Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2018

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Remarques pertinentes de Fatima Benomar sur le "mouvement" des gilets jaunes .

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise.

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme l'écrit aussi Alain Lipietz :

"On aimerait que tous les femmes et les hommes politiques « à la gauche de la gauche » aient le courage de Fatima Ezzahra Benomar".

https://www.facebook.com/fatima.benomar/posts/10158179532553066

Par Fatima Ezzahra Benomar

Un mouvement social, ce n'est pas une masse informe de galérien-nes en colère qui ont décidé, du jour au lendemain, d'accrocher le même gilet jaune à leur pare-brise, un 17 novembre au soleil froid.

Un mouvement social, ce sont des milliers de personnes qui décident, au péril de leur emploi ou de plusieurs jours de salaire, de défendre ensemble un modèle de société, une vision du monde et de l'intérêt général, c'est-à-dire leurs chemins de fer, leurs lignes de train ou de bus, leur bien commun, leurs salaires, leurs conditions de travail, leurs usines, leurs commerces de proximité, leurs hôpitaux de proximité, et éventuellement l'état de leurs poumons.

Quelqu'un-e sait ici ce que pense le "mouvement du 17 novembre" de tout ça, d'un monde où il faut disposer d'une bagnole polluante dans son patrimoine pour aller travailler et faire ses courses ? Quelqu'un-e sait ce que pensaient ses protagonistes des cheminots qui se battaient il y a encore quelques mois sous les huées des grands médias pour que les petites villes soient correctement desservies ? Ou étaient-ils juste entrain de maugréer contre ces saloperies de manifestants-e qui bloquent les rues en leur adressant des coups de klaxons rageux ?

J'ai un scoop: les partis, les syndicats, les assos de quartier, les orgas de jeunesse regorgent de pauvres qui savent très bien de quel côté ils sont de la grande barricade, qui voient plus loin que le prix du diesel, qui savent que le problème, c'est qu'ils travaillent dans les centres villes mais doivent se lever aux aurores et rentrer à pas d'heure dans leur banlieue lointaine où le prix du loyer est abordable, qui ont très bien compris que eux et leurs enfants risquent incessamment sous peu de mourir d'un cancer à force d'inhaler des particules fines.

Le vrai mépris de classe, c'est d'insulter l'intelligence de toutes celles et ceux qui savent pourquoi ils se lèvent le matin pour faire nombre, qui veulent changer le monde et les règles du jeu.

Le 17 novembre est un "mouvement" qui n'en est pas un, qui ne veut rien mouvementer, rien remettre en cause, ni le consumérisme, ni l'individualisme, ni l'opportunisme greenwasher du gouvernement, avec des fashos en tête de manif qui traitaient hier encore les écolos, les syndicats, les grévistes, les défenseurs du code du travail, les collectifs de sans papiers, les femmes et les LGBT d'affreux bobos qui mènent la France à sa perte.

Hashtag #sansmoi.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes