Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2018

Remarques pertinentes de Fatima Benomar sur le "mouvement" des gilets jaunes .

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise.

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme l'écrit aussi Alain Lipietz :

"On aimerait que tous les femmes et les hommes politiques « à la gauche de la gauche » aient le courage de Fatima Ezzahra Benomar".

https://www.facebook.com/fatima.benomar/posts/10158179532553066

Par Fatima Ezzahra Benomar

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise, un 17 novembre au soleil froid.

Un mouvement social, ce sont des milliers de personnes qui décident, au péril de leur emploi ou de plusieurs jours de salaire, de défendre ensemble un modèle de société, une vision du monde et de l'intérêt général, c'est-à-dire leurs chemins de fer, leurs lignes de train ou de bus, leur bien commun, leurs salaires, leurs conditions de travail, leurs usines, leurs commerces de proximité, leurs hôpitaux de proximité, et éventuellement l'état de leurs poumons.

Quelqu'un-e sait ici ce que pense le "mouvement du 17 novembre" de tout ça, d'un monde où il faut disposer d'une bagnole polluante dans son patrimoine pour aller travailler et faire ses courses ? Quelqu'un-e sait ce que pensaient ses protagonistes des cheminots qui se battaient il y a encore quelques mois sous les huées des grands médias pour que les petites villes soient correctement desservies ? Ou étaient-ils juste entrain de maugréer contre ces saloperies de manifestants-e qui bloquent les rues en leur adressant des coups de klaxons rageux ?

J'ai un scoop: les partis, les syndicats, les assos de quartier, les orgas de jeunesse regorgent de pauvres qui savent très bien de quel côté ils sont de la grande barricade, qui voient plus loin que le prix du diesel, qui savent que le problème, c'est qu'ils travaillent dans les centres villes mais doivent se lever aux aurores et rentrer à pas d'heure dans leur banlieue lointaine où le prix du loyer est abordable, qui ont très bien compris que eux et leurs enfants risquent incessamment sous peu de mourir d'un cancer à force d'inhaler des particules fines.

Le vrai mépris de classe, c'est d'insulter l'intelligence de toutes celles et ceux qui savent pourquoi ils se lèvent le matin pour faire nombre, qui veulent changer le monde et les règles du jeu.

Le 17 novembre est un "mouvement" qui n'en est pas un, qui ne veut rien mouvementer, rien remettre en cause, ni le consumérisme, ni l'individualisme, ni l'opportunisme greenwasher du gouvernement, avec des fashos en tête de manif qui traitaient hier encore les écolos, les syndicats, les grévistes, les défenseurs du code du travail, les collectifs de sans papiers, les femmes et les LGBT d'affreux bobos qui mènent la France à sa perte.

Hashtag #sansmoi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal
Raoul Peck, invité exceptionnel d’« À l’air libre »
Le réalisateur vient présenter sa nouvelle série documentaire, « Exterminez toutes ces brutes », diffusée jusqu'au 31 mai sur le site d’Arte. 
par à l’air libre
Journal — Gauche(s)
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui exactement parle cette candidature.
par Mathieu Dejean
Journal — Politique
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann