GBA92
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 mai 2013

En pleine crise, Médiapart va-t-il se défiler encore longtemps sur le sujet économique ?

GBA92
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment réconcilier deux franges dogmatiquement opposées de la société française sur un sujet pourtant nettement posé mais qui ne fait pas consensus faute d’un vrai débat ?

Je veux évoquer les positions antinomiques de ceux qui prônent l’avènement d’un nouveau temps où nous éradiquerions nos dettes d’un simple trait de plume, où l’on pourrait garder un modèle social cher sans être obligés en aucune manière de nous comporter en fourmis, juste en prenant l’argent là où il est supposé être, dans la poche de quelques-uns censés pouvoir renflouer tout un pays à quelques-uns, où une élection serait suffisante à permettre cela, et d’un autre côté la position réformiste des partis de gouvernement qui contrairement aux précédents prônent eux la réduction de nos dépenses publiques pour reprendre la main sur notre budget pour assurer une continuité vers un temps où nous ne serions pas obligés comme aujourd’hui de faire lever à France-Trésor bon an mal an 500 millions à un milliard d’€/jour pour payer notre sécu et les fonctionnaires et pensionnés de l’Etat.

Je n’ai volontairement pas cité de noms pour dépassionner un débat que Médiapart n’a jamais clairement voulu lancer avant l’élection de François Hollande, et je le regrette, ceci aurait permis de confronter des avis dont on n’entend jamais l’expression sur Médiapart, Médiapart se contentant de citer les économistes atterrés et de cracher sur l’école des économistes de Paris tout en indiquant que l’école de Toulouse serait la meilleure sans qu’on n’ait le moindre élément à croquer sous la dent, et je dois dire que la ligne éditoriale de Médiapart n’est pas du tout limpide, qu’y a-t-il de commun entre un Philippe Ries et un Laurent Mauduit ? Rien. Et rien ne permet de penser que Médiapart prendra un jour les rennes du combat salutaire pour le pays que de répondre à cette question, car cette question est la plus importante qui soit.

Pourrions-nous rêver avoir enfin un véritable débat où chacun des deux camps explicités dans ma courte introduction serait invité et serait « obligé » de pousser des raisonnement finis dans le sens qu’il serait obligé de répondre jusqu’au bout de ses arguments dans un véritable débat d’idée qui n’a toujours eu lieu nulle part. Laurent Mauduit me l’avait promis pour avant la campagne de 2012 et il y a eu une vraie pantalonnade à la place, avec des débats en forme de monologues successifs d’une pensée unique du premier courant que je citais en introduction, et dont la forme ne répondait absolument pas à la complexité du sujet adressé. Allez-vous donc enfin oui ou non inviter tout le monde et enfin le faire ce débat ? Ou continuerez-vous à faire sur l’économie ce que vous reprochez au reste de la presse de faire sur les affaires, des commentaires, des émissions d’opinions ?

Pour élaguer un tant soit peu le sujet, je vais tenter ici de citer quelques points principaux à prendre en compte en préambule d’un tel débat si tant est qu’on le veuille… on est si bien entre soi.

Les données clés

-          PIB de la France à environ 1700 Mds d’€

-          Pas un seul budget voté à l’équilibre depuis 1974

-          1800 Mds d’€ d’endettement public soit 94% du PIB d’endettement public  (1200 Mds et 64% du PIB en 2007) cf. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dettepubliqueetpolitique.JPG on devrait être au maximum à 60% du PIB

-          Il faut ajouter au déficit précédent entre 800 et 1000 Mds d’€ des retraites dues aux agents de l’Etat, montant non inclus au chiffre précédent, mettant ainsi le montant de notre endettement réel à 2800 Mds d’€.

-          Dette à 60% extérieure

-          Patrimoine évalué des administrations publiques de 420 Mds d’€.

-          Plus de 70 Mds d’€ de déficit commercial. Balance des paiements forcément aussi très déficitaire

-          Retard de 2 ans dans l’objectif de retour immédiat à un déficit de 3% et on est à 4,8%

-          24 Mds d’€ de déficit annuel de nos comptes sociaux

-          50 000 chômeurs de plus par mois en France continument depuis deux ans

-          Chômage à 10% de la population active (3 millions CatA)

-          Capitalisation boursière du CAC40 1300 Mds d’€

-          Somme des Salaires des dirigeants du CAC40 : 165 millions d’€

-          Dividendes totaux versés aux actionnaires des valeurs du CAC40 entre 65 Mds d’€ et 100 Mds d’€ par an

-          Budget annuel du remboursement de la dette est de 100 Mds d’€ pour le capital venant à échéance,  de 50 Mds d’€ pour les seuls intérêts, et il faut lever environ 220 Mds d’€ chaque année pour notre train de vie.

-          Rentrées fiscales totales de 422Mds d’€ dont 130 Mds d’€ pour la TVA, 88 Mds pour la CSG, 40 Mds pour l’IS et 50 Mds pour l’IR.

-          Fiscalité à 47% du PIB contre 37% en moyenne de -10% ailleurs, notons que nous sommes un pays où l’impôt est cher pour un service public identique …

Le contexte politique en 2013

Les questions économiques ont été pour la seconde fois successivement en 2012 après que ce fût aussi le cas en 2007 hors du cœur du débat de la présidentielle, les candidats PS et UMP ont de manière désinvolte une fois de plus parlé de revenir à 3% de déficit budgétaire en 2 ans sans en détailler une seule mesure.

Une fois élu sur beaucoup de silences, il est politiquement maintenant très difficile à François Hollande de faire des réformes structurelles non faites depuis des décennies sans doute encore pour des décennies. La crise ne fait pas que la croissance vienne cycliquement comme ce fût le cas précédemment, rien ne le prouve, et d’ailleurs elle ne vient pas. Il semble que François Hollande parie sur un retour à cette croissance sans rien faire de structurel, c’est sans doute une grave erreur et un piège pour la France.

Après un an d’installation au pouvoir de ce gouvernement il nous faut ce débat, aurez-vous enfin l’audace de vous y coller ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage en comparution immédiate.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat