GBA92
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 mars 2012

Politoscopie à un mois du premier tour de Scrutin

GBA92
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A un mois et un peu plus du scrutin, il convient d'Analyser la situation Politique. Nous en sommes finalement à un point logique, Hollande qui était "trop" haut dans les sondages d'opinion se fait rattraper par le second "favori" désigné par les Médias au prétexte que sous notre régime Politique, seuls deux candidats pourraient l'emporter...

Nous sommes toujours dans la configuration qui peut certes encore évoluer mais ce serait une grande surprise où quatre candidats pourraient concourir en finale le 6 Mai: F.Hollande, N.Sarkozy à égalité, puis M.Le Pen et 4ème F.Bayrou, JL Mélanchon en embuscade. Les sondages et on ne le dit ni ne l'écrit pas suffisamment montrent une indécision des 2/3 des électeurs face à une campagne jugée terne et ne montrant pas un débat sur les vrais enjeux du pays.

F.Hollande a des hypothèses de croissance irréalistes 2,25%, relevé par F.Lenglet dans l'émission "Des Parole et Des Actes" le mettant hors jeu sur le plan économique. Après plusieurs tentatives de "coups", d'effets d'annonces, il se tasse dans les sondages après une séquence longue où il était seul des deux lions à faire une Campagne à visage découvert. Grosse "désillusion" de recul sur le dossier Fiscal de l'unification IR et CSG annoncée de longue date dès les primaires socialistes. Leurres lancés avec annonces tonitruantes sur le taux marginal confiscatoire à 75% au delà de un million d'€ de revenus, pondéré en mode récupération par un bouclier fical à 85% ressuscité des temps Rocard de l'instauration de l'ISF qu'il n'ose bien sûr pas nommer comme tel. Bref pas de grande cohérence, comme sur le Nucléaire et les accords PS-EELV qui semblent battre de l'aile. Au niveau sociétal, l'euthanasie présentée sans faire aucunement le lien avec la loi Léonetti votée à l'unanimité des parlementaires mais paradoxlement jamais mise en oeuvre ce qui ne surprend étonamment personne. Il se comporte toujours en favori quoique talonné voire à égalité par N.Sarkozy, ne prenant aucun risque, en gestionaire d'un Capital à soigneusement gérer, cela suffira-t-il ? Rien n'est moins sûr.

N.Sarkozy de meeting en meeting, de visite en visite, souvent mises en scène, parfois des fiascos, toujours sans cohérence, surjoue les discours écrits par H.Guaino sans aucun fil conducteur, il n'a même pas de Programme écrit ce qui est très révélateur du vide intersidéral de ses propositions, on flaire l'opinion, on va dans le sens du vent, on ratisse où l'on peut, les Rapatiés à Nice, L'électorat FN avec le thème du Hallal et de la  baisse de l'immigration, les Arméniens avec une loi criminalisant la négation du génocide de 1915. Mais posé en garçon sage sur les plateaux Télés les séniors et son socle électoral lui restent fidèles. Il tient toujours le pays et peut encore être réélu. Néanmoins aucun sondage ne lui permet d'espérer rallier assez de suffrages sur lui a un éventuel second tour, c'est le fait marquant de cette analyse avec la lutte de prise de l'UMP qui mécaniquement démarrera au soir à 20h01 du premier tour le 22 Avril où les loups de l'UMP Juppé, Bertrand, Coppé, Fillon, voire d'autres s'affronteront à mort pour l'héritage et se positionner pour l'élection de 2017, ce qui pourrait compromettre l'élection au soir d'un premier tour trop moyen.

M. Le Pen reste sur son traditionnel positionnement de suicide économique programmé par la sortie de l'Euro qui lui interdit toute chance de victoire au second tour, bien plus que ses thèmes habituels Hallal, Immigration, maintenant banalisés par le candidat de l'UMP depuis le débat sur l'identité nationale en 2009.

F.Bayrou lui a de son côté un programme intangible, financé, équilibré, raisonnable. Il apporte la solution à notre sortie de crise en restaurant l'équilibre des comptes publics sur des bases d'une croissance réalistes à 1,5%, en remettant au gout du jour une politique industrielle nationale appuyée par une politique de valorisation de la marque France auprès des consommateurs s'ils consommaient 10% de production nationale ce qui n'est pas exagéré. Il propose également un grand coup de pied dans la fourmilière de l'establishment qu'il est le seul à pouvoir conduire avec un référendum de moralisation de la vie politique pour tenter de briser avec effet immédiat les liens de dépendances entre médias, élus, entreprises publiques, état, en passant au non cumul des mandats, et à une réduction drastique du nombre de nos députés et sénateurs. Il est toujours en montée dans tous les critères de confiance, de solidité, toutes qualités pour en faire le meilleur Président, mais les sondages ne suivent toujours pas dans les intentions de vote, il est temps pour lui de renverser la table, de fendre l'Armure comme on dit, et aussi que les Français se réveillent enfin de leurs cauchemards sur les autres choix possibles pour que F.Bayrou puise enfin la troisième fois transcender sa popularité en élection, si ce devait cette fois-ci être enfin son heure.

JL Mélanchon, lui, par une campagne très virulente se fait bien entendre, il veut même prendre la Bastille demain. Il risque, malgré son positionnement clair en seconde division, s'il fait au moins 10% des suffrages d'obliger Hollande à un choix clair entre tenter de se rallier le Centre ou la Gauche de la gauche au second tour, voire pire, véritable tsunami Politique si c'était le cas d'éliminer ou faire indirectement éliminer purement et simplement le candidat du PS du second tour si celui-ci ne devenait pas plus offensif.

Bref, le chiffre clef est 2/3 d'indécis, avec de brusques changements de résultats entre tous les instituts de sondages d'un jour à l'autre, rien n'est du tout joué à la veille de l'égalité des temps de parole entre les 10 ou 11 qualifiés pour concourir ce qui ferme du temps d'antennes en particulier pour F.Hollande ou UMP et PS avaient un 60% de temps d'antenne, ne représentant que 47% de votants au premier tour de 2007, donc tout peut encore arriver dans une élection atypique ! A nos Campagnes, et à nos votes pour le 1er tour le 22 Avril !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND