Gazette Debout
L'auto-média indépendant né de Nuit Debout.
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juin 2016

La « casse » de l’hôpital Necker : histoire d’une manipulation politique

REPORTAGE – Fracasser les vitres d’un hôpital pour enfants. Quel beau symbole pour le gouvernement, avide d’images choc pour discréditer les manifestants et minorer leur rancœur à l’encontre de ses choix politiques. Mais Gazette Debout a pu contacter certains militants qui étaient dans la tête du cortège. Et leur avis est sans appel : tous condamnent ce débordement à l’hôpital Necker.

Gazette Debout
L'auto-média indépendant né de Nuit Debout.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dès le lendemain du défilé du 14 juin, le Premier ministre Manuel Valls, s’est précipité à l’hôpital Necker en compagnie de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, et du directeur général de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch. « Ce qui s’est passé ici est intolérable et doit sonner comme un signal d’alarme pour notre société », a-t-il déclaré. Lors d’une interview sur France Inter, il a parlé d’un établissement « dévasté ». De son côté, Bernard Cazeneuve a fustigé « les hordes de manifestants violents » qui s’en prenaient aux « vitres de l’hôpital » annonçant que « l’enfant des policiers tués à Magnanville était hospitalisé ».

Un collectif de chercheurs de l’Institut des maladies génétiques Imagine a également publié dans (ô surprise) Le Figaro une tribune pour dénoncer « la frénésie destructrice et aveugle de ceux qui se sont attaqué au bâtiment » (…). « Cette violence est d’autant plus condamnable qu’elle était préméditée, comme le prouve l’usage d’instruments suffisamment puissants pour briser des vitrages de sécurité d’un bâtiment clairement identifié comme hôpital, structure neutre ouverte à tous mais contrainte de s’enfermer par crainte de l’agression. »

Manif du 14 juin. Jerome Chobeaux / DR

Cette récupération politique a rapidement agacé. Le site Lundi matin a publié le témoignage d’un parent d’enfant soigné à l’hôpital. « Certes, briser les vitres d’un hôpital, même par mégarde, c’est idiot ; mais sauter sur l’occasion pour instrumentaliser la détresse des enfants malades et de leurs parents pour décrédibiliser un mouvement social, c’est indécent et inacceptable ».

Par ailleurs, un membre du personnel soignant, interrogé par France Tv Info, qualifie d’entorse au secret médical les propos de Bernard Cazeneuve. « Beaucoup d’entre nous ne savaient pas que cet enfant était là, et ce n’était pas au ministre de l’annoncer en ‘prime time’. Les médecins ont besoin de tranquillité pour gérer ce petit garçon qui, en l’espace de 24 h, est devenu orphelin et a été instrumentalisé par l’échec politique de ce gouvernement, explique-t-elle. Des voyous ont vandalisé l’hôpital, mais il faut laisser la justice faire son travail. »

Même son de cloche du côté des syndicats, qui dénoncent, toujours chez France TV Info, une récupération politique. « Nous condamnons d’emblée les faits. Cette attaque de casseurs contre un hôpital public est inacceptable et n’a rien à voir avec la mobilisation », explique ainsi Olivier Cammas, représentant CGT à l’AP-HP. « Le problème, c‘est qu’on se retrouve à ne plus traiter le fond, c’est-à-dire l’opposition à la loi Travail, mais seulement à se focaliser sur cet événement médiatique et politique. »

En effet, ni Manuel Valls, ni Marisol Touraine, ni même Martin Hirsch n’ont évoqué la réforme des hôpitaux, dénoncée entre autre par Hôpital Debout.

Budgets restreints, cadences de travail harassantes, déshumanisation des relations avec les patients : l’hôpital public doit aujourd’hui se plier aux mêmes logiques de rentabilité que les entreprises.

Les vitres de l’hôpital Necker après la manifestation du 14 juin. Noémie Nuit Debout / DR

Mais revenons un instant à l’événement : « l’attaque » des vitres de l’hôpital par ceux que les médias appellent les « casseurs », que nous désignerons ici comme « Black Blocs » par commodité.

Pourquoi auraient-ils décidé de s’en prendre à un tel lieu ? Leurs cibles sont habituellement plus symboliques et anti-capitalistes : banques ou panneaux publicitaires… Cette initiative ne correspond pas vraiment à leurs méthodes d’actions. Pour bien s’en rendre compte, il faut regarder la vidéo d’un journaliste du MondePierre Trouvé, qui était présent sur les lieux. Elle a publiée notamment dans L’Autre Quotidien :

Dans l’extrait que nous avons isolé, on voit un homme seul attaquer au marteau les vitres de l’établissement, avant qu’un manifestant (membre de la CGT) ne vienne l’arrêter. Un mode opérationnel bien éloigné de celui des « Black Blocs » comme l’explique Alexandre, militant de longue date : « Ils agissent souvent à plusieurs, et une fois qu’ils ont terminé, ils repartent en courant. Cet homme est reparti seul, les mains dans les poches. C’est très étrange ».

Pour lui, il s’agit soit d’un policier en civil, comme on a pu en voir pendant les manifestations contre laréforme des retraites, soit d’un individu isolé, un « abruti ». 

« Si les Black Blocs avaient réellement voulu s’en prendre à l’hôpital, plus aucune vitre ne serait intacte aujourd’hui. Regardez ce qui est arrivé à celles des banques qui se trouvaient sur le parcours du cortège », poursuit-il.

Nuit Debout / DR

Dès le lendemain, les vitres de l’hôpital ont été recouvertes de ballons et de mots « d’excuse » signé des « casseurs ».  Certains y ont même déposé des jouets. Les vilains « casseurs » auraient-ils eu des remords ?

Si certains membres ont refusé de s’associer à ces mots d’excuses, au motif que c’était reconnaître quelque chose dont ils ne se sentent pas responsables,  tous se sont dits émus qu’un individu s’en soit pris à un tel établissement.

« La majorité, dans la tête de cortège, voit plus ça comme un dommage collatéral qui s’est produit à cause de l’ignorance d’un autonome », explique un proche des autonomes à la Gazette Debout.

« Car nous savons bien que la casse de l’hôpital, c’est le gouvernement qui veut économiser 400 millions d’euros en supprimant 22 000 emplois, pas trois vitres brisées ».

Au final, personne, parmi nos contacts dans les manifestants en tête de cortège, ne cautionne de tels actes. 

Rappelons au passage que les manifestations contre la loi travail sont bien moins violentes que celles qui ont eu lieu pour protester contre le CPE. À l’époque, on comptait une trentaine de cocktails molotov par soir, et des voitures étaient retournées pour ériger des barricades. « Les violences étaient autrement plus puissantes. Et que dire de mai 68, ou les « autonomes » pouvaient être 15 000 dans les cortèges. Rares sont les grandes avancées sociales qui se sont faites sans violences en France » conclut Alexandre.

Lire l'article dans son contexte d'origine sur Gazette Debout : https://gazettedebout.org/2016/06/18/la-casse-de-lhopital-necker-histoire-dune-manipulation-politique/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart