Nuit Debout: Un an après que sont-ils devenus?

Un an après, que sont devenus les hommes et les femmes qui étaient à Nuit Debout ? Gazette Debout vous livre quelques initiatives nées du mouvement.

image-avril
C’est le retour du printemps. Les jours rallongent, les arbres bourgeonnent et les hirondelles sont de retour. Mais la renaissance de la nature a un arrière goût amer. Ressentez-vous cette électricité dans l’air ? Ces discussions qui oscillent entre le désenchantement et le dépit avec vos amis au café ? Les élections présidentielles approchent à grands pas et nous n’aurons probablement le choix qu’entre la Peste et le Choléra.

Et Nuit Debout dans tout cela ? Que sont devenus les milliers de gens qui se sont réunis sur les places de France au printemps dernier pour dire « non » à la loi Travail ? Ont-ils tranquillement repris leur vie d’avant ? Ont-ils enterré leurs espoirs, leurs rêves d’une vie meilleure ? La réponse est non. Et au risque de chagriner les plus grincheux, Nuit Debout est plus vivante que jamais.

Les réseaux tissés durant ces longues soirées sont encore actifs, et les Nuitdeboutistes, réunis par affinités, par projets ou par convictions, s’investissent dans d’innombrables luttes et alternatives. Car ce mouvement social n’a pas été qu’une occupation de places ; il a bousculé la vie, les habitudes et les certitudes de toutes celles et ceux qui y ont participé. Comme l’explique très habilement le livre #32Mars (dont nous vous parlerons bientôt) il a redonné de l’espoir à celles et ceux qui l’avaient perdu. « Nuit Debout est devenue une référence culturelle, un étendard qu’on brandit avec fierté. »

Gazette Debout a suivi le parcours de ces Nuitdeboutistes engagés et vous livre une sélection (forcément  subjective) de quelques-unes de ces initiatives. Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à nous les signaler dans ce formulaire.

Un archipel des possibles

  • La commission Économie Politique a lancé un #NoCetaChallenge : des vidéos de vulgarisation sur ce traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada.
  • Le collectif Nuit Féministe, lancé après l’été, travaille sur de nouvelles formes de mobilisations reproductibles par tou.te.s. Sensibiliser, lutter, s’émanciper grâce à des actions simples, voilà leur philosophe pour inciter ceux qui hésitent encore à s’investir dans cette cause.
  • La commission Debout Education Populaire, qui n’a jamais quitté la place de la République à Paris, continue de proposer de nouvelles formes d’éducation en les articulant au sein d’un atelier inititulé « Quelle société veut-on ? ». Les 8 et 9 avril, cette même commission organise sur la Place de la République une Foire des Éducations Populaires.
  • Certains Nuitdeboutistes ont lancé une campagne de mise en valeur des initiatives citoyennes face aux vaines promesses des politiciens. Leur site Miroir 2017 permet de constater que beaucoup n’attendent pas un candidat providentiel pour s’investir dans des actions concrètes.
  • D’autres rêvent de construire Mainstenant des écovillages sur les îles de la Seine.
  • Les commissions démocratie travaillent à la rédaction coopérative d’un recueil de propositions de réformes démocratiques à partir de collectes populaires menées notamment à Rennes et Paris. C’est l’un des principaux chantiers « nationaux » qu’aura impulsés Nuit Debout.
  • Les Photographes debout sont toujours actifs. Francis Azevedo publie un livre des clichés pris au printemps dernier. D’autres exposent leurs photos prises dans les Nuits Debout de toute la France. Sur les grands écrans, on a retrouvé Nuit Debout sur France 5 pour un long reportage en immersion. La documentariste Mariana Otero termine son film, « L’Assemblée ».
  • Certains Nuitdeboutistes ont participé au combat des Faucheurs de Chaises, qui luttent contre l’évasion fiscale, ou encore au collectif Les Jours Heureux, qui espère réactualiser le programme du Conseil National de la Résistance.
  • Enfin, ils ont été nombreux dans les manifestations contre la corruption et contre les violences policières, notamment après le viol de Théo.

Le programme de l’anniversaire ! 

Nuit Debout a engendré tout un archipel d’initiatives que nous allons réunir pour l’anniversaire du mouvement le week-end des 31 mars, 1er et 2 avril. (Voir sur Facebook)

Dès le vendredi soir, la place va s’animer avec une assemblée festive sur le thème : qu’attendons-nous du printemps ? Le samedi 1er avril, la place de la République étant prise, Nuit Debout se délocalise aux Tuileries à partir de 11 heures pour présenter les propositions réunies par la commission démocratie. L’après-midi, c’est à Stalingrad que ça se passera, avec des ateliers inter-nuits debout.

Enfin, dimanche 2 avril, retour sur la place pour le bouquet final. Gazette Debout a convié plusieurs dizaines de collectifs et anciennes commissions du printemps dernier pour savoir ce qu’ils sont devenus. Tous les détails sont ici. 

Alors si vous avez besoin d’un bol d’air au milieu des affaires de corruption, des débats présidentiels qui tournent en rond ou de la énième prolongation de l’état d’urgence, soyez nombreux et nombreuses sur la place de la République et sur toutes les places de France.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.