M. Valls, Aujourd'hui, c'est clair, nous n'avons plus de temps à vous consacrer !

Lettre ouverte de la Confédération Paysanne Lozère à Manuel Valls, premier ministre en visite au salon mondial de la brune (vache laitière)


Lettre Ouverte à Manuel Valls, premier Ministre

Monsieur le Premier Ministre, le temps nous est compté.
Or, nous ne perdrons plus notre temps en paroles futiles, qui n'ont pour objet que de rehausser votre taux de sympathie auprès des futurs électeurs. Nous avons donc refusé un entretien avec vous lors de votre venue sur le Salon mondial de la Brune.

Pour nous, paysannes, paysans, la crise continuera après votre départ ; c'est hélas bien votre politique, à peu près la même que celle de vos prédécesseurs, qui jour après jour met nos fermes en danger.

Nous nous débattons dans vos imbroglio administratifs, nous devons subir votre méconnaissance du terrain, faire face aux retards de paiement, à la complexité des règles de la nouvelle PAC.
Nous n'avons de cesse de vous alerter quant à la disparition des paysans, aux dégâts économiques et environnementaux de cette politique libérale, et depuis des années, vous nous répondez baisse des charges, baisse des coûts du travail, report des cotisations...
Pensez vous vraiment que ces mesures d'urgence résoudront les impasses dans lesquelles l'agriculture industrielle nous a menée ? Pensez vous vraiment que dans trois ans la situation des paysans se sera améliorée ? Souhaitez vous réorienter l'agriculture vers des modèles soutenables ou attendez vous simplement 2017 ?
Nous concernant, nos attentes n'ont pas changé : nous sommes et serons toujours contre l'industrialisation de l'agriculture promue par Xavier Beulin et la FNSEA auprès de laquelle le ministre de l'agriculture prend sa feuille de route.

Parallèlement à cette crise sans précédent, les négociations en cours sur le TAFTA avancent à grand pas et font grandir des inquiétudes qui dépassent les clivages syndicaux.

Nous, Confédération paysanne, sommes pour une agriculture paysanne, la seule qui ouvre un avenir, particulièrement dans un département de montagne comme le nôtre.

Aujourd'hui, c'est clair, nous n'attendons plus rien de votre politique et nous n'avons plus de temps à vous consacrer. Aussi la Confédération paysanne de Lozère appelle tous ceux et toutes celles qui ne se retrouvent plus dans ce modèle agricole, dans ce modèle de société à se joindre à la manifestation de ce samedi à 10 h30 à Mende ainsi que le mouvement « nuit debout » qui tiendra une assemblée générale également samedi à 14h à Florac.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.