Gaspard Dhellemmes
Journaliste à Mediapart

5 Billets

4 Éditions

Billet de blog 31 janv. 2011

Chirac, malade mais justiciable

L'état de santé de Jacques Chirac ne semble pas assez préoccupant pour assurer un report de son procès. Mais suffisamment pour faire accepter aux juges une assiduité minimum.

Gaspard Dhellemmes
Journaliste à Mediapart

L'état de santé de Jacques Chirac ne semble pas assez préoccupant pour assurer un report de son procès. Mais suffisamment pour faire accepter aux juges une assiduité minimum.


Et si Jacques Chirac échappait à son procès pour des raisons de santé ? C'est en tout cas ce que semblaient souhaiter certains des proches de l'ancien président. La semaine dernière, la verte Eva Joly tirait la sonnette d'alarme et prévenait que le procès devait « avoir lieu », ajoutant que « le coup de la maladie de la personne inculpée » était « très classique ». Il est en effet « courant » que des demandes d'aménagement de procédures pour raison de santé soient demandées par des avocats, confirme Benoit Hurel, secrétaire général adjoint du syndicat de la magistrature. De là à constituer une stratégie pour esquiver un procès ? « Il faut tout de même avoir des élément tangibles et forts sur la mauvaise santé de son client » nuance Rodolphe Bosselut, avocat au barreau de Paris. Les demandes de renvoi d'un procès pour raison de santé font l'objet d'une expertise médicale indépendante, et il revient ensuite entièrement au médecin désigné de juger si le prévenu est apte ou non à se présenter devant les juges. «Il semble que les avocats de Jacques Chirac soient conscients que son état de santé ne soit pas assez grave pour justifier un report du procès » estime Rodolphe Bosselut.

Présence minimum
. Les avocats peuvent alors utiliser l'argument de la mauvaise santé de leur client pour limiter sa présence au procès, lui épargnant autant qu'il est possible l'humiliation de la comparution. C'est la thèse que défend Rodolophe Bosselut. « Le fait de se faire représenter par ses avocats est possible en droit. Cependant dans les faits c'est extrêmement mal vu pour les juges. Il est très probable que les avocats de Chirac mettent en avant la mauvaise santé de leur client pour faire accepter aux juges une présence minimum de Chirac à son procès » estime l'avocat. On peut donc facilement imaginer que les indices distillés dans la presse sur la mauvaise santé de l'ancien président soient en partie lancés par la défense de Chirac. « J'espère que l'état de santé de M. Chirac lui permettra d'assister au procès» avait déjà lâché en octobre dernier maitre Georges Kiejman lors d'une première audience de fixation. Et dimanche dans le Journal du dimanche, l'ancien président était décrit par ses proches commme « fatigué, très vieilli, déclinant » alors que Bernadette Chirac aurait évoqué en privé un Alzheimer. Maladie, vieillesse, autant de raisons qui plaideraient pour que Jacques Chirac économise ses forces à partir du 7 mars prochain, date prévue du début de son procès.
Gaspard Dhellemmes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema