Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2018

La taxe carbone est utile si elle sert à des politiques écologiques / Yannick Jadot

La taxe carbone est nécessaire, mais son effet est douloureux pour les Français du fait que les gouvernement ont systématiquement privilégié l’usage de l’automobile, explique l’auteur de cette tribune. Mais elle n’a de sens que si ses recettes sont utilisées pour une autre politique des transports, enfin écologique.

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Reporterre. 12 novembre 2018 / Yannick Jadot

Yannick Jadot est député écologiste au Parlement européen.


Longtemps, droite et gauche classiques ont voulu faire croire que les questions environnementales n’étaient pas déterminantes et qu’elles devaient passer au second plan, loin derrière les intérêts financiers, les questions économiques, la géopolitique et les enjeux sociaux. Nous autres, écologistes, n’avons eu de cesse de marteler que les questions environnementales et les questions sociales étaient liées, et que les disjoindre constituait une erreur funeste. Les yeux s’ouvrent enfin : chacun comprend que tout est lié.

Les questions écologiques apparaissent comme le révélateur de l’injustice de la politique économique et sociale des gouvernements qui se sont succédé. Les choix budgétaires de ce gouvernement lui reviennent comme un boomerang. Sa dispendieuse politique de cadeaux aux très riches est aujourd’hui mise en rapport avec son indifférence vis-à-vis des conséquences pour le plus grand nombre de l’augmentation du coût des carburants. Le consentement à l’impôt, même juste, s’affaisse à mesure que grandit l’injustice sociale et fiscale.

Un grand méfait du macronisme est d’ajouter aux malheurs de notre temps en usant d’artifices langagiers visant à obscurcir la compréhension des ressorts invisibles de sa politique. Ici, il se sert de la cause environnementale comme d’un alibi pour justifier son inaction sociale. Emmanuel Macron et ses soutiens rendent un bien mauvais service à la lutte contre la pollution en en faisant l’alibi de leur politique injuste. Mais les Français connaissent la politique. Et la supercherie ne dupe plus grand monde.

« Depuis plus d’un demi siècle, tout a été conçu, envisagé, aménagé à partir d’un postulat : la voiture individuelle comme principal moyen de déplacement »

Notre mal vient de loin. La vision productiviste de l’aménagement du territoire, partagée pendant des décennies, par une droite et une gauche obsédées par la croissance a créé une situation intenable. Quand nous parlions qualité de la vie, respect de l’environnement ou égalité des territoires les tenants du système nous répondaient pôle de compétitivité, rentabilité, métropolisation.

Adieu donc gares, trains, tram. Adieu paysans, services publics et commerces de proximité. Bonjour étalement urbain, autoroutes, rocades et ronds-points. Bonjour grandes surfaces et agro-industrie, entrées de villes bétonnées, polluées par la publicité. Comment prétendre défendre le climat quand le pouvoir soutient la voracité de Total pour le pétrole au large de la Guyane et ailleurs, pour l’huile palme issue de la déforestation en Asie du Sud-Est ?

Depuis plus d’un demi siècle, tout a été conçu, envisagé, aménagé à partir d’un postulat que nous avons toujours combattu : l’usage de la voiture individuelle comme principal moyen de déplacement. Et on ne compte plus les renoncements à imposer aux constructeurs automobiles des normes strictes de pollution qui réduisent d’autant la consommation de carburant. Mais la crise écologique nous mord la nuque. Les élites d’hier sont dépassées, coincées entre le réflexe pavlovien de maintien d’un modèle absurde et la nécessité absolue de faire face aux réalités climatiques.

Un devoir de vérité s’impose. On ne peut plus continuer comme ça. L’usage du pétrole a un impact sur l’environnement, entrainant des destructions majeures : changement climatique et effondrement de la biodiversité. Par ailleurs, les réserves d’énergies fossiles ne sont pas infinies. C’est ce qui explique qu’elles sont, et seront, de plus en plus chères. C’est pourquoi le prix actuel du carburant, au-delà de l’alignement nécessaire de la fiscalité du diesel sur celui de l’essence, s’explique essentiellement par la hausse du prix du baril.

« Sortir du dilemme imposé à la population : se préoccuper de la fin du monde ou tenir en serrant les dents jusqu’à la fin du mois »

Chacun sent donc bien qu’il faut construire un autre modèle, où la politique fiscale, notamment, concoure à engager vigoureusement la transition écologique. Nous devons avoir des objectifs clairs : sortir de notre dépendance aux énergies fossiles et décarboner l’économie, organiser la résilience des territoires, amortir les effets sociaux de la crise écologique. Pour y arriver, une autre voie est possible que celle qui consiste à faire payer aux plus humbles les pots cassés. Nous pouvons sortir du dilemme imposé à la population entre se préoccuper de la fin du monde ou tenir en serrant les dents jusqu’à la fin du mois. Pour nous autres écologistes, la sauvegarde du climat et la santé sont des impératifs catégoriques qui ne peuvent être poursuivis que dans la justice sociale.

Pour être juste, il faut fiscaliser équitablement. Le carburant des riches (le kérosène) ne doit plus être exonéré de taxes. C’est d’ores et déjà possible pour les vols intérieurs. Il faut également l’obtenir au moins au niveau européen pour les vols internationaux en révisant la convention internationale de Chicago qui date de… 1944. Le carburant de la mondialisation et des délocalisations (le fioul lourd pour les porte-conteneurs) doit également être justement fiscalisé car son usage est destructeur pour l’environnement et l’activité économique de nos territoires.

Pour être juste, il faut rendre l’argent issue de la fiscalité carbone. Aujourd’hui, seulement 19 % de cette fiscalité est destinée à financer la transition énergétique. C’est du vol pur et simple. Comment espérer convaincre dans ces conditions les Français durement impactés que l’effort est utile ?

100 % de ces recettes doivent servir à financer la transition énergétique : transports collectifs, efficacité énergétique, valoriser le passage de la voiture au vélo pour celles et ceux qui en ont la possibilité.

Pour être juste, il faut accompagner les plus fragiles pendant la période de transition par des chèques énergies sur critères géographiques et sociaux.

Pour être juste, il faut imposer le désinvestissement carbone en stoppant les investissements dans l’extraction des ressources fossiles et en les réorientant vers les économies d’énergie et le renouvelable. Les externalités négatives de l’usage des énergies fossiles doivent être prises en compte : conséquences climatiques et sanitaires par exemple. Mais agir sur le prix du carburant ne suffit pas pour en limiter l’usage car beaucoup de Françaises et de Français n’ont pas d’autres choix que de rouler en voiture. Taxer le pétrole sans proposer d’alternative aura non seulement peu d’effets sur les émissions de CO2 et de particules fines, mais il va d’abord impacter financièrement les personnes les plus pauvres et donc encore aggraver les inégalités sociales.

On le voit, les alternatives existent. Ne manque que la volonté de nos gouvernants d’agir. Il est donc grand temps que celles et ceux qui ont compris ce qui se passe fassent en sorte que le pouvoir change de mains, pour cesser d’être les dindons de la farce, subissant une double peine écologique et sociale.


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
https://reporterre.net/La-taxe-carbone-est-utile-si-elle-sert-a-des-politiques-ecologiques


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte