gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2020

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Non à la numérisation des copies du baccalauréat, une aberration écologique!

Le collectif des Enseignant.e.s pour la planète se positionne d'un point de vue écologique par rapport à la réforme du Bac. Polluante, énergivore, nous lançons une pétition en ligne à soutenir. En voici le contenu.

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le ministre de l’Education Nationale, Madame la ministre de la Transition Ecologique et Solidaire,

La réforme du baccalauréat prévoit – entre d’innombrables dispositions très contestables – la numérisation des copies d’examen.

Nous enseignant.e.s mais aussi citoyen.ne.s engagé.e.s au quotidien pour la défense de notre planète, nous dénonçons ici cette aberration écologique scandaleuse.

A l’heure où notre institution se targue d’un verdissement, à l’heure où nos établissements sont encouragés à obtenir des labels écologiques (E3D, Lycée Eco-Responsables), il est inacceptable de mettre en place un tel système, aussi inutile qu’écologiquement indéfendable. Inutile car les copies pourraient très simplement être remises en mains propres aux correcteurs/-trices. Ecologiquement indéfendable car toutes les étapes du processus de numérisation sont polluantes ou énergivores.

Il est extrêmement difficile de réaliser aujourd’hui le bilan carbone global d’une telle opération, mais voici les chiffres que nous soumettons au jugement de chacun.e :

-          Environ 550 000 bachelier.e.s composent pour ces épreuves. Chacun.e va composer en 2 ans 22 épreuves, et rendre au minimum à chaque fois 3 pages à scanner et déposer sur un « cloud ». 12 millions de copies, 36 millions de pages pour une seule génération d’élèves !

-          Chaque copie nécessitera environ 20 min de temps sur écran, ce qui aboutit à 4 millions d’heures. Il faut y rajouter la consultation post-correction par les élèves.

-          Il faut équiper les 1 567 lycées généraux et technologiques d’au moins 1 scanner, et toute cette activité engendrera mécaniquement une usure plus rapide des outils existants (ordinateurs personnels des enseignants ou matériel des établissements), alors qu’on sait aujourd’hui que la fabrication de produits numériques est une source de pollution majeure.

-          Chaque copie sera ensuite stockée pendant 1 an minimum sur des serveurs très énergivores, liés au « cloud », dont on ne connaît pas la localisation, mais généralement situés dans des pays où l’électricité ne provient pas d’ énergies renouvelables.

-          L’utilisation du papier ne diminue absolument pas, puisque les élèves continuent à composer sur des copies classiques. 

-          Du fait que les correcteurs/-trices ne se déplacent plus dans les centres d’examen, des économies de carburant auraient pu constituer le seul effet environnemental positif de la réforme. Mais le coût énergétique de la numérisation vient annuler ce bénéfice.

La numérisation pose également des problèmes sanitaires (problèmes ophtalmiques, troubles musculo-squeletiques…) et constitue une charge de travail à la fois lourde et sans intérêt pour les personnels administratifs qui seront chargés de la pratiquer sans rémunération supplémentaire.  Enfin, elle accentue les effets de la fracture numérique : les copies corrigées ne seront accessibles qu’en ligne, ce qui en limitera beaucoup l’accès pour nos établissements peu équipés et nos élèves peu familiers de ces usages du numérique.

Aujourd’hui, nos jeunes expriment à raison les plus vives inquiétudes sur l’avenir de la planète. Des millions d’entre nous prenons conscience de l’ampleur du problème écologique et nous résolvons dans nos vies quotidiennes à d’innombrables efforts de sobriété. Il est inconcevable que les pouvoirs publics n'en fassent pas autant, alors que les services de l’Etat ont une responsabilité majeure et devraient être exemplaires dans leurs pratiques.

Ainsi, parce que nous refusons cette inacceptable gabegie, nous soussigné.e.s n’accepterons de corriger les copies de baccalauréat que sous la forme papier dans laquelle elles auront été rédigées.

 Pour signer cette pétition :  https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-non-%C3%A0-la-num%C3%A9risation-des-copies-du-baccalaur%C3%A9at-aberration-%C3%A9cologique-01fccd8f-9d51-4048-8db9-199147f7db4b

Plus d'informations sur les modalités de mobilisation sur le site d'Enseignant.e.s Pour la Planète

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange
Journal — Politique
Sur l’Ukraine, la gauche ne parle toujours pas d’une seule voix
Un PS à l’offensive, une France insoumise semblant plus floue que jamais… Alors que le premier conflit sur le sol européen du siècle s’intensifie, la question ukrainienne reste la grande absente des débats à gauche.  
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze