Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

2041 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2021

Si la relation entre l’Afrique et la France était une marmite...

« Si la relation entre les pays d’Afrique et la France était une marmite, sachez qu’elle est très sale, cette marmite. Elle est sale de reconnaissance légère, des exactions commises, elle est sale de corruptions, elle est sale de non transparence. Elle est sale de vocabulaire dévalorisant. Elle est sale monsieur le président. Je vous invite à la récurer... » Ragnimwendé Eldaa Koama au sommet Afrique-France, 9 octobre 2021.

Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis Eldaa Ragnimwendé Koama. Je suis africaine, je suis burkinabé. Je suis intègre.

« Je suis  Ragnimwendé Eldaa Koama. Je suis africaine, je suis burkinabé. Je suis intègre.

Nul besoin de vous préciser que mon interpellation sera celle de la vérité, de la sincérité et de la franchise. Sans filtre, monsieur le président.

Mon point va s’articuler autour de tous ces imaginaires-là. Et s’il s’agit de parler des imaginaires et de ses concepts faux, incompatibles avec la réalité de nos peuples, il faudra surtout parler du vocabulaire dépassé, inadapté, dévalorisant qui réside encore dans vos discours et dans celui de vos institutions, lorsque vous vous adressez à l’Afrique ou lorsque vous levez des fonds pour « aider » l’Afrique.   

Parmi ces expressions il y en a une qui retient mon attention tout le temps et qui me dérange. « L’aide » au développement.

Monsieur le président, l’aide tant qu’elle n’aide pas, tant qu’elle n’amène pas à se départir de l’aide, comme le dit Thomas Sankara, il faut s’en débarrasser. Car l’aide, ce type d’aide là, rend esclave. Ce type d’aide là empêche les populations de s’en sortir par elles-mêmes, par leur propre capacité. Parce que qu’elles peuvent le faire, monsieur le président, et vous devriez le savoir. Le meilleur est en chacun d’entre nous, quelle que soit notre origine.

Je continue donc, pour vous citer ici, ce que feu Joseph Ki-Zerbo un intellectuel africain que vous connaissez certainement puisque vous lisez beaucoup… Il a dit et je cite : « On ne développe pas, on se développe » - fin de citation. Alors, si on ne développe pas, on ne peut pas non plus aider à développer.

Ça fait près d’un siècle que l’aide au développement se balade en Afrique. Ça ne marche pas.

Sachez que l’Afrique se développera par elle-même. Par le potentiel local et celui de la diaspora et certainement dans l’interdépendance avec les autres nations de la planète. Mais surtout à travers des collaborations saines. Je répète, SAINES. Transparentes. Constructives. Il y a des textes. Il y a des têtes bien faites, des investisseurs aussi en Afrique. Nous innovons déjà en Afrique et si ce n’est pas co-constructif, dans cette relation qu’on imagine, on n’en veut pas.

C’est donc fini les expressions « Sauvons l’Afrique », « Aidons à développer l’Afrique, il y a tellement de misérables là-bas », c’est fini Mr le président.

Alors si on doit vivre ensemble et il le faut absolument, ce sera dans l’interdépendance mais aussi et surtout, dans le respect et la valorisation des uns et des autres.

Monsieur le président vous avez voulu ce sommet différent, vous nous avez appelez, nous, société civile, tout en sachant bien que tout ce qu’on peut faire c’est dire ce qu’on pense. Vous, vous êtes un président, vous pouvez prendre des décisions ; que chacun prenne ses responsabilités dans ce sommet.

Monsieur le président je vais vous proposer des actions concrètes.

L’Agence française de développement fête bientôt ses 80 ans. C’est l’occasion de faire différemment. Changez déjà le nom, changez le fond.

On l’a si bien dit, on veut des partenariats qui soient clairs, qui soient transparents où nous aussi on peut parler, nous avons notre mot à dire. On peut aussi agir. On peut mettre notre intellect et des ressources financières sur la table de la discussion.

Je veux finir. Parce que j’aime bien échanger avec monsieur le président... Je vous propose de visualiser avec moi, ceci :

Si la relation entre les pays d’Afrique et la France était une marmite, sachez qu’elle est très sale, cette marmite. Elle est sale de reconnaissance légère, des exactions commises, elle est sale de corruptions, elle est sale de non transparence. Elle est sale de vocabulaire dévalorisant. Elle est sale monsieur le président… Je vous invite à la récurer... Par des actions concrètes. J’ai déjà commencé à faire des propositions. Mes amis le feront aussi. Si vous refusez de la laver, si vous voulez quand même préparer là-dedans, je ne mangerai pas. Nous ne mangerons pas. L’Afrique ne mangera plus. Le repas sera prêt, vous serez seul à table. Avec un appétit difficile. »

Ragnimwendé Eldaa Koama, femme victorieuse, au sommet Afrique – France, 9 octobre 2021

ELDAA KOAMA: "SI LA RELATION ENTRE L'AFRIQUE ET LA FRANCE ÉTAIT UNE MARMITE, ELLE SERAIT SALES ! " © Afrique Média

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille