Attention au maintien des services publics pour les Français résidant à l’étranger!

Plusieurs événements récents mettent en lumière le désarroi de certains Français établis à l’étranger face à la diminution des moyens de l’Etat, qui impose de proposer des solutions alternatives et d’accompagner au mieux les publics concernés.

Le Ministère des Affaires étrangères a annoncé le mois dernier la fermeture du Consulat d’Andorre et ce mois-ci la suppression du vote électronique pour les élections législatives pour les Français résidant à l’étranger. Dans le même temps, les retraités binationaux du secteur public se battent depuis des années au Portugal pour mettre fin à une situation d'imposition rétroactive très préjudiciable.

Ce ne sont que quelques exemples d'événements pouvant provoquer des situations difficiles pour les Français établis à l’étranger, en matière de droits politiques, de citoyenneté ou de droits sociaux. La méconnaissance et le manque de visibilité de ces problématiques empêchent une prise en compte rapide et pragmatique de ces situations. Il est pourtant question de justice sociale, dans la mesure où les publics les plus touchés par ces décisions, à l’heure où la numérisation des services publics fait figure de panacée, sont souvent les plus éloignés des outils numériques et les moins mobiles.

Des solutions pragmatiques peuvent pourtant être mises en œuvre dans toutes ces situations pour accompagner les publics concernés. C’est ainsi que l’Assemblée des Français de l’étranger a obtenu de la part de Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l'étranger, la prolongation du délai d’inscription pour le vote par correspondance afin de pallier la suppression du vote électronique.

En Andorre, un poste informatique a été placé au sein de l’Ambassade afin de permettre aux Français d’Andorre d’effectuer une partie de leurs démarches en ligne. Cependant, les populations les moins familières des outils numériques et les moins mobiles (familles nombreuses, personnes âgées) se trouvent lourdement pénalisées : difficultés au moment des démarches de demande de papiers d'identité et difficultés à aller récupérer ceux-ci dans une commune française ou en Espagne où ont été transférés les services consulaires.

Une pétition citoyenne est en circulation, qui s’élève contre la fermeture du consulat, en partie du fait des inquiétudes que cette fermeture suscite chez les personnes qui peuvent avoir des problèmes de mobilité. Indépendamment de la suite donnée à cette démarche, nous souhaitons qu'il soit garanti, si le Gouvernement persiste dans le refus de revenir sur la décision de fermeture du consulat d’Andorre, que cet ajustement cause le minimum de désagréments aux Français d’Andorre, et particulièrement aux moins mobiles d'entre eux.

En cette semaine de célébration du jour de la Constitution en Andorre, dont le Président de la République est co-Prince, et face au refus du Ministère des Affaires étrangères de revenir sur sa décision de fermeture du Consulat le 1er septembre 2017, il est urgent de prévoir la nomination d’un consul honoraire pour préserver l’accès aux services publics de l'intérgalité de la communauté française résidente.

Le consul honoraire pourrait accompagner ces publics les plus fragiles et les moins familiers des outils numériques dans leurs démarches administratives.

La rationalisation budgétaire ne saurait se faire au détriment de l'objectif de services publics de qualité et accessibles à tous.


Gabrielle Siry
Candidate des socialistes et des écologistes aux législatives 2017 sur la 5e circonscription des Français de l’étranger (Andorre, Espagne, Monaco, Portugal)

Mehdi Benlahcen
Représentant à l’Assemblée des Français de l’étranger pour Andorre, le Portugal et l'Espagne ; Conseiller consulaire au Portugal

Annik Valldecabres
Représentant à l’Assemblée des Français de l’étranger pour Andorre, le Portugal et l'Espagne ; Conseiller consulaire en Espagne

Marcello Acri
Membre des délégués des parents d'élèves de l’école française de la Massana à Andorre

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.