Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2018

De la crédibilité du « complot » contre Jean-Luc Mélenchon

Lettre ouverte d'Alain Lipietz à Bernard Guibert [qui nous dit] que l'affaire Mélenchon, c'est un complot du pouvoir, des juges et des médias vendus à la finance, etc.

Gaspard.V
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Alain Lipietz | 24 octobre 2018
Cher Bernard,
Dans un échange public sur Facebook, tu t’étonnes de ma naïveté sur « l’affaire Mélenchon » et tu as la charité de l’attribuer à mon grand âge. Je serais devenu gâteux, hypothèse qu’on ne saurait écarter. La vérité serait ailleurs : la perquisition est une manoeuvre politique, il y a deux poids, deux mesures, Mediapart est un torchon, Plenel un pourri et Arfi un pantin misogyne etc.

Tu m’avais fait l’honneur il y a quelques années de me demander de préfacer l’un de tes livres à l’intelligence des plus étincelantes, l’éditeur craignant que les lecteurs n’y comprennent rien. Je m’étais tant bien que mal acquitté de la tâche. Il semble que je ne bénéficie plus d’un préjugé si favorable, quoique mes livres et articles n’aient pas manifesté jusqu’ici une tendance dangereuse à gober les bobards officiels, y compris sur la résistance de la direction Sncf à la mise en œuvre de la Shoah ou sur l’innocuité des vaccins à l’aluminium...

« Une opération politique » dis-tu. Évidemment. Tout est politique. Pour un juge ou un procureur, étouffer ou enquêter sur un soupçon de détournement de biens publics est le choix le plus politique qui soit, au sens noble de la politique. La probité est la vertu de base du camp progressiste, avant même la démocratie, la solidarité et l’écologie.

Mais tu vises un sens plus restrictif du mot, quelque chose comme « politicien ». Le goût de petits juges ou de procureurs à se faire un nom en se payant une vedette politique. Ou complaire à un parti au détriment d’un autre. Comme le procureur Molins — car c’est lui, et non Rémy Heitz (le proc « proposé par Macron » le 2 octobre), qui est à la manœuvre jusqu’en novembre — est déjà célèbre, il s’agirait plutôt de la seconde hypothèse. Un ordre que lui aurait donné le Président, en échange de sa promotion (qu’on pouvait croire à l’ancienneté et au mérite) à la Cour de cassation. Et parallèlement l’ordre aurait été donné à Médiapart et autres médias d’État (comme dit dorénavant JLM pour mieux mettre en valeur l’indépendance de BFM-TV) de « couler Mélenchon ». Enfin, je suppose que tu penses à un complot de ce genre, entre la noblesse d’État et l’oligarchie financière.

Au-delà de mon gâtisme allégué, tu soulèves en fait sur cette question la possibilité de discriminer par la raison entre une vérité officielle (Molins enquête normalement sur des délits à lui signalés) et une vérité complotiste. Je te crois assez cultivé pour savoir que c’est extrêmement difficile, l’hyper-criticisme ayant toujours un pas d’avance sur le réalisme béat, car il ne se sent jamais obligé de revenir sur ses pas quand il rencontre une contradiction.. Comme dit Paul Veyne, « La seule preuve que les Américains sont allés sur la Lune, c’est que les Soviétiques ne l’ont pas contesté. »

La raison ne nous offre que trois armes : la vraisemblance (héritée de l’expérience), l’analyse des « mobiles » de ceux qui défendent telle ou telle version, et surtout la logique des faits et des accusations. Essayons-les.

Rappelons auparavant qu’il y a deux enquêtes : 1. sur l’emploi des assistants rémunérés par le Parlement européen à des taches de fonctionnement d’un parti national, la FI, et 2. de possibles surfacturations dans le compte de campagne de Mélenchon 2017. Nous en sommes au stade de l’enquête préliminaire, conduite par la police sous le contrôle d’un procureur, la perquisition ayant été en outre autorisée par le juge des libertés.

La thèse hétérodoxe, que tu défends, dit « c’est une manœuvre politique de la justice, de la police et de la presse aux ordres, (Mediapart, ce torchon misogyne, y compris), pour couler la France Insoumise forte de bons sondages pour les prochaines élections européennes. La date a été choisie pour masquer la pauvreté du remaniement gouvernemental et la médiocrité des sondages sur E. Macron. Et la preuve : il y a « deux poids deux mesures », c’est à dire : on ne poursuit pas les autres pour ça, et avec de tels moyens. »

Je défendrai pour ma part la thèse inverse : chacun fait normalement son métier dans le cadre des lois et procédures actuelles (qu’on peut par ailleurs amender !).


La suite, ci-dessous:

  Sommaire  

http://lipietz.net/De-la-credibilite-du-complot-contre-Jean-Luc-Melenchon?fbclid=IwAR2CN50r3D96W3lecroMcsWBYMDU-jfik59c8z-8TXV3d6-s2HG7iSXi4bU

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé