Ecole Du Breuil, la dernière bataille !

Dernière ligne droite pour le changement de statut de l'Ecole Du Breuil. La création de la Régie Personnalisée École Du Breuil sera soumise au vote du Conseil de Paris à l'occasion de la séance qui se déroulera du lundi 2 au mercredi 4 juillet 2018. .

ecole-palmier

 

Malgré l'opposition très majoritaire du personnel à ce projet qui fragilise son statut et les nombreux vœux d'élus (communistes, écologistes, France Insoumise, socialistes et même de la droite et du centre), demandant son ajournement, la Maire de Paris s'acharne à vouloir passer en force.

Le comité de soutien pour une École Du Breuil 100 % publique Ville de Paris remercie les plus de 3000 signataires de sa pétition  (avec les signatures papiers) Pour l’École Du Breuil 100 % publique Ville de Paris. Notre combat n'aura pas été inutile et aura permis d'éveiller la vigilance des personnels et des usagers des services publics parisiens sur la menace que laisse planer sur eux l'actuelle majorité municipale.

DECLARATION DE LA CGT SUR L’ ECOLE DU BREUIL

Mardi 19 juin 2018, le projet finalisé de la réforme de l’école Du Breuil est passé au Comité Technique Central de la Ville de Paris pour avis des organisations syndicales avant son passage au vote du Conseil de Paris le 2 juillet 2018.
Comme lors du CT de la Direction des Espaces Verts et de l'Environnement (DEVE), non seulement aucune organisation syndicale n’a voté pour mais l’opposition au projet s’est renforcée puisque cinq syndicats sur sept ont voté clairement contre (CGT, UNSA, CFDT, SUPAP-FSU et FO) ; deux se sont abstenus (UCP et CFTC).
Pour rappel, lors du CT de la DEVE du 29 mai 2018, deux syndicats avaient voté contre (CGT et UNSA) les cinq autres s’étaient abstenus.
Le projet de création de la transformation de l’école Du Breuil en Régie Personnalisée a donc reçu un avis défavorable cinglant des représentants du personnel. Contrairement à ce que ne cesse de clamer Mme Pénélope Komités, Adjointe à la Maire de Paris, chargée des espaces verts et la Direction de la DEVE, il n’y a donc pas de large consensus ni de la part du personnel ni de ses organisations représentatives pour ce changement de statut.
Néanmoins le Comité Technique Central n’est qu’une instance consultative, l’administration prend note que nous ne sommes pas d’accord… mais c’est la mairie qui décide. Le dossier dépendra donc maintenant du vote des conseillers de Paris. Plusieurs d’entre eux ont déjà rédigé un vœu demandant l’ajournement du projet considérant qu’il n’est pas assez finalisé, en particulier concernant les moyens financiers .
Lors de ce CT central, notre délégué, agent de l’Ecole Du Breuil désigné comme expert par la CGT a relu la déclaration préalable de la CGT réaffirmant son opposition au projet ; il a par ailleurs rappelé l’atmosphère délétère qui règne depuis deux ans à l’école, depuis que la maire de Paris tente d’imposer par la force ce changement de statut malgré l’opposition très majoritaire des personnels (Référendum, grève et pétition pour le retrait du projet largement soutenus). Malgré la fausse concertation organisée par la direction qui met le personnel sous pression, ce dernier n’a pas varié sur son opposition au projet qui remet en cause la pérennité des formations ainsi qu’ à terme le statut des agents ; ce projet est néfaste pour l’avenir de l’école et des services publics parisiens en général.
L’équipe projet en place depuis un ans pour la mise en œuvre de la réforme, a profondément désorganisé l’école, entrainant la démission de plusieurs cadres (2 directeurs des études et 1 adjoint, 1 responsable des travaux, 1 responsable de la communication) et plusieurs jardiniers. Au lieu d’assurer la mission d’une école qui est de dispenser un savoir à des étudiants, elle a multiplié les réunions de fausses concertations en tentant d’associer contre son gré le personnel de l’école au projet EDB demain, ce qui a conduit à la création de clans. Et cela au détriment des tâches au quotidien : l’enseignement et le recrutement des élèves.
L’élue de tutelle et la Direction de la DEVE n’ont eu de cesse de mettre de l’huile sur le feu en brandissant la menace d’une fermeture de l’école si son personnel n’adhérait pas au projet. Malgré ce chantage et la désorganisation organisée, le personnel s’est mobilisé pour assurer la bonne marche de l’école et le recrutement des futurs étudiants et apprentis et assurer la rentrée prochaine dans les meilleurs conditions.
Comme la CGT, les autres organisations syndicales ont souligné les incohérences et le flou artistique du projet. Pas d’engagement sur les travaux pourtant impératifs pour que l’école puisse relever la concurrence des autres établissements en Ile de France, tous récemment modernisés. Création de postes en demi teinte, budget insuffisant faisant craindre pour l’avenir.
Tout comme la CGT d’autres syndicats déplorent qu’un projet alternatif maintenant l’École dans la DEVE n’ait pas été envisagé ce qui par ailleurs laisse inquiet sur l’avenir d’autres services de la Ville .

Quelque soit l’avenir de l’Ecole Du Breuil, la CGT continuera à se battre pour un enseignement public de qualité, pour le statut des agents et pour leurs conditions de travail.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.