Autopsie du Macronisme

Une illusion ....

Autopsie du Macronisme

Sur le papier, le projet était brodé de fil d’or, une source d’espérance en un pays divisé par des décennies d’incuries politiques.

Un homme de surcroît jeune, dynamique, au physique agréable, nous parlait enfin d’humanisme et en dessinait les contours.
Universalité, démocratie , justice sociale, citoyenneté, probité, lien social, vivre ensemble, lutte contre le racisme, sécurité, renaissance européenne, valeurs républicaines, liberté, égalité, fraternité... tout y était écrit...

Une philosophie inspirée de celle des droits de l’homme, des engagements de changement dans l’exercice du pouvoir, des promesses de révolution d’une France en mal d’idéal, l’innovation et le progrès social, l’écologie et l’éducation, la protection et la responsabilité...

Une sémantique de nature à rassembler tous les courants politiques, une faculté à atteindre les affects de tout un chacun, une attitude mêlant l’autodérision et la gravité, un zeste de paternalisme, une once de candeur.

Un slogan choc tout en restant simple : en marche ensemble !

L’ensemble était relayé par un mouvement La République en marche, se revendiquant hors clivages , uni autour de son poulain. Tous pour un, un pour tous! Les mousquetaires du monde d’après .

Beaucoup y ont cru, certains se sont engagés, et cet homme est devenu Président de notre République.
Le Macronisme devenait réalité.

C’est alors que les progressivement les coulisses de cette mise en scène ont été mises à jour.

De couacs gouvernementaux en scandales d’Etat, de stratégies en doctrines, de réformes controversées en manœuvres dévoilées, la Macronie s’est installée, révélant le vrai visage d’un homme qui jamais n’a quitté ses habits de banquiers, construit sur un mensonge, pétri par les grands de la finance internationale, amis des grosses fortunes, icône des groupes d’intérêts, promoteur du tout économique, patron de l’entreprise France, addict aux variations du PIB, compromis aux diktats de Bruxelles, éloigné de la réalité des plus démunis de nos concitoyens.
Un homme de cooptation, de copinages et d’arrangements.
Un homme
Un homme audacieux en son indécence, hautain en son ambition, méprisant le peuple et vouant louanges au CAC 40 des accrocs de la mondialisation, un homme nourri aux sondages.
Un homme de propagande, de communication et de démagogie.
Un homme usant et abusant des médias, se répandant sur les réseaux sociaux, un homme de communication adoptant les mêmes schémas éculés de la politique politicienne.
Un homme à la fois marionnettiste et marionnette.

Le mouvement se déchire en interne, les egos en rivalités permanentes. La base ne résistera pas au parisianisme d’une République en marche arrière.
On tente de maintenir la vitrine mais le rideau est’ tombé depuis longtemps.
La Macronie s’expose et implose.
La colère citoyenne monte et les manifestations embrasent l’hexagone.
On essaie de récupérer en recyclant l’idéologie d’une pensée unique, on crée des fans clubs, on multiplie les consultations « citoyennes », on réquisitionne les élus locaux , on dévoie la laïcité en s’en prenant à une communauté ... mais Marianne ne voit rien venir ... Anne ma sœur Anne.

La réforme des retraites, l’échec cuisant aux élections municipales et la gestion apocalyptique de l’épidémie de COVID, la haine contre nos frères et sœurs musulmans viendront définitivement signer l’épitaphe du Macronisme.

Ci-gît les cendres d’un Jupiter qui n’était point Phœnix ....

Merci.

RICHARDEAU Gaylor

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.