Lettre ouverte à Philippe Val à propos des "Vautours de la paix"

Lettre ouverte à Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo !

Monsieur,

Le numéro 662 de Charlie Hebdo du mercredi 23 février 2005, avec sa couverture représentant la tête Dieudonné avec cette mention : « Le cerveau de Dieudonné, un point de détail », caricature qui donne le ton à votre édito intitulé : « Les vautours de la paix », m’incite, après mûre réflexion, à vous adresser cette lettre ouverte, non pas tant pour vous convaincre mais pour faire réfléchir un certain nombre de gens sur ce qu’il en est des Accords de paix qui depuis 1993 couvrent de leur linceul la colonisation juive de la Palestine conformément au projet sioniste

Votre couplet de propagande sioniste sur le thème récurrent de l’antisémitisme dont serait atteinte toute personne qui ne chante pas vos psaumes à la gloire d’Israël et à sa volonté de paix relève du délire paranoïde que vous prêtez aux adversaires de la politique de confiscation des terres palestiniennes engagée près de soixante ans et poursuivie encore aujourd’hui par Israël.

Je n’étais pas sans ignorer que Charlie Hebdo, était comme son confrère « Le Canard Enchaîné », un fervent soutien d’Israël et à sa politique de brigandage sacralisé par Morvan Lebesque après la victoire « miraculeuse » de la guerre des Six Jours en 1967 : « Je suis sioniste parce que le sionisme est nécessaire à l’équilibre du monde. Le sionisme est la garantie de l’existence des Arabes, dans la mesure où le peuple juif est refixé et inaltérable, eux aussi sont fixés et inaltérables. C’est un prix dérisoire que de payer cette certitude historique par l’aménagement de quelques réfugiés du reste réalisable en commun et le plus heureusement possible » (Morvan Lebesque « Canard Enchaîné »).

Dans cetemps là, ce Monsieur n’était pas le seul à célébrer Israël et la chance que représentait la création de l’Etat hébreu pour les peuples du Proche et Moyen Orient « Israël est l’Occident qui a fui l’Occident, il est aussi l’Orient qui a retrouvé l’Orient. Pour les pays du tiers monde il est peut-être, il devrait être le seul mode de présence de l’Occident qu’ils puissent tolérer, où une coopération sans arrière pensée se substitue à la colonisation » (Eisenberg, le Monde 1969)« Occupant à contre - cœur et résignés, les Israéliens exercent indubitablement une influence salutaire, profonde et durable sur les masses encore féodales Ces influences parmi d’autres faciliteront aux Arabes l’accès à des nouvelles échelles de valeurs et les transformeront le jour venu en partenaires d’une paix durable génératrice de progrès féconds pour ceux qui y adhéreront. »(Bernsohn, le Monde 1969)

Même la « Ligue communiste révolutionnaire » dirigée par Alain Krivine, nous gratifiait de son couplet sur Israël incarnant le combat de la liberté que mène le « Tiers Monde ».

« Israël, Etat socialiste original, apporte une réponse exemplaire par sa construction, sa mise en oeuvre d’un socialisme à la fois démocratique et efficace au Moyen Orient ; un socialisme inspiré par les Juifs qui ont eu la chance de profiter de la culture progressiste occidentale, culture qu’ils sont prêts à faire partager avec les peuples arabes. »

 

Comme je fais partie de ces « vautours de la paix » que vous épinglez avec l’ardeur d’un zélote, je tiens tout d’abord à me présenter et à vous donner quelques brèves informations sur mes actions militantes, déjà bien anciennes…. pour revenir ensuite sur : « la pornographie mémorielle de la Shoah » et surtout « la volonté de paix d’Israël » qui est un vrai poème à épisode multiples

JUSTICE ET PAIX EN PALESTINE (J.P.P)Après le « Blitzkrieg de juin 1967, j’ai fondé, avec des copains étudiants, en octobre 1967 un comité Palestine à Strasbourg, haut lieu du judaïsme. Pendant quelques années, nous étions une minorité houspillée même par les trotskistes qui en 68 considéraient que le sionisme était : « un mouvement de libération nationale du peuple juif ». J’ai eu l’occasion de croiser les fers dans des discussions rudes et houleuses entre étudiants et même avec des personnalités juives comme Saul Friedlander à propos de son livre : « Réflexion sur l’Avenir d’Israël » dans le cadre des la Faculté de Lettres , et surtout à la grande synagogue de Strasbourg j’ai eu la possibilité d’interpeller André Chouraqui, traducteur de la Bible et à l’époque maire de Jérusalem qui dénonçait : « l’absence du sens de la réalité chez les Arabes » .

Si déjà en 1969 Saul Friedlander pouvait exprimer ses craintes sur les conséquences d’un revirement hostile d’une fraction importante de l’opinion publique occidentale à l’égard de l’Etat juif : « Depuis la fin de la « guerre des Six jours », le revirement hostile d’une fraction importante de l’opinion publique occidentale à l’égard de l’Etat juif est manifeste. Une littérature polémique se développe » nous n’étions en France qu’un infime minorité à faire entendre la voix des Palestiniens face à une propagande sioniste dominante, donc sans importance pour les sionistes qui nous considéraient comme des adversaires politiques ordinaires.

En octobre 1969 j’avais eu l’occasion d’exposer brièvement à l’aumônerie protestante de Strasbourg : Les propositions de paix faites aux Palestiniens par les Israéliens sionistes de gauche… et leurs « amis » français propositions qui n’ont guère changé si on prend en compte les différents « Accords de paix » sponsorisés par des Israéliens et des Palestiniens, de la catégorie des hommes de « bonne volonté »

QUEL SORT RESERVER AUX PALESTINIENS DANS LE « NOUVEAU ROYAUME DE DAVID » DEVENU UNE DEMOCRATIE EXEMPLAIRE POUR LE MOYEN ORIENT ?

Il importe tout d’abord que les Israéliens améliorent le sort des Palestiniens, qui restés en Israël, sont considérés comme des citoyens de seconde zone. Quant aux Palestiniens parqués d’une façon intolérable par les pays arabes dans des camps de réfugiés au Liban, en Jordanie ou en Syrie, c’est à ces pays qu’il appartient s’en occuper, en les intégrant dans leur pays dans la mesure où leur retour en Israël est, à priori, à exclurePour ce qui est des Palestiniens qui vivent dans les « territoires occupés », leurs parcelles de terres entourées de kibboutzim fortifiés par l’armée israélienne gardienne de la paix et de la sécurité d’Israël représente la meilleure solution pour l’avenir d’Israël , et même si elle ne fait pas le bonheur des Palestiniens, dont certains risquent d’être dépossédés de leurs terres, la majorité des Palestiniens pourront tirer grand profit des technologies israéliennes et s’inspirer de l’esprit des kibboutzim.

D’ailleurs, ces « Messieurs » de gauche estiment que pour inciter les Arabes et les Palestiniens à se calmer, à faire la paix, il importe que Israël montre sa force pour se faire respecter, réaffirme le droit du peuple juif sur toute la Palestine. Conséquemment, la colonisation , au moins partielle, des territoires occupés reste un impératif :

« L’absence de toute installation dans les nouveaux territoires sera interprétée comme un signe de faiblesse et fera douter du droit d’Israël à s’établir dans ces territoires. Elle ne ferait qu’éloigner les chances de paix. Le sionisme ne peut être réalisé que dans une Palestine non divisée » (M. Galili au Congrès du Mouvement Hakibboutz Hamouhad)

Si certains veulent bien admettre que l’Etat hébreu fut à l’origine, une création artificielle, ils estiment que: « Il y a désormais une situation de fait dont on peut approuver ou désapprouver la genèse mais qui est irréversible : Il y a un Etat Juif ». Tout acte de résistance des Palestiniens relève donc d’un terrorisme condamnable. Et même ceux qui prétendent être les « amis des Palestiniens » considèrent que : « Le terrorisme arabe n’est pas convertible en une politique que la gauche européenne puisse reprendre , soutenir, amplifier » (Fernand Rohman)

A l’impossible nul n’est tenu!

Quand ces « Messieurs » voudraient nous faire croire qu’une négociation est possible entre Israël et des représentants palestiniens qui ne seraient pas impliqués dans les Organisations de la Résistance palestinienne, dénoncent les « terroristes » qui ne représenteraient qu’une minorité de Palestiniens, ils oublient que les Palestiniens sont en état de légitime défense, que leur seule chance d’obtenir la reconnaissance de leurs droits pourtant stipulés par les résolutions 194 et 242 de l’ONU dans l’exacte mesure où l’Etat d’Israël s’est moqué comme d’une vieilles chemise de toutes les résolutions de l’ONU qui lui étaient défavorables, et en tous les cas, elles n’ont jamais empêché cette longue succession d’expropriations, de destructions, d’annexions et d’expulsions qui marquent l’histoire de l’Etat hébreu, depuis sa fondation.

De fait, les Israéliens parlent de paix et ils font la guerre, ils parlent de dialogue et n’aspirent qu’à la domination politique et économique du Moyen Orient.Les sionistes israéliens se plaignent de la haine des Arabes à l’égard d’Israël…et diffusent par l’intermédiaires de nos médias acquis à la bonne cause… d’Israël des caricatures antisémites arabes qui constituent le fond de commerce de la propagande sioniste pour émouvoir l’opinion publique et faire oublier les agressions quotidiennes, la répression sauvage de la soldatesque israélienne : bombardements des zones de résistance, dynamitages des maisons et expropriation des Palestiniens suspectés d’appartenir à un réseau de résistance ,tortures des prisonniers politiques.. En Israël, depuis la fin de la « Guerre des Six Jours » il existe une union sacrée entre «faucons » et « colombes », de la gauche et de la droite, du Likoud et du MAPAM, toutes les politiques pratiquées par Israël semblent démontrer un réel antagonisme entre les droits des Palestiniens et l’existence de l’Etat hébreu Le Refus des Palestiniens d’être, comme dans la Bible, « les porteurs d’eau ou les coupeurs de bois du peuple élu » est brocardé par nos humanistes comme la méconnaissance quasi schizophrénique du réel et de l’Autre : « Le mal dont souffrent les arabes :c’est la méconnaissance. La méconnaissance du réel, la négation mytho maniaque de l’interlocuteur » (A. Levy-Valensi), et ce mal, selon Mme Amado Levy-Valensi, psychanalyste juive se situe dans l’absence de dialogue entre l’homme et la femme chez les arabes, et qui mieux que les Israéliens pourront les aider à se libérer : « L’histoire d’Isaac et d’Ismaël est l’histoire d’un amour fraternel perdu par suite d’un rouage brisé, manquant ou fou dans le rapport d’Ismaël et sa lignée féminine. Et c’est Isaac qui est le responsable de son frère »

En conclusion…..l’avenir d’une paix équitable paraît bien bouché

L’appel de Yasser Arafat à une opinion mondiale anesthésiée par la propagande sioniste nous laisse un goût amer de révolte « Il est temps que l’opinion mondiale prenne conscience des véritables données du problème. La question n’est pas notre prétendue intention de jeter les juifs à la mer, mais bien le fait que les sionistes ont déraciné tout un peuple, le peuple palestinien et l’ont jeté dans le désert. Pendant vingt ans l’opinion mondiale nous a ignorés. Sait-elle seulement combien de millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts de phtisie ou de sous alimentation. Sait-elle que toutes les fois que la machine de guerre israélienne se met en marche, écrasant tout sur son passage, des régions entières peuplées d’Arabes sont vidées de leur population, qu’il y a actuellement plus d’un million et demi de réfugiés, alors qu’il y en avait déjà un million en 1948 »

Octobre 1969

Ps : Mars 2005

Si je publie pour l’essentiel mon intervention, c’est, parce que mise à part une meilleure connaissance par l’opinion publique du sort des Palestiniens, la propagande sioniste tient encore le haut du pavé. Et que ARAFAT malgré tous ses efforts, (nous y reviendrons par la suite), ses concessions monumentales est après sa mort l’opprobre de tous ces gens de bien qui nous chantent leurs hymnes à la gloire d’une PAX JUDAÏCA, couronnement du projet sioniste de colonisation de la Palestine que nous abordons ci-dessous

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.