Gazette Debout
L'auto-média indépendant né de Nuit Debout.
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2017

Engouffrez-vous dans «La Brèche» la nouvelle web-tv politique

La Brèche est une nouvelle web-tv indépendante et citoyenne qui veut décrypter les élections présidentielles. Elle lance sa première émission aujourd'hui mardi 24 janvier. Gazette Debout a interrogé Gaëlle, l'une des initiatrices, pour mieux comprendre les intentions éditoriales de ce nouveau média libre.

Gazette Debout
L'auto-média indépendant né de Nuit Debout.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Brèche est une nouvelle émission de web-tv qui débutera le 24 janvier 2017 et suivra l’élection présidentielle. Lancée par une quarantaine de militants toulousains engagés, dont certains se sont rencontrés à Nuit Debout, elle veut parler de politique autrement. Un mardi soir sur deux, entre janvier et mai prochain, deux hommes politiques feront face à deux personnalités de la société civile pour débattre des thématiques écologiques, sociétales, économiques. Parce que le discours politique se construit aujourd’hui plus que jamais à travers des dispositifs et des produits audiovisuels, Gazette Debout a interrogé Gaëlle, l’une de membres de La Brèche, afin d’en savoir plus sur ce projet.

Gazette Debout : Quelles ont été vos sources d’inspiration pour lancer La Brèche ?

Gaëlle : A la base, nous sommes tous des citoyens déçus de la télévision, nous ne la regardions plus beaucoup. On s’est donc remis à visionner de nombreux débats pour les analyser et comprendre l’offre existante. Etant basés à Toulouse, nous sommes très inspirés par le sud et l’expérience espagnole de Podemos. Nous nous sommes également inspirés de Tuerka, une TV locale espagnole née des Indignés, qui a été assez suivie sur Youtube pour être désormais diffusée sur les ondes hertziennes.

Gazette Debout : Qui vous soutient ? Avez-vous reçu des subventions ?

Gaëlle : Nous venons de lancer une cagnotte qui prend doucement. Mais nous ne recevons aucune subvention. A vrai dire, cela n’a même pas été discuté car cette recherche de subvention prend du temps et n’aurait pas été au goût de tout le monde. D’autant que nous revendiquons une totale indépendance. Nous sommes tous des bénévoles et nous allons récupérer un maximum de matériel. Notre plateau est accueilli gratuitement par la maison de quartier de Bagatelle dans les quartiers nord, un peu oubliés de la ville de Toulouse. Elle est gérée par les habitants avec une vraie action en faveur de la démocratie participative locale. Quant à la technique, nous travaillons avec TV Bruits une télévision locale qui va nous fournir du matériel et nous former. Nous travaillons également avec l’association de vidéastes Vidéophage qui nous prête les lumières.

Gazette Debout : Comment vont se dérouler les émissions ?

Gaëlle : Nous recevrons deux personnalités politiques face à deux invités de la société civile, de véritables connaisseurs de leur sujet, des militants aguerris à qui nous faisons confiance pour amener les vraies questions. En parallèle, nous souhaitons que les politiques aient le temps de s’exprimer, de dérouler en profondeur toutes leurs idées. Mais pas question de leur servir la soupe, il faut à tout prix éviter la langue de bois et au contraire, provoquer de vraies discussions, les sortir de leur rhétorique habituelle. Nous aurons également des « fact checker » qui seront formés en profondeur sur chaque sujet. Aidés par les réseaux sociaux, ils pourront prendre la parole et intervenir à des moments clés du débat pour faire le point.

La Brèche TV

Gazette Debout : Qui seront les invités de votre première émission ?

Gaëlle : Nous allons débattre sur ce que nous pouvons encore attendre de cette élection. Nous n’aurons pas d’invités politiques mais seulement des personnalités citoyennes comme Usul, un blogueur politique, Salah, qui fait partie « Des Motivé-e-s » un mouvement politique toulousain de démocratie participative qui a été élu au conseil municipal de la ville en 2001. C’était la première fois qu’une parole de gauche gagnait les élections locales. Malheureusement, ils ont été empêchés d’agir par certains procédés douteux. La présence de Salah sera d’autant plus intéressante car son collectif est précurseur en terme d’éveil à la démocratie. Nous aurons aussi la présence d’Aurélie, une femme qui continue à faire vivre Nuit Debout en Ariège, ainsi que de Charlotte Marchandise, la candidate élue à la primaire citoyenne. Nous ne l’invitons plus pour le procédé démocratique de son élection que pour son programme.

Gazette Debout : Quels seront les thèmes que vous souhaitez aborder jusqu’à la campagne ?

Gaëlle : Notre seconde émission sera consacrée à l’état d’urgence écologique. Sous réserve d’un changement dernière minute, nous devrions avoir un représentant du Front National et de la France Insoumise. C’est intéressant qu’ils se rencontrent sur un sujet où ils ne sont pas en opposition catégorique. Nous parlerons ensuite des identités et discriminations. La quatrième émission sera consacrée aux droits humains en solde. Puis nous parlerons de l’insécurité sociale, de l’économie (la bourse ou la vie). Pendant l’entre deux tours, nous n’aurons pas d’invité politique mais réfléchirons aux grands thèmes de la campagne.

Gazette Debout : Quel est votre objectif ? Inciter les gens à aller voter ?

Gaëlle : Dans l’équipe, nous sommes tous abstentionnistes, mais nous ne voulons pas abandonner le terrain politique pour autant. Pas question de se plaindre comme avant chaque élection. Nous voulons agir, positiver, se tenir au courant, s’informer et informer. Montrer que ce n’est pas parce qu’on ne vote pas que l’on déserte l’espace public. Au contraire, nous voulons replacer les débats dans la campagne et décrypter les programmes, faire un travail d’éducation populaire. Continuer de porter les sujets qui nous semblent important pour rendre cette démocratie vivable. Et au-delà, inciter les gens à être acteurs dans leur quartier, dans leur travail et dans leur vie.

Propos recueillis par L-A

Pour vous connecter, rendez-vous sur direct.labreche.tv

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com