Gattolin Andre
Sénateur des Hauts-de-Seine, vice-président de la commission des affaires européennes
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2016

Publicité visant les enfants à la TV : pourquoi il est urgent de légiférer

Des députés PS ont enterré, en commission, une proposition de loi visant à supprimer la pub dans les programmes jeunesse de la télévision publique. Les parlementaires écologistes André Gattolin et Michèle Bonneton expliquent pourquoi ils demanderont, le 14 janvier en hémicycle, le vote du texte initial.

Gattolin Andre
Sénateur des Hauts-de-Seine, vice-président de la commission des affaires européennes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Nathan, 7 ans, fait un caprice devant le rayon des jouets d'un grand magasin : « je veux celui-là, avec sa soucoupe volante, je l'ai vu à la télé ». « Il est trop cher, les couleurs sont criardes, il faut plusieurs piles... » lui répond ses parents. Au bout de quelques minutes de cris et d'agitation, ils finissent mettre le jouet dans le caddy…Ce serait donc celui qui crie le plus fort qui gagne ? Le processus d’érosion de l’autorité parentale observé par ceux qui travaillent au quotidien avec des enfants est en marche…

Les innovations permanentes dans la création d’images de synthèse confèrent aux messages publicitaires une efficacité toujours plus redoutable : les enfants perçoivent de moins en moins la différence entre le réel et la fiction, entre le message publicitaire et le programme visionné. Ne disposant pas de la capacité de distanciation nécessaire, l’enfant est devenu plus que jamais une proie, manipulable à souhait. 

Les publicitaires cherchent à tout prix à éviter le « zapping » au moyen de stimuli incessants. Cette stratégie de « capture » de l'attention voire de fascination des enfants est particulièrement préjudiciable aux heures matinales du réveil. Ainsi, pour le spécialiste de l’éducation Pierre Meirieu, les pratiques publicitaires rendent l'attention trop élevée (« hyper attention ») ou trop faible (« sous attention »), ce qui impacte négativement la réussite scolaire.

Les messages publicitaires ne sont pas conçus pour développer l'intelligence des enfants, ni pour les éveiller au monde, mais pour exalter les pulsions au détriment de la réflexion. Ils mettent en avant des postures que les enfants imitent sans esprit critique. Ils leur imposent des modèles de consommation qui les conduisent à se soumettre à ce que le président de l'association Résistance à l'Agression Publicitaire, M. Khaled GAIJI, appelle la « dictature du bonheur conforme ». Autrement dit : le bonheur est dans l'hyperconsommation, ostentatoire, par essence même jamais satisfaisante pour l’individu. Ainsi le système publicitaire exacerbe chez les enfants un vif sentiment de frustration permanente qui peut déboucher sur des comportements violents.

Nos enfants sont également une cible vulnérable en termes de santé publique. Les messages d’information de l’INPES qui figurent au bas des publicités n’y changent rien : la dérive des habitudes alimentaires est un phénomène de société qui prend racine dès le plus jeune âge. Au-delà du coût généré pour notre système de santé, il faut prendre en considération la souffrance pour des personnes : faut-il rappeler qu’un enfant frappé d’obésité avant l’âge de 7 ans a une « chance » sur deux de le rester toute sa vie ? 

Ces raisons nous ont conduit à déposer une proposition de loi au Sénat puis à l'Assemblée Nationale visant à supprimer la publicité commerciale ¼ heure avant, ¼ d'heure après et pendant les programmes jeunesse de la télévision publique, pour les enfants de moins de 12 ans. Il s'agit d'un texte mesuré, construit sur la base des nombreuses auditions de chercheurs scientifiques comme de praticiens qui a été adopté au Sénat le 21 octobre 2015. Cette proposition de loi a été et va passer en séance plénière de l’Assemblée Nationale le 14 janvier prochain.

Michèle BONNETON, députée de l’Isère, rapporteure de la proposition de loi à l'Assemblée Nationale

André GATTOLIN, sénateur des Hauts de Seine, auteur de la proposition de loi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment la Russie a laissé filer l’épidémie
Omicron déferle sur la Russie alors que le pays vient déjà de traverser une terrible année 2021 et déplore plus de 900 000 morts excédentaires depuis le début de la pandémie. Une hécatombe acceptée par l’État mais aussi par la population, peu encline à la vaccination.
par Julian Colling
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal
Deux « Zouaves » condamnés pour l’attaque à Paris d’un bar antifasciste
Un an et demi après la descente du groupe d’ultradroite Les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, Marc de Cacqueray-Valmenier et Bastien Dos Santos ont été condamnés à des peines de prison ferme pour violences et dégradations en réunion.
par Camille Polloni
Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2020 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie