gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 sept. 2019

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Greta, notre première éco-déléguée!

Suite à son discours à l’Assemblée générale des Nations Unis, Greta Thunberg, 16 ans, a fait l’objet de violentes attaques, abondamment relayées dans certains médias et qui détournent l’attention des véritables enjeux. Les Enseignant.e.s pour la planète signent ce texte.

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Greta Thunberg ne fait que relayer les inquiétudes qui devraient être celles de tout un chacun à la lecture des rapports du GIEC, donnant à voir un tableau toujours un peu plus sombre de l’avenir de notre humanité.  Au lieu d’écouter le message, tout le monde débat sur la messagère, comme l’idiot qui regarde le doigt quand on lui montre la lune.

Alors qu’il appelait en ce début d’années les élèves français à devenir des « acteurs à part entière », et vantait le rôle d’éco-délégués, véritables « ambassadeurs de l’environnement », J-M Blanquer s’est lui aussi montré peu enthousiaste face aux propos de la jeune suédoise.  En particulier, il semble ne pas comprendre pourquoi Greta Thunberg et 15 autres jeunes de 12 pays ont décidé de porter plainte contre la France pour inaction climatique. « La France est une locomotive contre le réchauffement climatique » plaide M. Blanquer, et « le président Macron en fait énormément » . En effet, entre la signature du CETA, la suppression des aides au maintien de l’agriculture biologique, le pharaonique projet d’Europacity, le Grand Contournement Ouest de Strasbourg, la suppression des fonctionnaires au ministère de l’environnement, le silence sur l’importation par Total de 300 000 tonnes par an d’huile de palme, la non taxation du kérosène, etc. : le président en fait beaucoup, et il lui faut sans doute une locomotive pour trainer toutes ces casseroles.   

M. Blanquer nous met aussi en garde : « il faut faire attention [à ne] pas créer une génération de déprimés ». Mais Greta Thunberg ne fait rien d’autre que répéter, inlassablement, des données et faits scientifiques. Que faudrait-il faire alors ? Taire une «vérité qui dérange », pour reprendre le titre du film documentaire de D. Guggenheim (2006) consacré au réchauffement climatique ? Continuer à bercer les plus jeunes d’illusions à base d’énergies vertes et de recyclage ? Ne pas leur parler de l’effondrement de masse de la biodiversité et du rapport de l’IPBES ? Ne pas leur parler des océans qui se meurent ? Du 7e continent de plastique ?  

Notre ministre en appelle à des « actes concrets », à être « constructifs ». Mais les jeunes qui descendent dans les rues ne font pas autre chose : ils demandent à leur gouvernement d’agir, d’être constructif. Car si les petits pas et les petits gestes sont utiles, ils ne sauraient suffire et doivent être accompagnés de mesures politiques à la hauteur des enjeux. Espérons qu’en la matière, nos dirigeants cesseront bientôt d’être des cancres. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant