gaebus
Mon blog : Coincoin
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 nov. 2008

Démocratie EN TON NOM

gaebus
Mon blog : Coincoin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une démocratie dynamique ou la réflexion vers une démocratie authentique.

Mise en garde : Cette réflexion est celle d'un quidam destinée à d'autres quidams.

La Politique devrait être le milieu où la confiance devrait être la Règle, puisque elle ne se base que sur des relations d'intérêts communs. Hors, aujourd'hui la gestion du commun en bon(ne) père (mère) de famille est un lieu d'exception qui confirme une règle générale : celle de la méfiance politicienne.


C'est déjà vrai dans un même camp, alors avec des camps différents ...

Améliorons cela avec des citoyens engagés et des professionnels à temps plein, limitant le cumul des mandats à leurs compétences. Forcer le recentrage des élus si cela s'avère nécessaire, quitte à les renvoyer devant les électeurs avant la fin de leur mandat si tel est l'impérieux intérêt de la communauté.

Donner les moyens légaux et financiers provenant de la société oblige à la bonne utilisation de ces derniers pour améliorer la place publique.

L'épanouissement, l'enrichissement personnel ne pouvant aller que de pair avec l'amélioration de toute la société.

Une démocratie dynamique en temps réel où chaque citoyen aurait droit à "une action" qui permettrait un vote dynamique permanent.


Pourquoi, même, ne pas envisager une moindre part par enfant, administrée par des parents faisant preuve de civisme. Envisager même une "formation minimale" pour le droit à l'action responsable et autonome, vu la complexité grandissante du monde moderne.

Comment s'intéresser à un sujet telle que la politique, si, on ne connaît rien en l'occurrence ou presque, d'elle ? Et, intéresser au partage de l'expertise du quotidien, n'est ce pas aider à la bonne analyse politique indispensable pour créer la juste action influençant le meilleur investissement à faire pour le commun.

Une action (vote nominatif ou anonyme ...) qui pourrait se déplacer et permettrait ainsi d'établir si les tendances et orientations confiées par le peuple à ses représentants vont dans le bons sens.

Une population qui pourrait ainsi à tout instant témoigner des ajustements à faire en fonction du vécu au quotidien. Toutes les différentes catégories de la nation seraient représentées.

Les élus seraient informés en temps réel de la bonne ou de la mauvaise marche dans leur responsabilité représentative.

Le progrès, c'est parfois une utopie qui devient une réalité. Mais pour cela il faut faire connaitre ses idées et les confronter dans le monde réel avec les autres.

Une "élection permanente » empêcherait nos élus de se réfugier dans un mandat qui ne sera évalué seulement qu'à la prochaine échéance.

Obtenir un mandat en tant que seul but ne suffira plus.

Il faudra justifier la pertinence de sa politique et des engagements pris à tout instant durant toute la durée de son mandat. Sans quoi, le capital "action ou confiance" du peuple diminuerait et serait mesurable sans contestation possible ...
Dans la durée, un tel "baromètre" aurait, entre autre, l’avantage d’intéresser les administrés à la chose publique puisque ils influeraient de manière permanente (ou périodique) la bonne régulation de la chose publique ; attente légitime du citoyen.

Il n’est pas normal qu'un élu qui traînerait pendant son mandat une perte de confiance totale ou quasi totale, puisse continuer, sans un ajustement minimum de sa popularité qui soit représentative de ses électeurs initiaux du mandat en cours.

Dans ce cas extrême, il y aurait rupture brutale et déni de démocratie.

Il faut tout de même un minimum de cohérence et le respect des électeurs. Il faut pouvoir tenir compte d'une dynamique temporelle pouvant changer les hommes ou la situation, laquelle dynamique permettra la ligne prévue au nouveau contexte sans la crainte de renier une parole précédente.

Par nature et/ou par faiblesse, l’humain a besoin de ses semblables, mais un tout incohérent et sans intelligence le réduirait à la vie de la jungle.

Mieux nous pourrons nous organiser et plus intelligemment nous le ferons/le ferons faire, mieux nous vivrons ensemble.

La vérité, la constance, la sincérité, la fidélité … sont des marques qui font d’une personne un être digne de confiance. Lorsque je regarde autour de moi, je perçois que les gens de confiance sont des gens intelligents (ne pas confondre intelligence avec malignité, culture et autres superficialités telle que richesse financière. L’intelligence dont je parle, c’est la capacité autonome du bon jugement que la naissance nous donne à tous.

La dynamique, c’est le mouvement. Le mouvement, c’est la vie.

Une vraie démocratie ne peut être que dynamique et elle doit contribuer à élever TOUS les humains vers les sommets de l’épanouissement personnel au sein d’une collectivité et non pas vers les enfers de nos bas instincts.

Découvrons et instaurons des mouvances perpétuelles allant vers le bon sens populaire indiquant souvent la meilleure voie à suivre ; chemin dans lequel nous serons portés par l'autre parce que l'autre c'est nous qui le porterons aussi. Et, ne craignons pas la faim, car nous éloignerons la peur du changement en pesant à ce proverbe populaire, empli aussi de bons sens et qui dit : " On ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs ".

gaebus@hotmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn