Gazette Debout
L'auto-média indépendant né de Nuit Debout.
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2016

Gazette Debout
L'auto-média indépendant né de Nuit Debout.
Abonné·e de Mediapart

Police Debout #2 : les menottes tremblent !

Des policiers Debout à Strasbourg ? Notre correspondant alsacien est parti à la rencontre des forces de l'ordre qui manifestent pour avoir de meilleures conditions de travail. Un reportage sans préjugés pour tenter de comprendre les raisons de leur colère.

Gazette Debout
L'auto-média indépendant né de Nuit Debout.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme promis, je suis retourné à la rencontre des policiers qui manifestent place Kléber à Strasbourg (cf article précédent). Cette fois, nous nous sommes clairement présentés comme Nuitdeboutistes. Ils sont ce soir une cinquantaine sur la place. Nous sommes accueillis par un policier manifestant que nous appelerons Kamil ; il nous réexplique la raison de leur présence ici chaque soir :

« Kamil : On vient de refuser la promesse de Cazeneuve pour les millions d’Euros.

La Hulotte : Du coup c’est pour ça que vous manifestez ?

– Bah depuis un moment déjà. Et pis ils ont réformé la garde à vue !!

– On était déjà venus vous voir une première fois pour discuter.

– Le gardé à vue pourra discuter avec la personne qu’il désire….On est en garde à vue !!!

– De ce que j’ai compris, ils veulent aussi remasteriser la légitime défense ?

– Non mais ça c’est plus d’actualité. Maintenant, ils sont recentrés sur les droits de la garde à vue ! Et nous qui sommes enquêteurs on peut plus… la traiter !

– Mais aujourd’hui vous demandez quoi en fait ?

– Qu’ils arrêtent de compliquer la garde à vue, qu’ils arrêtent d’envoyer des collègues avec une radio qui ne marche pas ! Hier, il y avait 2 détenus pour 2 collègues et les radios ne marchaient pas…On n’est pas assez nombreux de toute façon. Ça va aller encore au clash et voilà quoi. On a déjà pas de renfort entre nous, donc je ne vois pas comment on peut porter assistance à la personne. Parce qu’on est un peu au service du public quand même. Et là, le public, on ne peut pas trop lui donner satisfaction parce que nous même on n’est pas très…

– Mais je vois ce soir qu’il y a les pompiers, ça fait longtemps qu’ils sont avec vous ?

– Les pompiers ouais, les matons ils bloquent les prisons…

– Les matons bloquent les prisons aussi ?! Parce que le premier soir où on est passé il y avait que vous les policiers.

– Là on peut pas être aussi nombreux que le week-end parce que tout le monde est sur une patrouille, y a les motards qui ont été rappelés. Voilà le problème. On va voir pour s’organiser de nouveau. Vendredi y a 15 jours on était 200-250…

– Ah ouais ?! D’accord… et ça vous parait utile ce que vous faites ici ?

– Bah de toute façon on a pas le choix ! Parce que dans toute l’administration c’est en train de péter…

– Dans quel sens ?

– Tout ce qui s’est passé dans l’actualité, les policiers qui descendent dans la rue. On est en état d’urgence, on ne va pas se faire cramer des bagnoles. Moi j’en ai rien à foutre que quelqu’un n’aime pas la police, mais qu’on vienne pas me faire chier…

– L’état d’urgence il en dit quoi ?

– L’état d’urgence ?! bah on est pas assez nombreux pour le faire l’état d’urgence…

– Mais il te parait justifié ?

– Justifié ?! Bah ouais parce que là il va y a voir le marché de Noël par exemple..

Un an après, ça te parait toujours justifié ?

– Ouais. Daesh n’a pas dit qu’il arrêtait de poser des bombes…

– Donc tant que Daesh n’aura pas dit ça, on va être en état d’urgence ?

– Ouais ! Parce que si on fait encore 136 morts…Si on l’arrête demain… on va pas s’étonner…Entre tous les malades qu’on a nous, pis maintenant les malades qui se revendiquent de je sais pas quoi…voilà

– Mais à Nice, y a eu des problèmes quand même ? État d’urgence ou pas.

– Justement, c’est ce qu’on dit : on est pas assez nombreux !! »

Police / Nuit Debout DR

Les policiers ont peur

L’entretien d’une quarantaine de minutes s’annonce classique au début. On ressent le ras-le-bol déjà exprimé lors de notre première rencontre, puis le refus des syndicats ainsi que le manque de moyens, la non-reconnaissance de la hiérachie… Somme toute, un discours qui confirme les paroles de ses collègues, rencontrés trois semaines auparavant. C’est au bout de trente minutes de dialogue qu’une nouvelle idée fait son apparition. La police a peur ! Enfin, nous avons une raison sensée, qui fait parler l’humain et non le policier.

« Je ne suis pas tranquille. J’ai été menacé de mort plus de 27 fois en 14 ans […] je te le dis franchement, demain j’ai peur ! Parce que demain je travaille ! »

Il a peur de mourir en protégeant les citoyens, car il veut défendre la population, comme la majorité de ses collègues. Nous ne parlons pas ici de peur au sens ridicule du terme, mais bien d’une peur primaire normale face au danger de mort, face aux images d’une indécence totale observées chaque jour. Il accuse très clairement le manque de formation : personne n’est correctement formé à voir des cadavres, des viols, des incestes en direct lors d’interpellations. Il nous donne un exemple très cru : « Quand tu arrives chez un type et que tu vois sa gamine de 4 ans en train de tailler une pipe au grand-père ! Quand tu vas arriver sur une scène où toute une famille s’est faite assassinée. Ton cerveau il est humain ! »

Il ne ressent aucun mépris ni agressivité envers Nuit Debout, expliquant même qu’il comprend la démarche et que pour lui : « Nuit Debout, j’aime bien parce que ça fait un contre-pouvoir intelligent. C’est comme la Vox Populi, mon film préféré c’est V pour Vendetta, j’estime qu’un gouvernement, à un moment, il faut le stopper. Et pourtant je suis fonctionnaire. Les politiques sont tous des bons à rien […] Moi, Nuit Debout je l’ai bien vu parce qu’on se foutait de la gueule du peuple, et le peuple c’est bien de rappeler qu’il existe. Moi j’ai pas voté depuis 5 ans. Hier entre le pire et le moins pire, j’ai entendu parler Macron. Je me suis dit tiens, un mec qui parle comme moi, un mec qui dit  » j’assume mes responsabilités ». Ça fait combien de temps que je n’ai pas entendu un homme politique disant qu’il assume et parlant comme nous ?»

Il a été CRS pendant 4 ans et ne cautionne pas les dérapages policiers lors des manifestations Nuideboutistes. Mais explique quand même que peu d’images des policiers blessés ont été diffusées en miroir de celles des manifestants blessés. Il mettra un petit moment à finalement admettre que les droits de la presse ont été bafoués.

Police on my back / Stephanie Pouech / DR

On aborde enfin le problème des syndicats : « Les syndicats c’est tous des pourris ! Ils sont tous politisés. SGP c’est la gauche, Alliance c’est la droite. Mon collègue, il n’a pas eu son avancement, alors qu’il a eu son examen ! Dans toutes les professions, vous avez votre examen, vous avez votre avancement. Nous, il faut qu’on soit syndiqués, après on est sur une liste. Puis, on est sur une liste du patron, et c’est seulement quand les 2 listes sont communes que tu peux gagner 25 € de plus. […] J’ai des collègues qui rendent leur carte (de syndicat), moi ça me coûte 85 € parce que si je suis emmerdé par la police des polices parce que tout le monde peut déposer plainte contre moi, il faut que je sois syndiqué, si je veux avoir un avancement, il me faut un syndicat, une mutation, il faut un syndicat. Sinon t’attends. Ca fait 6 ans que j’attends, l’examen ça fait 6 ans que je l’ai, et j’attends pour 22,50€ d’avancement. Faut pas s’étonner qu’il y ait des ripoux, on arrête des gens qui se font trois fois plus que nous !! »

Pour finir, je demande à Kamil de me résumer en trois points les revendications des policiers :

« 1 – Du matériel et des renforts formés. 2 – Réformer la loi et l’appliquer avec des moyens. 3- Être entendus. » Avant de nous séparer, Kamil nous dit en avoir vraiment marre, et vouloir démissionner pour se reconvertir en professeur d’histoire.

En réécoutant ces paroles de policiers, je me suis vite rendu compte qu’ils disaient plutôt la même chose que nous sur beaucoup de points. Sauf peut-être sur Macron, même si je comprends très bien ce que Kamil a voulu nous dire.

J’ai rencontré 2 fois les policiers place Kléber. À chaque fois, j’ai été obligé de constater qu’ils sont accessibles, écoutent, et sont humains autant que nous. Les préjugés dont ils souffrent sont bien largement au-dessus de la réalité. J’ai dialogué avec Kamil qui nous explique être à bout, et pourtant je ressentais vraiment son envie de protéger les citoyens. En comprenant sa peur humaine, j’ai peut-être trouvé un point commun avec Nuit Debout : nous ne nous sommes peut-être pas rassemblés sur nos places par ras-le-bol, mais par peur. La peur d’un avenir très sombre. Ce qui explique peut-être aussi la baisse du mouvement Nuit Debout : une fois ensemble, nous nous sommes mutuellement rassurés, ceux qui se sentaient mieux ont décidé de reprendre leur route, et ceux qui ont encore peur de cet avenir poursuivent avec Nuit Debout.

C’est ce point commun que je pense avoir compris. Et aussi le fait que les policiers se rassemblent aussi la nuit, et debout.

Merci à Kamil de nous avoir parlé sans retenue, et merci aux Nuideboutistes de Strasbourg de m’avoir accompagné : Xavier, Enzo, Alice et Jérôme.

La Hulotte, correspondant à Strasbourg pour Gazette Debout

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome