Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 févr. 2013

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

Mariage gay: les députés britanniques votent pour

Par 400 voix contre 175, les députés de la Chambre des Communes, au Royaume-Uni, ont voté mardi 5 février en faveur de la loi autorisant le mariage homosexuel. Le Premier ministre, David Cameron, a parlé d’un « important pas en avant » renforçant la société britannique. Pour Nick Clegg, vice-premier ministre et chef du parti libéral démocrate, « peu importe qui vous êtes et qui vous aimez, nous sommes tous égaux ». Ed Miliband, leader du parti travailliste, évoque quant à lui un jour décisif pour « la lutte pour l’égalité en Grande-Bretagne ».

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par 400 voix contre 175, les députés de la Chambre des Communes, au Royaume-Uni, ont voté mardi 5 février en faveur de la loi autorisant le mariage homosexuel. Le Premier ministre, David Cameron, a parlé d’un « important pas en avant » renforçant la société britannique. Pour Nick Clegg, vice-premier ministre et chef du parti libéral démocrate, « peu importe qui vous êtes et qui vous aimez, nous sommes tous égaux ». Ed Miliband, leader du parti travailliste, évoque quant à lui un jour décisif pour « la lutte pour l’égalité en Grande-Bretagne ».

 La loi pour le mariage homosexuel ayant fortement divisé les Tories, elle n’aurait pas pu être votée sans le soutien des libéraux-démocrates et des travaillistes. David Cameron s’était à plusieurs reprises déclaré favorable à cette loi, mais il avait également indiqué qu’il ne forcerait pas les députés conservateurs à le soutenir. Dimanche, une vingtaine de représentants de son parti lui avaient adressé une lettre lui demandant « plus de temps (pour) débattre d’un sujet d’une telle gravité », craignant que cette loi n’« entraîne de profonds dommages au parti conservateur à l'approche des élections de 2015 »

Jeudi matin, dans une lettre envoyée au Daily Telegraph, le chancelier George Osborne, le ministre des Affaires étrangères, William Hague, et la ministre de l'intérieur, Theresa May, s’étaient empressés d’inciter leurs collègues à soutenir la position du gouvernement: « Le mariage a évolué au cours du temps. Nous croyons que le fait de l’élargir aux couples de même sexe n’affaiblira pas cette institution mais qu’au contraire, cela la renforcera. (…) Comme David Cameron l’a dit, nous devrions défendre le mariage gay non pas en dépit du fait d’être Conservateurs, mais parce que nous sommes Conservateurs ».

Au cours d’un débat qui a duré toute une après-midi, Maria Miller, la ministre des Femmes et des Égalités, a ainsi expliqué que « ce que le mariage nous offre à tous est un partenaire de vie avec qui partager notre voyage, une relation stable d’amour pour se consolider et un soutien mutuel tout au long de notre vie ». A ceux qui lui ont rappelé que le partenariat civil, adopté en 2005, reconnaît déjà les couples homosexuels, elle a défendu qu’un tel partenariat « ne contient pas les mêmes promesses de responsabilité et d’engagement que le mariage ».

Mais, dans un pays où  l’Eglise anglicane possède une influence indiscutable, la principale inquiétude ressortant de ce débat parlementaire a porté sur le respect des croyances religieuses. Maria Miller a donc tenté de rassurer les parlementaires de tous bords en affirmant que toutes les organisations religieuses auront la liberté de décider elles-mêmes si elles veulent ou non célébrer des cérémonies religieuses pour les couples de même sexe. L’Eglise anglicane ayant des devoirs particuliers reconnus par le droit commun, des mesures spécifiques devront être prises pour qu’elle puisse elle aussi autoriser le mariage homosexuel, seulement si elle le souhaite – ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. La ministre des Femmes et des Égalités a également souligné qu’aucun enseignant n’aurait à promouvoir des vues qui iraient à l’encontre de ses croyances et qu’enfin, il était « simplement inconcevable que la Cour (européenne des droits de l’Homme) demande à des groupes religieux de conduire des mariages pour les couples de même sexe, si cela va à l’encontre de leurs doctrines ».

Tandis que les parlementaires de la Chambre des Communes s’agitent, la société britannique apparaît quant à elle relativement silencieuse. Rien à voir avec les manifestations pour et contre le mariage pour tous qui se sont multipliées ces dernières semaines en France. Steve Wharton, professeur à l’Université de Bath et spécialiste du mouvement LGBT au Royaume-Uni et en France, voit dans cette différence entre les deux pays, d’une part « la tradition révolutionnaire de la France, sa tradition à manifester », d’autre part, le fait que « pour une large proportion du public britannique, l’homosexualité n’est plus vraiment sujet à controverse, il y a beaucoup de tolérance ».

Mais si la loi sur le mariage homosexuel ne déchaine pas les mêmes passions au Royaume-Uni, c’est aussi parce que les enfants n’ont pas été mis au cœur du débat. Et pour cause: les droits parentaux des couples homosexuels y sont déjà reconnus. Depuis 2002, célibataires et couples non mariés, quels qu’ils soient, ont le droit d’adopter un enfant. Il est également possible de recourir à la procréation médicalement assistée. La gestation pour autrui, quant à elle, est légale, tant qu’elle n’est pas rémunérée. A l’époque de l’adoption du partenariat civil, ajoute Steve Wharton, « des points de vues très forts ont été exprimés, des prédictions de désastre social et sexuel, et puis finalement le ciel ne nous est pas tombé sur la tête »

La loi sur le mariage homosexuel doit maintenant être discutée à la Chambre des Lords. Le partenariat civil, quant à lui, reste toujours fermé aux couples hétérosexuels.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André