GABRIEL GASPARD
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 janv. 2023

GABRIEL GASPARD
Abonné·e de Mediapart

Un fonds d'investissement citoyen pour lutter contre l'inflation.

Pour freiner l'inflation, la Banque centrale européenne BCE augmente ses taux directeurs. Avec un endettement record, la France protège les citoyens vulnérables tout en maintenant une politique budgétaire limitée. La BCE et la France peuvent-elles utiliser d'autres méthodes pour y parvenir ?

GABRIEL GASPARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec une inflation qui va durer, il est important pour les Français de comprendre les opérations de conduite de la Banque centrale européenne BCE, la gestion et le financement du budget de la France et l'impact des aides sur leurs vies au quotidien. Une autre approche ne peut-elle pas être envisagée pour combattre l'inflation ?

La BCE augmente les taux pour freiner l'inflation. Le taux directeur est le taux d'intérêt fixé par la Banque centrale européenne pour les prêts qu’elle accorde aux banques commerciales qui en ont besoin. La première mission de la BCE est d'assurer une stabilité des prix, en d'autres termes contrôler l'inflation. Quand l'inflation n'est plus modérée, généralement au-delà d'un objectif de 2%, la BCE décide de relever ses taux directeurs car une inflation trop forte peut rapidement réduire la valeur de l'épargne et engloutir les bénéfices des entreprises. Les consommateurs et les entreprises sont alors tous mis en difficulté.

Avec des taux plus élevés, la croissance et l'emploi baissent. En effet, il y a alors moins de liquidités qui circulent dans l'économie d'où une baisse de la consommation. Lorsque la demande des biens et des services diminue, leurs prix ont tendance à baisser et c'est le but à atteindre. Mais la BCE doit  préserver la confiance en ajustant les taux pour ramener rapidement l'inflation à son objectif sans ralentir fortement l'économie. Une approche très difficile sans un budget équilibré de la France pour améliorer le sort des plus démunis et relancer la croissance.

La France restreint-elle son budget pour aider à lutter contre l'inflation ? La politique budgétaire consiste à utiliser le budget de l'État pour agir sur la situation économique. Elle englobe l'ensemble des actions menées sur les ressources ou les dépenses de l'État. Le "quoi qu'il en coûte" était essentiel pendant la période de la pandémie. Par contre, quand de nombreuses personnes sont encore en difficulté à cause de la flambée des factures alimentaires et énergétiques le gouvernement ferme le robinet des aides pour la Covid-19, mais débloque des dizaines de milliards contre l'inflation. Avec tous ces milliards, le gouvernement augmente la demande globale qui risque de faire grimper l'inflation.

Le risque est que le même gouvernement sera forcé un jour de baisser les dépenses pour diminuer l'inflation tout en réduisant la dette. Un déficit plus faible calme la demande globale et l'inflation. Dans le cas contraire la Banque centrale européenne aura besoin encore d'augmenter les taux pour juguler l'inflation.

Pour assainir l'économie et éviter les conflits sociaux, le gouvernement a besoin d'investir dans les infrastructures, la mobilité, les soins de santé et l'éducation tout en définissant une répartition équitable des richesses. Il faut investir et lever les fonds nécessaires. Pour emprunter, la France émet des obligations du trésor sur les marchés financiers secondaires via les banques commerciales. Les obligations du trésor sont cotées en bourse secondaire pendant leur durée de vie. La bourse permet d’acheter d’autres obligations françaises déjà en cours de vie ou de revendre d’autres avant leur échéance. C’est le prix de l’obligation qui va décider les acquéreurs. La valeur de l’obligation va fluctuer en fonction du niveau des taux d’intérêt en suivant l’offre et la demande. Il en résulte une création monétaire, plus de liquidité, plus de consommation et plus d'inflation. De même, plus la durée des obligations est longue plus il y a défaillance des investisseurs et moins d'acheteurs. La BCE a alors recours aux rachats des titres publiques de la France. C'est le retour à la politique monétaire dite "d'assouplissement quantitatif".

Face à une inflation plus forte, la BCE durcit sa politique monétaire accommodante. Pour répondre à la crise financière de 2008 et à celle de la pandémie, la BCE a lancé plusieurs programmes d'achats massifs et durables des titres obligataires publics "l'assouplissement quantitatif". C'est un outil de politique monétaire non conventionnelle. Il est utilisé pour lutter contre le risque de déflation (contraire d'inflation) et de récession (diminution de l'activité économique). Il consiste, pour la BCE, à acheter des titres de dettes publiques qui entraineront une baisse des taux d’intérêt. Cela permet aux ménages, aux entreprises et aux États de continuer à se financer à de bonnes conditions, favorisant la croissance économique. Cette politique accommodante s’est heurtée à la reprise de l’inflation et la BCE ralentit sa politique monétaire qui alimente l'inflation.

La BCE et la France sont-elles prêtes de sortir de cette ornière ? L'objectif est de disposer d'argent nécessaire pour investir, sans emprunter sur le marché financier, sans créer de la monnaie additionnelle mais diminuer plutôt la quantité de liquidité pour lutter contre l'inflation. Comment faire ?

Les fonds citoyens peuvent être une réponse. Chaque fois que le la BCE estime qu'il y a un excès de liquidité et qu'il faut augmenter le taux directeur pour maitriser l'inflation, la France et/ou d'autres pays européens peuvent créer des fonds citoyens d'investissement pour contrôler cet excès de liquidité.

En pratique la France peut faire appel au surplus des dépôts à vue des Français avec une rémunération très attractive, supérieure au taux de l'inflation et exonérée d'impôts pour les attirer. Aujourd'hui, les dépôts sur les comptes courants s’élèvent à 544 milliards d’euros et en moyenne, un ménage français conserve 18 430 euros sur son compte courant. Il y a 15 ans, ce chiffre était de moins 7 000 euros.

A la fin des souscriptions, la BCE va retirer une partie importante de l'argent en circulation, ce qui entraine une diminution de cette liquidité et du taux d'inflation. Pour réduire cette liquidité, la BCE peut faire des reprises de "liquidité en blanc" une méthode d'assèchement de liquidité en offrant une rémunération fixe et intéressante pour les dépôts à terme effectués auprès d'elle. Elle peut aussi inciter les banques à rembourser de manière anticipée les prêts à long terme qu'elle leur a accordés à des taux avantageux. De cette façon la BCE parvient à réduire l'inflation et les Français ont la possibilité d'augmenter leurs revenus. Avec ce fonds l'État doit mieux investir au service de la croissance : un euro investit peut rapporter entre 0,60 cts et 2 euros à l'État (multiplicateur des dépenses publiques sur le PIB). Avec une croissance plus élevée, la France devrait écarter la récession et résister mieux à la flambée des prix de l'énergie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy