« Ceux qui agrègent le droit d’asile et le terrorisme… »

« Parfois certains ont essayé même d’agréger ce sujet avec celui du terrorisme. Ça montre quelque chose sur le fond de ce traumatisme ambiant. Sur l’accueil des réfugiés, on a besoin d’un discours de sens, d’un discours moral, éthique au sens éthique du terme. C’est-à-dire qui élève tout le monde. » E. Macron, 2 novembre 2016, à Mediapart

C’est toujours instructif de revoir ce que les hommes politiques ont dit… Avec le recul on voit et on entend mieux. Et c’était déjà abjecte… Notamment cette différence qu’il fait entre les demandeurs d’asile et les migrants, « quelqu’un qui vient là pour profiter d’un système, qui a vu de la lumière, qui essaie de se faire une place (au soleil). »

Il explique aussi que si la France accueille peu de demandeurs d'asile c'est de leur faute, parce qu'ils ne veulent pas venir chez nous...

macron-chez-mediapart

"En direct de Mediapart": Emmanuel Macron face à la rédaction de Mediapart © Mediapart

1h56 - La question des réfugiés

"Accueillir des réfugiés, c’est notre responsabilité.  C’est pourquoi nous devons nous organiser pour réformer les conditions d’examen des très nombreuses demandes d’asile. Les délais d’examen des demandes doivent être considérablement abrégées pour que les personnes qui ont droit à la protection de la France puissent être accueillies, formées, prises en charge rapidement, parce qu’elles y ont droit. Mais en même temps, au terme de cette procédure plus courte, plus efficace toutes les personnes qui n’ont pas vocation à rester en France parce qu’elles n’ont pas droit d’asile doivent être reconduites à la frontière.

 

1h59 - Il faut regarder cette séquence qui commence avec une question d’Edwy Plenel à savoir que Mme Merkel a mobilisé la société par des paroles et nous n’avons rien entendu, de la part du chef de l’Etat, quand même…

On ne peut pas lui imputer les chiffres parce qu’il (FH) n’a pas cherché à aller à l’encontre. La difficulté c’est qu’aujourd’hui par rapport au flux que vous évoquez, il y a moins de demandes d’asile en France qu’en Allemagne. Parce que les demandeurs d’asile demandent l’asile dans des pays où il y a le plein emploi et où ils peuvent avoir des débouchées, et ça n’est pas un hasard si des flux de réfugiés, j’emploie le terme de réfugié, et pas de migrants sur ce sujet, sont vers l’Allemagne, la Suède ou le Royaume Uni. Ce sont des pays qui ont le plein emploi. Ils savent très bien qu’en France ils peuvent avoir les minima sociaux. Mais vous avez, un réfugié politique c’est quelqu’un qui a pris des risques de vie ou de mort. Qui a emmené sa famille, qui a risqué sa vie contre un régime politique ; il ne vient pas là pour profiter ce n’est pas quelqu’un qui vient ici pour profiter d’une société comme on l’entend parfois. Il vient pour, dans sa dignité, exercer une profession, la sienne, pour vivre, pour porter ses valeurs. Donc ils vont plus facilement demander l’asile dans des pays qui sont économiquement forts et qui les absorbent. Je veux dire que ce n’est pas de la responsabilité de F Hollande si on a moins de réfugiés en France qu’en Allemagne, c’est aussi le fait qu’on a moins de demandes.

Sur le discours politique, vous avez raison, il n’y a pas eu un discours assumé, en faveur de l’accueil des réfugiés, parce que nous avons un traumatisme collectif de l’autre. Ce pays a été traumatisé par l’autre.

E.P. -L’autre ?-

Tous les débats que nous avons aujourd’hui sur le flux migratoire en général que ce soit la migration économie, que ce soit les demandeurs d’asile, tout se confond. Parfois certains ont essayé même d’agréger ce sujet avec celui du terrorisme. Ça montre quelque chose sur le fond de ce traumatisme ambiant. Sur l’accueil des réfugiés, on a besoin d’un discours de sens, d’un discours moral, éthique au sens éthique du terme. C’est-à-dire qui élève tout le monde.

On a besoin d’expliquer à notre population qu’un demandeur d’asile n’est pas un migrant économique, quelqu’un qui vient là pour profiter d’un système, qui a vu de la lumière, qui essaie de se faire une place. Non c’est quelqu’un qui a pris des risques.

2h02 - Et surtout que notre vocation et c’est la vocation de toute démocratie, c’est de les accueillir. Et encore plus la nôtre. Parce que nous avons construit notre identité profonde comme certains aiment à le rappeler, sur l’Universalisme. Sur cette capacité à accueillir l’autre." Et bla et bla et bla…

 

 

16 aout 2021, discours télévisé, extrait

« De nombreux afghans, défenseurs des droits, artistes, journalistes, militants, sont aujourd’hui menacés en raison de leur engagement. Nous les aiderons parce que c’est l’honneur de la France d’être aux côtés de celles et ceux qui partagent nos valeurs, autant que nous pourrons le faire et en tenant compte de la nécessaire adaptation de notre dispositif. Je remercie les associations, collectifs et communes qui aideront à leur accueil. Afin de procéder à ces opérations d’évacuation, qui ne se conduiront pas sans une étroite coordination avec les militaires américains sur place, j’ai décidé l’envoi de deux avions militaires et de nos forces spéciales. Ils seront sur place dans les prochaines heures. 

Au-delà de l’urgence, j’entends prendre au nom de la France plusieurs initiatives en lien étroit avec les autres états européens et nos alliés. Notre action visera à continuer de lutter activement contre le terrorisme islamiste sous toutes ses formes. 

Ensuite, la déstabilisation de l’Afghanistan risque également d’entraîner des flux migratoires irréguliers vers l’Europe. La France, comme je l’ai dit, fait et continuera de faire son devoir pour protéger celles et ceux qui sont les plus menacés. Nous prendrons toute notre part dans le cadre d’un effort international organisé et juste. Mais l’Afghanistan aura aussi besoin dans les temps qui viennent de ses forces vives et l’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent, et nourriraient les trafics de toute nature. » 

Parfois certains ont essayé même d’agréger ce sujet avec celui du terrorisme avait-il dit en 2016…. Aujourd’hui c’est lui qui l’a fait…

Et maintenant on a aussi compris qui est cet autre... C'est celui que Macron n'accueillera pas... Et ça en fait du monde...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.