gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2019

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Des climatosceptiques face au CSP : les Enseignant.e.s pour la planète réagissent

Suite aux annonces de rentrée, le Ministre Blanquer a réuni le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) afin de plancher sur les nouvelles orientations de l’éducation au développement durable. Parmi les experts convoqués, François Gervais et Vincent Courtillot assombrissent fortement ce qui devait contribuer au verdissement du paysage pédagogique à venir.

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En effet, ces deux professeurs émérites de Physique et Géophysique revendiquent publiquement d’appartenir au camp des climatosceptiques. 
 Devant le tollé provoqué par ces consultations, le CSP par la voix de Souad Ayada, sa présidente, prétend qu’il « se devait d’écouter tous les représentants de ce débat », y compris « des gens qui ne défendent pas une position unilatérale ». Pour elle, « le scepticisme est une qualité intellectuelle ». Face à une communauté de scientifiques dont les travaux sont unanimes, face aux catastrophes déjà en cours qui viennent en confirmer les conclusions, face à une jeunesse de plus en plus consciente des risques encourus, ce relativisme nous semble aussi inapproprié qu’indécent. Si toutes les opinions se valent et si l’on fait fi de toute rigueur scientifique, qui allons-nous voir défiler, lors des prochaines auditions du CSP ? Des créationnistes ? Des complotistes ?
De tels discours révèlent en fait chez les membres du CSP une profonde confusion entre ce qu’est une opinion et ce qu’est un fait. Les conclusions scientifiques ne sont pas des questions d’opinions, elles sont des questions de démonstrations et celles des climatosceptique ont été largement considérées et invalidées dans les travaux du GIEC. En plaçant les climatosceptiques au même niveau que le GIEC, le CSP fait le choix dangereux d’une transmission culturelle qui minimise les enjeux environnementaux quant ils devraient aujourd’hui être une priorité éducative. 

EPLP ne déplore pas moins la présence devant le CSP de la représentante de Total Manoelle Lepoutre. Dans la mesure où Total fait partie des 100 entreprises tenues pour responsables de 70% des émissions de gaz à effet de serre, on s’attendait plutôt à les voir considérer comme experts en destruction climatique.  

Les membres du collectif EPLP sont toutefois peu surpris de ces nouvelles. Plus d’une fois, nous avons pu constater l’emprise des lobbies du monde industriel sur notre institution.  Plus d’une fois, quand certain.e.s de nos membres ont tenté d’avertir leur hiérarchie (corps d’inspection notamment) du décalage colossal entre le discours des programmes et le discours des scientifiques reconnus sur la question, il leur a été répondu que « ce n’était que leur opinion », et que « d’autres points de vue pouvaient exister » ! Notre institution continue manifestement – et cela est gravissime – à se voiler la face sur la réalité.

Si le collectif est coutumier du retard pris par nos instances de décision en termes d’adaptation aux réalités du changement climatique, la nomination de ces trois expert.e.s laisse entrevoir un tableau bien plus sombre. Par certains aspects, nous retrouvons dans ce fait d’actualité le souvenir douloureux de la controverse autour du tabac ou des perturbateurs endocriniens. En somme, l’intrusion de personnalités clairement opposées au consensus scientifique dans le but de gagner du temps, et ce malgré l’urgence à apporter des réponses aux crises à venir.  Comment peut-on accepter que le Conseil Supérieur des Programmes, pourtant coutumier des agendas à court terme, se laisse aller à un tel manquement ? 

Nous demandons donc que le CSP auditionne des scientifiques reconnus et qualifiés et se tienne à distance des représentants d’intérêts économiques.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes