GABRIEL GASPARD
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2022

GABRIEL GASPARD
Abonné·e de Mediapart

Zone euro : comment éviter le retour de la crise financière de 2011.

Après la crise grecque en 2008, y aura-t-il une crise italienne ou française en 2022 ? Deux mesures sont présentées : créer pour chaque pays européen en danger une seconde monnaie nationale, ou sortir de l'euro et y rentrer immédiatement en fonction des nouvelles valeurs monétaires nationales.

GABRIEL GASPARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"La fragmentation financière se définit comme le paiement de primes de risque de crédit plus élevées par des émetteurs d’obligations aux caractéristiques similaires lorsqu’ils sont situés dans les pays dits de la périphérie de la zone euro".

En 2008, la crise économique mondiale trouve la Grèce handicapée par un fort endettement et un fort déficit budgétaire. L'agence Fitch dégradait la note de la dette souveraine grecque, donnant le coup d'envoi d'une crise de financement de la zone euro. En 2011, la crise grecque s'est aggravée. Elle s'élargit à l'Espagne puis à l'Italie et dans une moindre mesure à la France. Ces tensions financières ont ravivé les craintes de voir certains états contraints de quitter l'union monétaire étant affaiblis par la fragilité de leurs finances publiques et l'intensité des attaques subies sur les marchés. Plus de 10 ans après la crise des dettes souveraines, la zone euro est toujours fragile et la situation a été aggravée par la pandémie et la guerre en Ukraine. C'est l'Italie qui se trouve aujourd'hui à la place de la Grèce, les rendements de la dette italienne grimpent et le taux dépasse les 4%. Un premier test pour la l'Europe et la BCE.

Les moyens de la Banque centrale européenne sont aujourd'hui limités. Avec un bilan à 8.700 milliards d'euros et sa décision de mettre fin à l'achat d'obligations, il paraît inimaginable à la BCE de recréer rapidement un nouveau programme d'actifs comme pendant la pandémie et faciliter les liquidités pour les pays de la zone euro en difficultés.

L'Europe pourra-t-elle lancer une nouvelle dette commune ? Le remboursement du premier plan "NextGenerationEU" va s'étaler jusqu'au 31 décembre 2058. L'Europe prévoit un nouvel endettement commun des Vingt Sept pour absorber les effets des sanctions contre la Russie. Elle doit prévoir un troisième endettement commun pour participer à la reconstruction de l'Ukraine. Peut-elle encore s'endetter pour distribuer ou prêter aux pays européens les plus "stressés" ? Engager l'Europe au-delà de 2058, oui mais avec quelles ressources ?

Les critères de convergences sont suspendus. En 2011, les pays européens membres de la zone euro devaient respecter les critères de convergences ou "critères de Maastricht". Ces critères imposaient la maîtrise de l'inflation, de la dette publique, du déficit public, de la stabilité du taux de change et de la convergence des taux d'intérêt. Avec la pandémie ces critères ont été suspendus. Le pacte de stabilité budgétaire sera de nouveau en vigueur en 2024 au lieu de mars 2023. Alors d’ici fin 2023, est-il possible d’éviter une "fragmentation" en absence de règles strictes ? Tous les pays de la zone euro présentent des taux d’endettement, d’inflation, de croissance, etc… tous différents. Ceci confirme que les niveaux de développement sont éloignés, les dynamiques économiques sont divergentes et la régulation des marchés du travail nationaux discordante.

Vers une seconde monnaie nationale. La Chine est le seul pays à avoir appliqué le principe de séparation des monnaies intérieure et extérieure. Elle en a tiré beaucoup d’avantages. Elle a utilisé le dollar américain pour son commerce extérieur et le yuan/renminbi pour ses affaires intérieures. Il y a eu une séparation stricte des deux monnaies pendant une large période. Après 1980, la Chine est devenue une grande exportatrice. Mais ses dollars restaient utilisés uniquement pour importer des biens et des services, faire des investissements à l'étranger et acheter des obligations du Trésor américain.

Quant à l'euro, il a été lancé en 1999 sous sa forme scripturale. Il a servi à des fins comptables et pour les paiements électroniques jusqu'en 2002. Depuis 1999, cette nouvelle monnaie s’échange avec les autres monnaies internationales. Pendant cette période, les monnaies nationales, et donc le franc, continuaient d'exister. Pendant trois ans la France a utilisé deux monnaies l'euro et le Franc. Il faut rappeler que "La valeur de l’euro est un taux de conversion et non un taux de change fixée au 1er janvier 1999 par 11 pays d’Europe. Cette valeur a été calculée avec un système de pondération en fonction de l’importance du poids des pays membres de l’Union Économique et Monétaire (UEM) multiplié par le taux de change international des différentes monnaies des pays concernées au 1er janvier 1999, avec une pondération des cours des monnaies en fonction du cours du dollar américain." Culture-générale.fr.  

Prenons le cas de l'Italie. Pour faciliter la production, l’échange et la consommation ou limiter une crise de l'endettement en cas de pénurie de moyens monétaires, ce pays peut tout simplement créer une seconde monnaie nationale "à partir de rien" ou réactiver son ancienne monnaie la lire ITL. Il peut aussi utiliser une cryptomonnaie privée comme le bitcoin à l'exemple du Salvador en 2021. La Centrafrique a aussi décidé que le bitcoin serait une monnaie officielle au côté du franc CFA et légalise l'usage des cryptomonnaies. Les cryptomonnaies sont adossées à des blockchains qu'il ne faut pas confondre avec les monnaies qui elles sont, comme leur nom l’indique, émises par des banques centrales.

Pour une période bien définie, l'Italie peut décider à tout moment la réactivation de sa monnaie la lire (1 euro = 1936,27 ITL taux de conversion fixé au 1 janvier 1999). Cette monnaie virtuelle bidirectionnelle sera gérée par la Banque centrale nationale italienne (BCI). C'est une monnaie que l'on pourra acquérir contre de l'euro et qui peut par la suite être retransformée en euro, mais à un taux de change changeant. Les dépôts bancaires en lire et les chèques émis par les italiens deviennent une monnaie locale qui n'est plus "convertible" en euro. Tout financement en lire accepté par une Banque commerciale italienne créera de la monnaie qui dans ce cas ne disparaît pas mais devient un papier-monnaie inconvertible. Les comptes en lire vont fonctionner normalement. Il n'est pas nécessaire qu'ils soient garantis pas des euros réels du côté des actifs des banques émettrices. Il s’agit d’une monnaie locale, formellement attachée à l'euro. Ils ne fonctionnent qu’à l’intérieur du pays concerné. A chaque moment l'euro peut remplacer la totalité de cette monnaie secondaire avec fixation autoritaire du taux de change.

Sortir de l'euro et y rentrer immédiatement en fonction des nouvelles valeurs monétaires nationales. Si rien n'est fait dans le cas d'une "fragmentation" dans la zone euro, certains pays devront sortir provisoirement de cette zone et dévaluer leurs monnaies centrales. Mais la dévaluation est-elle le bon outil pour résoudre les problèmes budgétaires ?

Tous les experts, qui ont analysé la sortie de la France de la zone euro, arrivent tous à une même conclusion : le franc se dévaluerait vis-à-vis de quatre devises (DEM Allemagne, IEP Irlande, NLG Pays Bas et LUF Luxembourg) mais s’apprécierait vis-à-vis des autres pays de la zone euro.

Les spécialistes peuvent calculer de manière équitable les nouvelles valeurs monétaires nationales pour les pays en tension de la zone euro pour obtenir un nouveau taux fixe de conversion comme en 1999. Pour cela il faut tenir compte au moment venu de plusieurs éléments tels que différence de productivité, poids dans les échanges ou l’importance économique des pays membres de l’Union économique et Monétaire (UEM) et la position euro/dollar.

Alors pour stabiliser la zone euro, sortir des crises de finance publique et rétablir l’équité entre les pays de cette zone, pourquoi ne pas sortir de l’euro et y rentrer immédiatement ? L'avantage de ce mécanisme, pour le pays qui a dévalué son euro, c’est de rendre les produits moins chers à l'exportation que les autres pays de la zone euro qui réévaluent leurs monnaies. Ainsi les euros rentrent et la balance importation/exportation est rééquilibrée comme l'endettement et la dépendance de l’extérieur. L’inconvénient est de rendre plus chers les produits indispensables importés hors zone euro comme les hydrocarbures, et tout ce qu'on ne produit pas soit même si in fine le taux de change de l’euro par rapport au dollar diminue encore.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost