Elections législatives en Côte d'Ivoire

Hier, dimanche 11 décembre, se sont tenus les élections législatives en Côte d'Ivoire.

Il est vrai que les électeurs ivoiriens ne se sont jamais mobilisés en masse pour ce scrutin, le régime présidentiel du pays n'y est pas pour rien.

Mais l'abstention massive démontre une nouvelle fois l'incapacité de Ouattara à mobiliser et réconcilier le pays.

Les médias français en parlent peu, certains soulignent parfois l'appel du FPI (parti de Laurent Gbagbo) à boycotter les législatives mais ne jugent pas utile d'expliquer cet appel au boycott. La détention de Laurent Gbagbo puis son transfert à CPI de La Haye (de plus en plus considéré comme la cour pénale africaine) y participent mais l'élément le plus important dans cette décision du FPI est totalement passée sous silence.

La raison profonde de ce boycott vient du fait que les principaux cadres de ce parti sont actuellement emprisonnés et ce depuis le mois d'avril dernier.

La réconciliation claironnée par Ouattara et la France est un leurre tout comme la pluie de milliard promise par le candidat Ouattara pendant la campagne présidentielle. L'argent prêtée par l'UE et la France après la capture de Gbagbo par les troupes françaises à servi en priorité à indemniser les entreprises françaises. Cela les ivoiriens le savent.

En 2000, Ouattara avait appelé au boycott du référendum sur la réforme de la constitution, l'abstention n'avait été que de 17%, en 2011 le même Ouattara qui s'est vu offrir le pouvoir par Sarkozy a appelé ses concitoyens à se mobiliser en masse pour ces législatives, résultat l'abstention va probablement atteindre les 70% !!!

Sarkozy a vraiment fait progresser la démocratie en Côte d'Ivoire, les opposants politiques de Ouattara sont réduits au silence ou emprisonnés, en particulier le premier parti politique du pays (le FPI), ses alliés ont été trompés (en particulier le PDCI qui devait obtenir le poste de premier ministre, poste toujours occupé par Guillaume SORO le chef des rebelles qui mérité bien plus que Gbagbo sa place à la CPI).

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.