Crise financière de 2008, catastrophe du Covid-19 et défi écologique et social.

Selon le rapport de l’OFCE du 30 Mars 2020, Chaque mois de confinement est une perte de 2,6% du PIB annuel soit 60 Milliards d’euros. La France accuse déjà un niveau de dette colossal. Il reste une seule voie c’est la relance économique par la création de fonds citoyens de 2 800 Milliards d’euro sur 10 ans pour l'économie "écosociale".

Face à trois crises mondiales, nous ne réagissons pas de la même manière.

En 2008 face à la crise financière, les banques centrales européennes abaissent leurs taux, injectent des liquidités et achètent de la dette publique et privée. La BCE injecte 4 000 Mds€ de 2011 à 2017. [1] En 10 ans la crise financière a coûté approximativement 1 541 Mds€ à la France.[2]

En Mars 2020, la BCE ne dispose plus des mêmes marges de manœuvre pour répondre à la crise du Covid-19. La Réserve fédérale américaine et les banques centrales du Canada et d'Angleterre ont abaissé leurs taux directeurs. La BCE n'a pour l'heure pas bougé, son taux est toujours à zéro. "Nous avions eu en 2008-2009 le grand big bang des banques centrales", a rappelé la cheffe économiste de l'OCDE Laurence Boone. "Nous avons besoin d'un même big bang, mais du côté budgétaire cette fois-ci".[3]

Face à la crise mondiale du covid-19 le plan esquissé par les Vingt-Sept, le 10 Mars 2020, est une solution très élémentaire. Il s'agit principalement d'assouplir les règles de déficit - le fameux plafond de 3% - et de laisser chaque État aider ses entreprises en difficulté. Le Président de la république française met alors en place une enveloppe de 300 Mds€ pour garantir les prêts sollicités par les entreprises à leurs banques.[4] Dans la même période, le parlement allemand vote un plan de soutien de 1 100 Mds€ pour des aides budgétaires au secteur de la santé, pour l'assouplissement du régime du chômage et pour des garanties offertes aux entreprises en difficulté etc.[5]. L’Union Européenne a annoncé de son côté un plan de 37 Mds€ [6]pour soutenir les économies des États membres. Le 09 Avril 2020 une autre réponse de l’union Européenne : 240 Mds€ de prêts du fonds de secours de la zone euro, un fonds de garantie de 200 Mds€ pour prêts aux entreprises et jusqu'à 100 Mds€ pour soutenir le chômage partiel.[7]

Pour la crise financière de 2008, la BCE injecte d'importantes de liquidités et réduit son taux pour arriver à zéro. La France emprunte pour arriver à plus de 100% de son PIB. Cette dette pourra dépasser les 115% en 2020.

Pour la crise du covid-19 en 2020, la BCE met en place un plan d'"urgence" de 750 à 1 000 Mds€ destinés à des rachats de dettes publiques et privées. La France émet des garanties qui rentrent en hors bilan et n’affecte pas sa dette. Le ministre de l’Économie annonce une aide de 45 Mds€ pour les entreprises et les salariés. Le ministre de l’Action et des comptes publics promet 2 Mds€ consacrés à la lutte sanitaire.[8] Le plan d'urgence de soutien à l'économie sera porté à 110 Mds€.[9]

Pour la crise écologique, l’Europe promet un investissement de 1 000 Mds€ sur 10 ans pour une neutralité carbone en 2050, soit en moyenne environ 3,7 Mds€ par an et par pays européen. Mais la France est absente et très loin de ses objectifs Climat.

L’assouplissement de la règle européenne du déficit de 3% signifie que la France en période de crise pour faire tourner son administration ou répondre à des dépenses imprévues. Elle peut avoir un budget qui dérape. Ses dettes ou son déficit déjà excessifs flambent. Un déficit public est attendu à plus de 7,6% en 2020.

Selon le rapport de l’OFCE du 30 mars 2020, chaque mois de confinement est une perte de 2,6% du PIB annuel soit 60 Mds€.[10]

La France accuse déjà un niveau de dette colossal. Après la catastrophe du Covid-19 il faut bien rembourser cette dette qui sera à long terme. Elle se traduira par une augmentation des impôts ou une perte du pouvoir d’achat de la monnaie. C’est le retour de l’inflation : plus il y a d’inflation plus les rentrées fiscales augmentent. Dans les deux cas, il y a une perte de pouvoir d’achat des ménages.

Pour l’État, l’inflation voulue par la BCE permet de réduire le ratio dette-PIB en accroissant son dénominateur (la valeur du PIB), sauf si les taux d’intérêt remontent fortement du fait de l’inflation au-delà des 2% fixé par la même BCE, donc aussi l’augmentation de la charge des intérêts pour l’État.

Pour l’État, l’inflation voulue par la BCE permet de réduire le ratio dette-PIB en accroissant son dénominateur (la valeur du PIB). Par contre, si les taux d’intérêt remontent fortement du fait de l’inflation au-delà des 2% fixés par la même BCE, donc aussi l’augmentation de la charge des intérêts pour l’État.

Cette étude arrive à point nommé pour une relance économique qui permettra une croissance du PIB plus rapide que la croissance de la dette.

Et si un jour à cause du réchauffement climatique un autre virus rejoint la France ou l’Europe comme la Dengue [11]? ou dans le permafrost du Grand nord les virus et les bactéries sont libérées ?

Et si un jour, à cause du réchauffement climatique, un autre virus comme la Dengue [12] rejoint la France ou l’Europe ou bien les virus et les bactéries du permafrost du Grand nord sont libérés ?

Ce qui est curieux c’est que les règles monétaires n’ont pas résisté lorsqu’il s’est agi de sauver les acteurs du système bancaire et financier. Elles sont assouplies face au COVID-19, arrivent à leurs limites mais résistent à la crise écologique.

 

[1] https://www.challenges.fr/finance-et-marche/ou-sont-passes-les-4-000-milliards-d-euros-injectes-dans-l-economie-par-la-bce_520551

[2] https://www.capital.fr/economie-politique/la-crise-de-2008-a-10-ans-voila-ce-quelle-a-coute-a-la-france-1314379

[3] https://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/crise-de-2008-et-choc-economique-du-coronavirus-comparaison-1875173.html

[4] https://www.lesechos.fr/economie-france/social/coronavirus-vers-une-indemnite-mensuelle-pour-les-independants-1185901

[5] https://www.capital.fr/entreprises-marches/allemagne-le-parlement-approuve-un-plan-de-relance-faramineux-1365754

[6] https://www.usinenouvelle.com/editorial/l-union-europeenne-veut-allouer-37-milliards-d-euros-pour-soutenir-les-economies-des-etats-membres.N940221

[7].https://www.lesechos.fr/monde/europe/coronavirus-les-pays-de-lue-sentendent-sur-une-reponse-economique-commune-1193858

 

[8] http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-une-france-confinee-ce-midi-et-en-guerre-contre-l-epidemie-6633-cas-detectes-et-148-morts-suivez-notre-direct-17-03-2020-8281689.php

[9] https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/coronavirus-le-senat-vote-un-nouveau-budget-de-110-milliards-d-euros-7800433036

[10] http://www.journaldelenvironnement.net/article/covid-19-une-crise-a-60-milliards-d-euros-par-mois-en-france,104680

[11] https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/dengue

[12] https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/dengue

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.