Pour Gaspard Glanz

Aucune nouvelle de Gaspard Glanz après 24 heures de GAV au commissariat du 12ème arrondissement, rue Dausmenil.

Voici la video complète de son arrestation samedi 20 avril, au cas où un quelconque peigne-cul poserait des questions sur le « contexte » de cette arrestation :

Interpellation du journaliste Gaspard Glanz - Gilets jaunes - Acte 23 - République - 20 avril 2019 © HORS-ZONE Press

Et le lien sur l’article complet du journal Libération.

C’est clairement pas pour le doigt d’honneur que Gaspard a été arrêté.

Il y a deux ans, il avait déjà mis le nez des flics dans le caca, quand il a révélé qu’ils se faisaient passer totalement illégalement pour des journalistes :

PARIS : UN RG DÉGUISÉ EN JOURNALISTE PÈTE UN PLOMB ET NOUS CRACHE DESSUS © TARANIS NEWS

C’était le 19 mars 2017.
Après la diffusion de cette video édifiante, Gaspard a été carrément menacé de mort :

 Gaspard Glanz le journaliste "à tuer direct"

sur la page facebook « Soutien aux forces de l’ordre ». On a les mêmes aujourd’hui sur les fils de commentaires ici.

RSF et le SNJ dénoncent des atteintes à la liberté d'informer.

Bienvenue en Macronie, 32e du classement RSF sur la liberté de la presse.

Et sinon, d’aucuns s’indignent depuis hier sur un manifestant qui a crié aux flics « suicidez-vous ».

Bon.

Juste une chose : crier aux robocops «  espèce d’enculés », ou leur faire un doigt (après s’être pris des coups dans la gueule) est-ce aussi traumatisant pour eux qu’une matraque dans la tronche (ou ailleurs, comme le jeune Théo) ou un œil en moins ?

Et sinon, comment qualifier ces flics là ? De défenseurs de la veuve et de l’orphelin ou de salopards ?

Video Twitter

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.