Israël: La Bulle de Genève

LA BULLE DE GENEVE

Aujourd’hui encore, ces accords qui se profilent à l’horizon ne sont qu’une resucée de toutes ces tentatives de promotion du projet sioniste de conquête de la Palestine et d’une négation des droits légitimes du peuple de Palestine. Et contrairement à ce que vous laissez entendre d’une façon bien crapuleuse, ce n’est pas la paix entre les deux peuples qui nous préoccupe, mais l’enterrement de seconde classe du peuple de Palestine.. Ilan Pappé, l’un des plus brillants des « nouveaux historiens » israéliens, épingle toutes ces « tentatives de paix » depuis les « Accords d’Oslo » à la « Feuille de Route » en passant par « l’Accord de Genève » célébrés en grande pompe dans l’article ci dessous dont je me permets de citer les principaux passages

La Palestine n'a pas été divisée, elle a été détruite, et une grande partie de son peuple a été expulsé. Ce sont ces événements qui ont déclenché le conflit qui dure depuis ce temps-là. L'OLP a émergé fin 1950 en tant qu'incarnation de la lutte palestinienne en vue du retour, de la reconstruction et de la restitution. Mais les réfugiés ont été ignorés par la communauté internationale et les pouvoirs régionaux arabes. Seul Nasser semblait avoir adopté leur cause en forçant la Ligue Arabe à exprimer sa préoccupation. Mais, comme l'ont montré les manœuvres arabes malheureuses de juin 1967, cela n'a pas suffit.

En juin 1967, toute la Palestine est devenue Israël; la nouvelle réalité géopolitique exigeait de renouer un processus de paix. Au début, les Nations unies en ont pris l'initiative, mais elles ont bientôt été remplacées par les artisans américains de la paix. Les premiers architectes de la Pax Americana avaient quelques idées de leur cru sur la question, mais ils ont été catégoriquement repoussés par Israël et ne sont arrivés nulle part. Le courtier américain est devenu le mandataire des plans de paix israéliens qui étaient basés sur trois hypothèses: que la question du nettoyage ethnique de 1948 ne serait pas abordée; que les négociations ne concerneraient que le futur des zones qu'Israël avait occupées depuis 1967, soit la Cisjordanie et la Bande de Gaza; et troisièmement, que le destin de la minorité palestinienne en Israël ne ferait pas partie d'une solution détaillée et complète. Cela signifiait que les 80% de la Palestine et plus de 50% des Palestiniens allaient être exclus du processus de paix. Cette formule a été acceptée sans condition par les États-Unis et vendue comme étant la meilleure offre possible au reste du monde.

Pendant un certain temps - jusqu'en 1977 - les Israéliens insistèrent sur une autre condition préalable. Ils voulaient partager la Cisjordanie avec le royaume hachémite de Jordanie. (L'option jordanienne ainsi nommée a été adoptée plus tard par l'administration Reagan, une administration qui avait son propre plan de paix). Quand le Likoud est arrivé au pouvoir en 1977, l'option a été abandonnée- le nouveau gouvernement n'était pas intéressé dans quelque type d'accord ou de compromis que ce soit - mais elle a été ranimée pendant la période du gouvernement d'unité nationale (1984-87) jusqu'au moment où les Jordaniens ont réalisé que le gouvernement israélien n'abandonnerait pas toute la Cisjordanie, même à eux.

L'occupation israélienne a continué sans obstacles en l'absence d'un processus de paix convenable. Dès le début - longtemps avant les attentats suicides - il y a eu des démolitions de maisons, des tueries de civils innocents, des expulsions, des bouclages et un harcèlement général. Les années 50 et 60 ont vu une augmentation permanente du mouvement des colons, qui a amené avec lui non seulement les expropriations de terres mais également une augmentation des brutalités. Les Palestiniens ont répliqué avec une forme radicale de l'islam politique qui, au bout des premières 20 années, était devenu une force qu'on devait prendre en compte. Sa résistance à l'occupation était plus hardie que toute autre forme connue précédemment, mais son attitude vis-à-vis des rivaux internes et de la population en général était également dure. Aucun mouvement, pas plus que le gouvernement du Likoud avant eux, n'a montré le moindre intérêt envers un effort diplomatique pour résoudre le conflit. La frustration s'est intensifiée dans les zones occupées jusqu'à ce que la population locale en décembre 1987 se soulève à nouveau contre l'occupant.

En temps utile, la violence s'est terminée, et une nouvelle période de processus de paix a débuté comme les précédentes. L'équipe du côté israélien a été étendue aux universitaires ainsi qu'aux politiciens. Une fois encore, il s'agissait d'une tentative israélienne recherchant l'approbation américaine. Une fois encore, les Américains ont essayé de mettre en avant certaines de leurs idées propres: le processus de Madrid de 1991 faisait partie d'une tentative américaine pour justifier la première guerre du Golfe. Les Palestiniens pouvaient tomber d'accord avec certaines des idées contenues dans ce processus. Mais c'était une affaire longue et difficile, et entre-temps une nouvelle initiative israélienne s'est développée.

Cette initiative-là comprenait un nouvel élément. Pour la première fois, les Israéliens étaient à la recherche de partenaires palestiniens proches de leur type de paix pour la Palestine. Et ils ont visé au sommet: la direction de l'OLP à Tunis. Celle-ci a été leurrée dans ce processus par la promesse israélienne, incluse dans l'article 5, clause 3 de l'Accord d'Oslo, qu'après cinq années consacrées à satisfaire les besoins sécuritaires israéliens, les principales demandes palestiniennes seraient mises sur la table des négociations en préparation d'un accord final. Entre-temps, les Palestiniens auraient le droit de jouer avec l'indépendance. On leur a offert l'opportunité de former une Autorité Palestinienne, décorée des insignes de la souveraineté, qui pourrait rester intacte tant qu'elle sévirait contre tout mouvement de résistance envers les Israéliens.

Dans ce but, l'Autorité Palestinienne a employé cinq organisations de services secrets qui ont combiné les abus en matière de droits humains et civils de l'occupant avec ceux de l'administration du pays. La quasi autonomie de la Palestine avait peu d'influence sur l'occupation. Dans certaines zones, l'occupation a été appliquée directement, dans d'autres, indirectement. D'autres colons juifs sont arrivés et le harcèlement a continué partout. Quand l'opposition palestinienne a pris sa revanche avec les attaques suicides, les Israéliens ont enrichi leur répertoire de punitions collectives à tel point que le soutien aux kamikazes a augmenté de semaine en semaine.

Six ans après la signature d'Oslo, le «camp de la paix» est de nouveau arrivé au pouvoir en Israël avec Ehud Barak à sa tête. Une année plus tard, il devait faire face à une défaite électorale provoquée par sa trop grande ambition dans presque tous les domaines. La paix avec les Palestiniens semblait être son seul salut. Les Palestiniens s'attendaient à ce que la promesse faite à Oslo soit la base pour de nouvelles négociations. De leur point de vue, ils avaient accepté d'attendre cinq ans: il était temps de discuter du problème de Jérusalem, du sort des réfugiés et du futur des colonies. Les Israéliens ont une fois de plus combiné un plan, enrôlant encore plus d'universitaires et d'experts «professionnels». La direction palestinienne fragmentée a été incapable d'amener des contre-propositions sans aide extérieure et a cherché conseil auprès d'intermédiaires aussi improbables que l'Institut Adam Smith de Londres.

C'est sans surprise que seul le plan israélien s'est retrouvé sur la table des négociations de Camp David à l'été 2000. Endossé par les Américains, il offrait un retrait de la plupart des territoires de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza et laissait 15% de la Palestine originelle aux Palestiniens sous la forme de cantons séparés coupés de grandes routes, de colonies, de camps militaires et de murs. Aucune capitale à Jérusalem, aucune solution au problème des réfugiés et un abus total du concept d'État et d'indépendance. Même le fragile Arafat, qui jusqu'à présent avait semblé satisfait du Salata (avantages découlant du pouvoir), n'ayant jamais exercé de Sulta (le pouvoir réel), ne pouvait pas signer un document qui se moquait de chaque demande palestinienne. Il a tout de suite été dépeint comme un «va-t-en guerre».

Des manifestants non armés ont exprimé leur consternation à l'automne 2000, et l'armée israélienne a tiré sur eux. La réponse palestinienne a été rapide, et la résistance s'est militarisée. Au bout de trois années d'une deuxième Intifada, les efforts de paix ont recommencé. La formule était identique: une initiative israélienne répondant au public et aux besoins israéliens, déguisée en un honnête courtage de la part des Américains.

Trois initiatives sont apparues en 2003. La première avait déjà acquis le soutien des Américains: la Feuille de route. Au bout de cette route, 10% de la Palestine seraient divisés en deux énormes camps de prisonniers (un à Gaza et l'autre en Cisjordanie) sans aucune solution au problème des réfugiés, et avec en plus un contrôle israélien total sur Jérusalem. Les initiateurs cherchent toujours un éventuel gardien palestinien en chef. Ayant perdu Mahmoud Abbas, ils portent leurs espoirs sur Ahmad Qoreï.

La deuxième initiative est la proposition Ayalon-Nusseibeh, basée sur un retrait israélien total des Territoires occupés (sauf du grand Jérusalem, qui embrasse à peu près un tiers de la Cisjordanie) en contrepartie d'une promesse palestinienne d'abandonner le droit au retour des réfugiés. Je soupçonne que Sari Nusseibeh, président de l'Université al-Quds et ancien représentant de l'Autorité Palestinienne à Jérusalem, revienne sur un stratagème qu'il avait essayé lors de la première Intifada, quand il avait suggéré l'annexion de jure des Territoires occupés à Israël afin de démontrer aux Israéliens qu'Israël ne pouvait pas incorporer la Cisjordanie et Gaza dans ses frontières et rester un État juif et démocratique. Il espère maintenant démontrer la mauvaise volonté d'Israël vis-à-vis du démantèlement des colonies. Le Plan Ayalon Nusseibeh n'a pas pour le moment impressionné les Israéliens, mais il a déprimé les communautés de réfugiés, et je me demande si cela en valait la peine. Ami Ayalon, le dirigeant du Shin Bet de 1996 à 2000, vit dans l'ancien village d'Ijzim, duquel la population palestinienne a été expulsée en 1948.

Et maintenant, nous avons la bulle de Genève: une importante production (mise en scène) à la fois en tant que document et en tant que cérémonie de style hollywoodien. Cela ne deviendra sans doute jamais une réalité, mais cela vaut la peine d'y regarder de plus près. Ses caractéristiques de base ont été décrites par David Grossman dans l'introduction de la version en hébreu. Pour la première fois, il y a une pleine reconnaissance du droit du peuple juif à avoir un État en Israël et une acceptation de Jérusalem en tant que capitale d'Israël. Le document offre des solutions pratiques et détaillées au problème des réfugiés, problème qui a été la raison de l'échec de tous les efforts jusqu'à présent. Il y a aussi dans le document la promesse que la majorité des juifs vivant au-delà de la Ligne Verte resteront dans leurs foyers et feront partie de l'État d'Israël. Il y a aussi un engagement palestinien de démilitariser l'État palestinien et de ne pas permettre à des troupes étrangères d'y stationner.

Ce qui saute aux yeux non seulement dans la préface mais aussi dans le document dans son ensemble, est que si l'obstacle du droit au retour des réfugiés a été écarté et si la paix et la réconciliation doivent être menées à bien, la judéité d'Israël (c'est-à-dire la judéité de l'État originel avec les blocs annexés de colonies en Cisjordanie et dans le grand Jérusalem) n'est pas du tout un obstacle. Au contraire, ce qui manque selon cette logique, c'est la reconnaissance palestinienne d'un nouveau Grand Israël. Et qu'est-ce qu'on offre aux Palestiniens afin de les encourager à reconnaître un État construit sur la terre de laquelle ils ont été ethniquement nettoyés en 1948 et qui leur a été retirée en 1967? Quelle est cette offre généreuse que les pacifistes israéliens poussent leurs homologues palestiniens de la campagne de Genève à ne pas laisser passer? Un mini-État construit sur les 15% de ce qu'avait été la Palestine, avec une capitale près de Jérusalem et pas d'armée. En lisant de plus près, l'autorité et le pouvoir investis dans l'État mentionné ci-dessus soutient peu de ressemblance avec une notion d'État qui pourrait provenir d'une réalité globale ou d'ouvrages de sciences politiques.

Ce qui encore plus important, c'est le fait que le projet de Genève laisserait les réfugiés en exil. Les petits caractères disent que les réfugiés palestiniens pourraient choisir soit de revenir sur ce qui reste de leur pays d'antan soit de rester dans leurs camps. Et comme ils choisiront probablement d'attendre que la communauté internationale satisfasse à ses engagements prônant leur retour inconditionnel selon la Résolution 194, ils resteront des réfugiés alors que leurs compatriotes en Israël continueront à être des citoyens de deuxième rang dans le reste des 85% de la Palestine.

Il n'y a aucune reconnaissance des causes de ce conflit (le nettoyage ethnique de 1948), il n'y a pas de processus de vérité et de réconciliation qui responsabilise Israël pour ses actions en 1948 et après. Dans ces conditions, ni les Palestiniens ni le monde arabe dans son ensemble ne se sentiront prêts à accepter un État juif.

Lors d'une célébration à Tel Aviv, les architectes de l'Accord de Genève ont entonné à maintes reprises une chanson populaire intitulée «Et Tel Aviv sera Genève». Mais Tel Aviv n'est pas Genève: la ville est construite sur les ruines de six villages palestiniens détruits en 1948 et elle n'a pas à devenir Genève. Elle devrait aspirer à être Alexandrie ou Beyrouth, afin que les juifs qui ont envahi le monde arabe par la force puissent enfin montrer leur volonté de faire partie du Moyen-Orient plutôt que d'y rester comme un État étranger au milieu d'eux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.