Du projet de loi sur le séparatisme islamiste

D’une politique séparatiste

Projet de loi sur le séparatisme islamiste

On ne peut pas en notre pays, réduire le séparatisme à l’une des formes de celui-ci.
Sauf à vouloir mettre au ban de notre société d’une communauté, nous ne le pouvons pas.

S’il faut aller sur le terrain du séparatisme, et je ne suis pas personnellement persuadée de la pertinence de cet axe d’action politique, alors il nous faut aborder TOUS les séparatismes, y compris le séparatisme politique.

L’emploi même de terme « séparatisme » ne correspond à aucune réalité sinon celle fantasmée et créées par nos gouvernants.
En usant délibérément de cette sémantique, on ouvre la boite de Pandore de l’exclusion.

J’eus préfère qu’on aborde la réalité telle qu’elle est!
Nul ne peut nier la communautarisation de notre société.
Nous en sommes responsables.

La France a permis à ces communautarismes de s’installer.
Plus encore, elle a les alimentés, relayée par des médias complices.
Les enjeux sont simples : la division.
Aucuns de nos politiciens ne veulent aujourd’hui l’union.
L’union d’un peuple est l’antithèse de la satisfaction des intérêts de quelques uns.

Les élections de 2022 se joueront sur la capacité ou non que nous aurons de nous réunir.

Il est une seule certitude, nous n’appartenons qu’à une seule communauté : la communauté humaine.

Tous ceux qui déclinent volontairement cette globalité ne servent pas le Bien Commun et n’entendent pas le servir.

J’ajouterais in fine, que notre arsenal législatif est suffisant pour combattre contre tous types d’atteinte à nos valeurs humanistes, citoyennes, démocratiques et républicaines.

L’Homme par l’Homme et pour l’Homme!

Merci.

Gaylor Richardeau

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.