GBA92
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 janv. 2012

N.Sarkozy réélu pour un 2nd mandat signifierait l'anarchie programmée pour cause de guerre de succession immédiate pour 2017

GBA92
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonsoir,

Le changement de durée et la limitation à 2 mandats présidentiels successifs de 5 ans, soit 10 ans de mandat au total, aura des effets sur cette campagne de 2012, c'est la première fois qu'un président sortant est (on le croit) en lice avec ce nouveau règlement, et je suis très surpris que personne n'ait encore posé ce point crucial sur la table.

Je m'y lance.

Du fait que Mr Sarkozy soit un bonapartiste, ayant tenu sa majorité totalement sous contrôle pendant 5 ans, ce qui pose d'ailleurs un problème démocratique non encore résolu en France où Droite (UMP) et Gauche (PS) votent au Parlement toujours comme un seul homme camp contre camp, ce qui n'est en rien respectueux du principe de l'indépendance de vote des parlementaires qui devraient se prononcer en conscience sujet par sujet pour bien faire la Loi, soit sans consigne de vote par leurs partis d'appartenance. Il convient de bien mesurer la signification qu'une réélection de Nicolas Sarkozy impliquerait dans le comportement post-électoral de sa majorité.

Vu le caractère du personnage Nicolas Sarkozy, celui de son entourage et le mode de gouvernance choisi pendant 5 ans, celui de la terreur, il est extrêmement probable qu'une fois réélu, comme le soufflet raté sorti triomphalement du four par la cuisinière, il ne s'applatisse aussi lamentablement en à peine quelques semaines face à la course à sa succession pour l'investiture à suivre de 2017, par exemple je pense à une guerre multipartite Copé - Fillon - Bertrand - autres... , entre personnalités fortes qui bien que dans le même parti politique se détestent foncièrement et dont l'accession à la magistrature suprême serait pour elles l'accès à un pouvoir si convoité.

Je pense donc qu'une telle réélection ne serait-ce que pour cette simple raison ne serait pas un bien pour le pays, que son second mandat serait proprement bloqué de toute avancées possibles sur quelque sujet que ce soit face au désordre succédant à sa mainmise absolutiste sur les parlementaires de son camp lors de son premier mandat aujourd'hui finissant.

Au pouvoir autocratique d'un seul peut succéder son antidote, l'anarchisme le plus abouti, même avec le même chef, le même camp et tous les même acteurs dans un Acte II, souvent en politique les contraires se rejoignent.

Je prétends donc au fil de cette réflexion qu'au lendemain de sa réélection, un Président ayant gouverné par la terreur, réélu mais sans possibilité d'effectuer un autre mandat par la suite serait rendu impuissant comme le roi nu.

Ravi de pouvoir échanger sur ce sujet avec vous tous, et avant qu'il ne se déclare, donc à vos commentaires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart