Théatre Strasbourg: Le Maillon cirque

 Maillon Cirque

Quand Le Maillon met du cirque dans sa programmation ,nous pouvons être sûrs de la qualité des spectacles proposés . Les compagnies convoquées ne sont pas seulement talentueuses mais elles mettent l'assistance en demeure de faire travailler l'imaginaire de chacun , de susciter la réflexion ,en somme  elles nous offrent des spectacles où la performance des artistes n'est pas là en tant  que tel ,événement à consommer sur place et à oublier très vite , bien au contraire  , l'acte des artistes  a du sens et nous conduit vers lui .

Il  en était ainsi pour le spectacle intitulé "De nos jours" sous-titré "Notes on the circus " ,comme pour celui intitulé "Sinué" .

En ce qui concerne le premier  , de la compagnie  Ivan Mosjoukine la question qui était posée et qui turlupinait les protagonistes était à la fois d'une grande banalité et d'une totale complexité , à savoir :"C'est quoi un spectacle de cirque ? "Bien entendu  la réponse ne pouvait être que visuelle et multiple .c'est pourquoi cette prestation a été conçue et interprétée par quatre artistes autant circassiens qu'acteurs  :Erwan Ha Kyoon Larcher , Vimala Pons , Tsirihaka Harrivel et Maroussia Diaz Verbèke qui , partant chacun de sa spécialité , le mât chinois , la corde  le jeu , offre à la question posée une réponse personnelle , plutôt burlesque  , pleine de ces hésitations maîtrisées qui la rendent drôle , inénarrable , parfois quelque peu pathétique .Cela dure presque deux heures mais on ne voit pas le temps passer tant le rythme avec lequel se succèdent les propositions a cette intensité qui  tient en haleine notre curiosité et ce ,

 

 malgré les répétitions ou plutôt grâce à elles qui sont comme les battements de cœur du spectacle .

Plus tard Le Maillon  nous a permis de retrouver les circassiens de la troupe belge  La Féria Musica qui nous avaient surpris et enchantés  l'an dernier avec leur spectacle Infundibulum .Leur venue n'a pas manqué de susciter un immense intérêt et il s'en est fallu de peu que nous n'ayons pas de place . Il semble bien que cette compagnie soit passée maître en invention d'agrès très spécifiques par leur taille et leur esthétique  . Après l'énorme entonnoir sur lequel évoluaient les acrobates de Infundibulum , c'est une sorte de tour métallique faite d'anneaux qui leur est proposée  .L'ensemble très mobile est retenu par des cordages dont la manipulation lui permet de passer de l'horizontalité à la verticalité . Le chorégraphe et metteur en scène , Mauro Paccagnella lance ses cinq acrobates à la conquête de ces anneaux . Seul , à deux , ensemble ils parcourent les tubes métalliques , les chevauchent  , les agrippent ,  y trouvent des équilibres instables , sautent de l'un à  , l'autre toujours attentifs à la précision du geste , à sa beauté . Aériens , pleins d'aisance , ils se font voltigeurs , nous emportant dans ce rêve d'espace conquis . La musique les soutient  les accompagne , produite en live par deux musiciens incontestablement très doués , Olivier Hestin aux percussions , batterie et clavier , Marc Anthony , à la vielle à roue et aux bidouillages de petits instruments sonores .

S'inspirant d'un livre pour enfant intitulé "Petit Jules" écrit et illustré par Anne Ducamp , le spectacle met en scène , à sa manière circassienne ce qu'il en est de l'enfance , période de découverte , d'aventure risquée , de besoin de solitude , de jeu , de rêve , de refuge .

Tout cela s'exprime par des gestes , des sauts , des équilibres avec ce côté ludique qui nous fait sourire et ce côté acrobatique , périlleux qui nous fait frémir .Les cercles métalliques sur lesquels reposent quelques planches  de bois créent l'espace nécessaire  qui rendent pertinents ces exercices pour les protagonistes en recherche d'un parcours , d'une expérimentation . C'est toujours avec grâce et légèreté qu'ils poursuivent leur effort pour défier la structure comme ce très beau moment où ils la balancent en y mettant  toute leur énergie et leur sens du jeu .

Les spectateurs en ressortent ,comblés .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.