de leurs lieux de résidence? Le Ministre des Communications peut-il s'occuper de la circulation dans son pays semé de barrages où l'armée israélienne est seul maître pour décider quelle route sera réservée uniquement aux Juifs, et quelle ligne d'autobus palestinienne sera autorisée à circuler? Et ainsi de suite. À la fin de la semaine, dans une rue de Ramallah, un passant plaisantait: «Le temps que les Palestiniens aient polémiqué pour savoir si Nasser Youssouf sera Ministre de l'Intérieur ou non, les Israéliens auront terminé de construire la clôture de séparation». Beaucoup de Palestiniens ne savent pas qui sont les ministres de leur gouvernement, et ce n'est pas sans raisons: l'essentiel de la petite assistance qu'ils reçoivent leur vient d'organisations comme l'UNRWA ou des autorités locales, pas de leur gouvernement imaginaire.

Les ministres palestiniens atteignent des sommets dans le pitoyable, lors de leurs rencontres avec leurs homologues israéliens. Telle était, par exemple, la rencontre du Ministre des Finances, Salam Fayadh (qui s'est suspendu lui-même de ses fonctions, jeudi), le chéri des États-Unis et d'Israël, avec le Ministre de la Défense, Shaoul Mofaz, rencontre qui était exclusivement destinée à faire le lit de la visite de Mofaz à Washington. Il est difficile de comprendre comment le ministre palestinien a pu consentir à rencontrer Mofaz, l'homme qui est responsable de la politique dure à l'égard de son peuple, au seul profit des besoins politiques du ministre israélien.

 

Pourquoi est-il permis à Israël de boycotter des dirigeants palestiniens, à commencer par Yasser Arafat, tandis que les ministres palestiniens n'ont pas de ligne rouge? Pendant que des représentants européens et américains s'abstiennent de se rendre au cabinet du Ministre israélien de la Justice situé à Jérusalem-Est, le Ministre de la Justice palestinien sortant, Abd al-Karim Abu Salah, se présente en compagnie du Ministre préposé à la question des prisonniers, Hisham Abd al-Razak, pour une rencontre avec le Ministre israélien de la Justice, Joseph Lapid, dans son cabinet. Dans le public palestinien, on n'a que mépris pour de tels ministres.

Cette présentation fallacieuse d'un gouvernement et d'une Autorité pseudo autonome amène ceci qu'Israël a dès lors quelqu'un à accuser et quelqu'un dont il peut exiger une lutte contre le terrorisme, et il lui est aussi possible de prétendre, à destination du reste du monde, que l'occupation israélienne n'est pas complète.

Israël a fait beaucoup, ces trois dernières années, pour porter atteinte à tous les fondements du pouvoir de l'Autorité Palestinienne. Il ne reste pas grand chose, et le mort-vivant qui rôde encore dans les rues de Ramallah doit maintenant quitter ce monde. Il ne s'agit pas seulement d'une affaire intérieure palestinienne mais aussi de la lourde responsabilité qui pèse à la porte d'Israël et dont Israël essaie de se dégager.

Si les ministres palestiniens se présentaient comme un seul homme et faisaient savoir que le jeu est terminé- il n'y a pas d'Autorité ni de gouvernement - tout le poids de la responsabilité liée à l'occupation tomberait sur Israël.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.