GABRIELI
Ancien administrateur général, Conseiller culturel, Expert formations universitaires, Santé, Politique de la Ville...
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2019

ANTI/LBD

Les combats anti-LBD ne sont pas vains;les premiers résultats apparaissent:

GABRIELI
Ancien administrateur général, Conseiller culturel, Expert formations universitaires, Santé, Politique de la Ville...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manifestation des gilets jaunes à Paris lors de l'acte 9 des gilets jaunes. — OLIVIER CORERT/SIPA
« Dans sept mois, je ne serai plus habilité à utiliser les LBD et ce sera très bien comme ça », confie Jean*, brigadier d’une compagnie de CRS dans l’est de la France. Depuis un an, il a été mobilisé un nombre « incalculable » de samedis pour sécuriser les cortèges parisiens des « gilets jaunes ». A trois reprises, il a dû faire usage de son lanceur de balles de défense, cette arme dite « intermédiaire », qui tire des balles en caoutchouc. « A chaque fois, j’entrais strictement dans le cadre d’utilisation mais forcément les conditions en manifestation ne sont jamais optimums. On peut se recevoir un parpaing au moment où on vise et notre tir est dévié. Et si on n’a pas de chance, on se retrouve au tribunal», confie le fonctionnaire de 34 ans, qui a décidé de ne pas renouveller son habilitation.

Pour l’heure, aucun policier n’a été mis en examen pour des blessures graves ou des mutilations lors des manifestations des gilets jaunes mais des poursuites semblent inévitables. A Paris, selon le parquet, sur les 212 enquêtes confiées à la police des polices, une cinquantaine a été classée sans suite – notamment car l’infraction n’était pas suffisamment caractérisée – mais 72 procédures sont toujours d’analyse et 18 – les faits les plus graves – ont donné lieu à l’ouverture d’une information judiciaire.

« On ne va pas tirer à balles réelles »
Des procédures qui font bondir les forces de l’ordre. Si certains reconnaissent qu’à « de rares exceptions » des tirs de LBD sont sortis du cadre légal, beaucoup dénoncent des enquêtes qui ne prennent pas en compte la réalité du terrain et s’exaspèrent lorsque des organismes officiels à l’instar du Défenseur des droits réclament l’interdiction du LBD. « Quand on nous envoie des projectiles ou qu’on nous charge, il faut bien qu’on puisse répliquer, les tonfas ne suffisent pas et on ne va pas utiliser nos armes de service, tirer à balles réelles », insiste Alexandre, CRS depuis une vingtaine d’années. Comment expliquer cependant que, selon le décompte du journaliste indépendant David Dufresnes, 24 personnes ont été éborgnées depuis le début du mouvement alors même que la réglementation interdit de tirer dans le visage ?

« Ce n’est pas une arme particulièrement fiable ni précise à longue distance », estime Julien*, brigadier, chef de groupe dans une compagnie de CRS. Au début de l’année, le fabriquant des LBD a publié un communiqué indiquant que les munitions utilisées en France, d’une autre marque, n’étaient pas adaptées. « En cas d’utilisation de munitions d’autres fabricants, il y a le risque que la précision baisse et le risque de blessures augmente considérablement », indiquait l’industriel. De nouvelles munitions ont été commandées en mars mais plusieurs syndicats ont dénoncé leur manque d’efficacité. « Qui dit armes moins précises dit dommages collatéraux, résume le policier. Le fonctionnaire ne vise pas intentionnellement le visage, mais à longues distances un tir dans le thorax peut malheureusement dévier de quelques degrés et toucher le visage ou la personne derrière. »

« Notre tir peut être dévié »

Certains fonctionnaires mettent également en avant le manque de formation. Pour être habilité à utiliser un lanceur de balles de défense, il faut passer une certification puis repasser l’habilitation tous les trois ans. « Ce n’est pas le LBD en soi qui pose problème, estime Alexandre Langlois du syndicat Vigi. C’est son cadre d’utilisation. On tire cinq balles dans le calme tous les trois ans et ensuite on envoie les policiers en manifestation dans un contexte ultra-tendu. » A plusieurs reprises, Alexandre a ainsi renoncé à utiliser son LBD pendant les manifestations. « Quand on prend une pluie de projectiles au moment où on arme ou qu’il y a des mouvements, on n'est moins précis. »

Autant de raisons qui poussent certains fonctionnaires, certes minoritaires, à avoir des réticences à utiliser cette arme. A l’instar de Jean, Alexandre a plusieurs collègues qui ont refusé de repasser leur habilitation. « C’est une certification en moins qui leur évite un risque supplémentaire. » De son côté, Alexandre Langlois affirme avoir de plus en plus de « remontées de collègues qui ont peur d’utiliser leur LBD. Certains préfèrent prendre des risques plutôt que de s’en servir. » Depuis qu’il a pris la décision de ne plus être habilité, Jean n’a pas eu à se resservir de son LBD. Il n’en fait pas une règle d’or et assure que s’il est mobilisé sur des manifestations où son utilisation le nécessite, il s’en servira. « Mais j’hésiterai plus qu’avant, c’est sûr. »

Reste que tous les policiers même les plus critiques quant au LBD insistent sur la nécessité d’être doté d’une arme intermédiaire lorsque la situation s’envenime. « D’autres solutions intermédiaires existent », avance Julien. Et de citer les « pepper balls », des projectiles contenant un gaz irritant, utilisés aux Etats-Unis. Le débat ne semble, pour l’heure, pas une priorité. En février, après que le Conseil de l’Europe critiquait l’usage excessif de la force, Emmanuel Macron a défendu l’usage de cette arme. « Le LBD, ce n’est pas forcément la meilleure des solutions mais on fait avec ce qu’on a », résume Julien."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux