Gaspard Dhellemmes
Journaliste à Mediapart

5 Billets

4 Éditions

Billet de blog 2 déc. 2010

David Pujadas contre le « journalisme des bons sentiments »

Invité ce matin à débattre avec des étudiants du Centre de formation des journalistes (Paris), le présentateur du JT de France 2 a répondu à l'accusation de servilité dont il fait l'objet et a raillé la bien-pensance journalistique.

Gaspard Dhellemmes
Journaliste à Mediapart

Invité ce matin à débattre avec des étudiants du Centre de formation des journalistes (Paris), le présentateur du JT de France 2 a répondu à l'accusation de servilité dont il fait l'objet et a raillé la bien-pensance journalistique.


Détendu et souriant, David Pujadas a répondu pendant une heure et demie aux questions des étudiants du CFJ. Une rencontre qui lui a permis de faire le point sur les nombreuses attaques auxquelles il a dû faire face, de la part de Pierre Carles et Jean-luc Mélenchon notamment. A l'origine de ces critiques, une interview du syndicaliste Xavier Mathieu, responsable CGT de l'usine Continental de Clairoix. David Pujadas lui demande s'il « regrette » les dégradation commises dans l'usine. En visionnant cette interview pour le documentaire de Pierre Carles Fin de concession, Jean-Luc Mélenchon traite le présentateur du 20 Heures de "salaud" et de "laquais". « A l'époque où je l'ai enregistrée, l'interview de Pierre Mathieu n'a suscité aucune réaction, avant que Pierre Carles s'en saisisse pour faire la promo de son film» assure David Pujadas aux étudiants. « Croyez-moi, si j'avais été un peu désobligeant ou un peu sec avec lui, j'aurais eu droit à un déferlement de critiques le lendemain » ajoute -t-il. A la suite de cette interview, Pierre Carles remet à David Pujadas la « laisse d'or » du « journaliste le plus servile » et repeint pour l'occasion le scooter du journaliste. Une initiative qui selon David Pujadas « manquait d'humour » : « je les ai trouvé un peu effrayant, pas très souriant » a -t-il confié.
Le journalisme contre la politique
En écho à la polémique suscitée par l'interview de Pierre Mathieu, David Pujadas est également revenu sur sa condamnation du « journalisme des bons sentiments », et, s'appuyant sur les réflexions de Marcel Gauchet, le présentateur a appelé les journalistes à réfléchir à la place du journalisme dans la cité. Une vision qu'il avait déjà eu l'occasion de développer dans le documentaire « Huit journalistes en colère » de Claude Imbert diffusé sur Arte le 9 février 2010. « De même qu'il y a une littérature des bons sentiments il y a un journalisme des bons sentiments » avait il alors déclaré, critiquant l'idée selon laquelle « le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l'entreprise, l'administré contre l'Etat, (...)». Devant les étudiants du CFJ, il persiste et signe: « j'ai l'intuition profonde, et Gauchet le dit mieux que moi, que le journalisme est du côté du droit et jamais de la politique», précisant: « le journaliste fait plus souvent la promotion des revendications des des individus dans ses droits, au détriment des projets politiques qui ne peuvent pas s'incarner ». Et le présentateur du JT de France 2 de conclure : « l'intérêt public ne se filme pas, les droits des individus si. Le risque est donc pour le journaliste de rendre toute action politique vaine et dérisoire »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema