Arrestation en Chine du Professeur Ilham Tohti

Nous avons appris l’arrestation officielle de Ilham Tohti, professeur d’économie reconnu de l’Université centrale des nationalités (中央民族大学).  Il est formellement accusé de tentative de sécession et ce crime est passible, dans le pire des cas, de la peine de mort. Bien qu’il s’exprime très régulièrement pour défendre les droits de la minorité ouigoure au Xinjiang et questionne la politique de l’administration centrale dans cette région, Ilham Tohti n’a jamais cautionné la violence ni défendu l’indépendance du Xinjiang ou toute autre forme de séparatisme. Les critiques et les propositions énoncées par Ilham Tohti s’appuient sur sa recherche scientifique et sont menées avec la plus grande rigueur. De même, à travers son site « Uyghurs online », il œuvre depuis de nombreuses années pour créer un espace de dialogue entre la majorité Han et les Ouigours. A travers des échanges d’étudiants, des cotutelles de thèses et des projets de recherches en commun, notre université est un partenaire de longue date de l’Université centrale des nationalités, établissement reconnu pour son excellence scientifique. Pour toutes ces raisons, nous souhaitons attirer l’attention sur la situation préoccupante de ce collègue. Cette affaire révèle une violation inacceptable de l’autonomie intellectuelle des universitaires et, plus largement, de la liberté d’expression.

Gregory B. Lee, Directeur du département des Etudes chinoises, Lyon 3
Claire Dodane, Directrice de l’Institut des Etudes Transtextuelles et Transculturelles, Lyon 3
Florent Villard, Directeur-adjoint de l’Institut des Etudes Transtextuelles et Transculturelles, Lyon 3

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.