La «marque» Nuit Debout désormais privatisée

Le dépôt de la marque "Nuit Debout" a été accepté par l'Institut National de la Propriété Intellectuelle. Ses nouveaux propriétaires seront libres de l'utiliser à des fins commerciales. Un bien triste destin pour un nom symbole de la contestation sociale.

nuitdebout marque deposeé inpi

Des t-shirts Nuit Debout. Des petites culottes Nuit Debout. Des combinaisons de plongée Nuit Debout. Des pilules amincissantes Nuit Debout. Des caisses enregistreuses Nuit Debout. Voici une liste non exhaustive de tous les objets et services qui pourront bientôt être estampillés « Nuit Debout » suite à l’autorisation du dépôt de marque par l’INPI il y a quelques semaines.

Rappelez-vous, en juin dernier, les Avocats Debout lançaient un appel contre la privatisation d’un nom qui appartient à tous et qui est désormais entré dans l’Histoire.

A l’époque, de nombreux journaux avaient relayé leur indignation, notamment Reporterre20 MinutesLes InrocksNumérama, Libération, et même Konbini. Une colère qui n’a pas vraiment été suivie d’effets puisque l’INPI a reçu moins de 30 réclamations, ou « observations de tiers », et qu’aujourd’hui, la marque Nuit Debout a bel et bien été acceptée par l’Institut.

Qui veut faire de l’argent avec Nuit Debout ?

La marque Nuit Debout déposée à l’INPI

Ces demandes de dépôt de marque émanaient de deux personnes physiques, Magali Becker et Rudolph Akueson, ainsi que d’une société de production d’émissions et de documentaires : Caméra Subjective« Nous voulions faire un documentaire autour de Nuit Debout pour France TV et nous avons déposé le titre, comme nous le faisons à chaque fois qu’on lance ce type de projet », explique Jérôme Schwab, directeur de production chez Caméra Subjective. Il est vrai que sa demande à l’INPI concerne des catégories classiques pour le documentaire – mais aussi les combinaisons de plongée et l’aquarelle (les voies de l’INPI sont impénétrables). Lorsque l’affaire a été médiatisée, Jérôme Schwab assure avoir reçu de nombreux appels menaçants ainsi que des commentaires haineux sur la page Facebook de sa société (ils ne sont plus visibles actuellement). « L’INPI nous avait dit que notre demande avait été rejetée. De toute façon, le projet a été annulé, donc cette marque ne nous intéresse plus ». 

« Camera Subjective a pourtant dû recevoir un courrier lui certifiant l’enregistrement », confirme Laurent Mulatier, le responsable du service du contentieux de l’INPI. Quoi qu’il en soit, la société possède bel et bien « Nuit Debout » depuis le 10 novembre dernier.

Quant à Rudolph Akueson, ses intentions sont plus obscures. Depuis le 30 septembre, il possède le nom « Nuit Debout » pour cinq catégories de produits (voir les détails ici) : des classiques produits de l’imprimerie ou chaussures, en passant par la publicité, mais aussi, plus étonnant, la catégorie des « produits pharmaceutiques« , qui regroupe les insecticides, les produits vétérinaires et les herbes médicinales…  M. Akueson est aussi propriétaire des marques Famille Statue de la République depuis 2013, Editions Le Christ et Exocetpune agence de presse qui entend « fournir une couverture objective et professionnelle des événements […] touchant l’actualité de l’église du christianisme« . Gazette Debout n’a pas été en mesure le contacter directement pour savoir s’il avait réellement l’intention de vendre des croquettes pour chats chrétiennes estampillées « Nuit Debout ». 

La demande de Magali Becker reste encore en cours d’examen et porte sur trois catégories : les appareils et instruments scientifiques, les produits de l’imprimerie et les vêtementschaussureschapellerie. Une fois approuvée, cette personne pourra utiliser le nom Nuit Debout pour vendre des manteaux en fourrure (ça va plaire aux anti-spécistes…), des logiciels de jeu, des microscopes ou encore des sacs à ordures. Bref, la liste est longue et précise, à consulter sur le site de l’INPI. 

Nuit Debout, pas au même niveau que « Je suis Charlie »

L’enregistrement de ces marques interpelle – pour ne pas dire scandalise – et pose la question des critères utilisés par l’INPI pour opérer ses choix. En, effet, l’institut avait refusé le 20 novembre dernier le dépôt des marques « Je Suis Paris » et « Pray For Paris », tout comme la marque « Je suis Charlie », déclarant que cette formule était perçue comme quelque chose « d’inappropriable ». Bien entendu, il serait présomptueux de comparer Nuit Debout aux tragiques attentats qui ont endeuillé notre pays, mais faut-il pour autant autoriser la récupération de ce mouvement citoyen unique en France et le transformer en une banale marque commerciale, qu’on retrouvera peut-être sur des emballages de brosses à dents dans les rayons des supermarchés ?

Laurent Mulatier (INPI) explique que l’institut a effectivement débattu de la question, mais a estimé que Nuit Debout n’était pas de la même nature que « Je suis Charlie », ou « Je suis Paris ». « Nous nous contentons d’appliquer les critères de la propriété intellectuelle ». Ceux qui ne sont pas d’accord auraient pu se tourner vers l’unes des dix cours d’appel compétentes en France pour lancer une procédure, mais le délai d’un mois pour faire appel est désormais dépassé.

Ainsi, le plus vaste mouvement social en France depuis Mai 68, le Printemps français, le fer de lance de la contestation anti-capitaliste est aujourd’hui devenu un banal label, bien loin des idéaux des milliers de personnes qui se sont réunies place de la République dès le 31 mars 2016. Un triste paradoxe, mais une conséquence logique du monde de la libre-entreprise. Car aujourd’hui, tout est « marque » ; les expressions « Mai 68 », « République » ou encore « Printemps arabe » ont été enregistrées. Même les partis politques s’empressent de déposer leur nom pour éviter que certains ne s’en emparent et ne gagnent de l’argent à leurs dépends. Certes, on imagine que les deux déposants qui vendront quelques t-shirts Nuit Debout ne deviendront pas milliardaires. Néanmoins, cette obsession de posséder et marchandiser des noms, des idées ou des mouvements qui appartiennent à tous est symptomatique des dérives de notre système actuel.

Sur ces sombres considérations mercantiles, je vous laisse, je dois aller déposer ma demande dans la catégorie « Instruments de musique » afin de produire une gamme de pipeaux estampillés « Nuit Debout » à offrir aux hommes politiques en vue des prochaines élections présidentielles.

L-A

Article paru dans Gazette Debout

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.