David Pujadas contre le « journalisme des bons sentiments »

Invité ce matin à débattre avec des étudiants du Centre de formation des journalistes (Paris), le présentateur du JT de France 2 a répondu à l'accusation de servilité dont il fait l'objet et a raillé la bien-pensance journalistique.

Invité ce matin à débattre avec des étudiants du Centre de formation des journalistes (Paris), le présentateur du JT de France 2 a répondu à l'accusation de servilité dont il fait l'objet et a raillé la bien-pensance journalistique.


Détendu et souriant, David Pujadas a répondu pendant une heure et demie aux questions des étudiants du CFJ. Une rencontre qui lui a permis de faire le point sur les nombreuses attaques auxquelles il a dû faire face, de la part de Pierre Carles et Jean-luc Mélenchon notamment. A l'origine de ces critiques, une interview du syndicaliste Xavier Mathieu, responsable CGT de l'usine Continental de Clairoix. David Pujadas lui demande s'il « regrette » les dégradation commises dans l'usine. En visionnant cette interview pour le documentaire de Pierre Carles Fin de concession, Jean-Luc Mélenchon traite le présentateur du 20 Heures de "salaud" et de "laquais". « A l'époque où je l'ai enregistrée, l'interview de Pierre Mathieu n'a suscité aucune réaction, avant que Pierre Carles s'en saisisse pour faire la promo de son film» assure David Pujadas aux étudiants. « Croyez-moi, si j'avais été un peu désobligeant ou un peu sec avec lui, j'aurais eu droit à un déferlement de critiques le lendemain » ajoute -t-il. A la suite de cette interview, Pierre Carles remet à David Pujadas la « laisse d'or » du « journaliste le plus servile » et repeint pour l'occasion le scooter du journaliste. Une initiative qui selon David Pujadas « manquait d'humour » : « je les ai trouvé un peu effrayant, pas très souriant » a -t-il confié.
Le journalisme contre la politique
En écho à la polémique suscitée par l'interview de Pierre Mathieu, David Pujadas est également revenu sur sa condamnation du « journalisme des bons sentiments », et, s'appuyant sur les réflexions de Marcel Gauchet, le présentateur a appelé les journalistes à réfléchir à la place du journalisme dans la cité. Une vision qu'il avait déjà eu l'occasion de développer dans le documentaire « Huit journalistes en colère » de Claude Imbert diffusé sur Arte le 9 février 2010. « De même qu'il y a une littérature des bons sentiments il y a un journalisme des bons sentiments » avait il alors déclaré, critiquant l'idée selon laquelle « le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l'entreprise, l'administré contre l'Etat, (...)». Devant les étudiants du CFJ, il persiste et signe: « j'ai l'intuition profonde, et Gauchet le dit mieux que moi, que le journalisme est du côté du droit et jamais de la politique», précisant: « le journaliste fait plus souvent la promotion des revendications des des individus dans ses droits, au détriment des projets politiques qui ne peuvent pas s'incarner ». Et le présentateur du JT de France 2 de conclure : « l'intérêt public ne se filme pas, les droits des individus si. Le risque est donc pour le journaliste de rendre toute action politique vaine et dérisoire »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.