Mennel ou l’antisémitisme présumé d’une jeune femme musulmane

Mennel Ibtissem, candidate de l'émission de télé-crochet "The Voice" durant laquelle elle a interprété la chanson Hallelujah de Léonard Cohen en anglais et arabe a dû se retirer de l’émission suite à des tweets et messages Facebook polémiques.

Ceci pose la question du double standard : Mennel Ibtissem est chanteuse et pas porte-parole d’un parti de gouvernement et on n’empêche pas des réalisateurs de tourner des films malgré des accusations plus graves. Surtout, certains des tweets de Mennel Ibtissem ont été sortis de leur contexte pour leur prêter des intentions qui ne sont pas celles de la jeune femme.

mennel1

Prenons l’exemple du tweet suivant où Mennel écrit que l’ennemi est « une minorité qui manipule notre peuple ».

mennel2

Ce tweet est en effet ambigu. Sur Facebook, Jérôme Segal, maître de conférence en Histoire à Paris IV, qui a partagé le tweet, fait la remarque suivante : « Sais-tu à qui elle pensait quand, il y a moins de 18 mois, elle s'en prenait à, je la cite, "une minorité qui manipule notre peuple" ? Pensait-elle aux amateurs de brioche vendéenne ou aux marathoniens véganes ? Des idées ? 
Comme elle se réfère dans ce post, comme dans au moins cinq autres, (posts publics et non privés comme cela a été dit, cf. globe entouré en rouge) à M. Hassan Iquioussen qui, de son côté, qualifiait les juifs d’"avares et usuriers" et d’être "le top de la trahison et de la félonie", j'ai ma petite idée... je crois que ni les amateurs de brioche ni les marathoniens ne sont visés. Patrick Kopp, professeur de philosophie en khâgne est plus explicite : « cette jeune antisémite ne vaut pas que tu en parles », « elle est antijuive parce qu’elle a parlé d’une "minorité qui manipule notre peuple". Je ne crois pas non plus qu’il s’agisse des vegans ou des vendéens… ».

On ne peut pas reprocher à Mennel Ibtissem de ne pas connaître tous les propos d’Hassan Iquioussen. Pour vérifier ses intentions, le mieux est de regarder la vidéo qu’elle a partagée sous son tweet ambigu.

Les polémiques islamophobes incessantes - Hassan Iquioussen © Hassan Iquioussen

La vidéo dure 26 minutes et est intitulée "les polémiques islamophobes incessantes". Le contexte est celui de la polémique sur le burkini. Hassan Iquioussen se réfère à Chomsky (« Noam Chomsky est montré du doigt lorsqu’il critique le système », « Est-ce que vous avez lu les dix étapes de manipulation dans la société moderne ?») puis la citation exacte est : « le CCIF ne va pas changer la réalité. Ceux qui vont changer la réalité, ce sont les citoyens au quotidien, c’est-à-dire vous, à condition que vous compreniez que l’ennemi ce n’est pas le peuple français, mais que c’est une minorité d’individus qui manipule le peuple français. Vous allez agir le jour où vous allez arrêter d’avoir peur, le jour où vous allez arrêter d’être pessimiste. Si vous avez confiance en vous et si vous êtes optimistes, vous allez devenir un acteur dans votre cité, dans votre ville, dans votre pays ». Puis Hassan Iquioussen fait explicitement référence aux « politiciens voyous qui vous manipulent » (17’00). Le prêcheur déplore ensuite la chute du syndicalisme et le fait que les musulmans ne soient pas plus engagés en politique. Il appelle les musulmans à aller voter à la primaire de droite contre le candidat qui a proposé d'interdire le port du voile dans la rue. Il finit son prêche en disant que la communauté musulmane est aujourd'hui dans la même situation que la communauté israélite dans les années 30. Chacun pourra se faire son opinion en regardant la vidéo dans son intégralité mais il est difficile de défendre que « la minorité qui manipule le peuple français », ce sont les juifs et non pas les politiques qui mettent de l'huile sur le feu à chaque polémique concernant les musulmans. Le tweet de Mennel Ibtissem n’est donc manifestement pas antisémite, il n’est même pas « complotiste » (la minorité qui manipule ce n’est pas les Juifs, les Illuminati, les Francs-maçons ou le groupe Bilderberg mais des personnes publiques dans une logique politicienne). 

On peut se demander comment l’accusation d’antisémitisme a pu percoler alors que dans sa première apparition publique, Mennel Ibtissem a chanté une chanson ayant un titre en hébreu d’un auteur-compositeur juif. On ne peut s’empêcher de penser que le fait qu’elle soit une jeune musulmane voilée ne peut y être étranger.

Il faudrait faire ce travail de fact-checking pour tous les tweets et messages Facebook de Mennel Ibtissem. Mais ce travail est difficile. Il n'y a pas toujours de vidéos permettant de contextualiser le message. En plus, la temporalité n'est pas du côté de la vérification (à l'heure où j'écris ce billet, la chanteuse a déjà quitté l'émission de TF1 depuis plusieurs jours). Enfin, ceux qui ne veulent pas entendre, n'entendrons pas et continueront leurs attaques issues de préjugés ("elle est complotiste et musulmane ? Elle doit donc être antisémite", "elle retweete un prêcheur musulman ? Elle doit donc être islamiste").

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.