Creuse, vieille taupe !

Ça urge !

"Après avoir travaillé comme une taupe, l'esprit peut finalement secouer la croûte terrestre qui le séparait de son soleil, de son concept".

Dans ses "leçons pour l'histoire de la philosophie", le philosophe allemand Hegel nous invite à penser notre histoire en terme de sauts, de ruptures, et non de gradualité. Ce penseur de la logique dialectique considère que le travail de sape, souterrain, de l'esprit (Hegel se situe dans la lignée des philosophes idéalistes) permet, lorsque l'édifice de la société ancienne est vermoulu, des bouleversements radicaux, révolutionnaires.

Marx reprendra l'image de cette taupe qui, chez lui, aiguisera les contradictions entre le développement des forces productives et l'ensemble des discours et institutions constituant "l'idéologie" d'un mode de production historiquement défini (justice, éducation, religions, etc), jusqu'à ce que l'idéologie entrave à ce point les forces productives qu'une rupture soit inévitable. 

Rien de mécaniquement positif dans cet entrelacs d'allers- retours entre ces deux instances qui doit être pensé et investi dans le cadre d'une téléologie révolutionnaire, émancipatrice.

Si la révolution de 1917 souffrait de l'insuffisant niveau des forces productives (population essentiellement paysanne peu éduquée, industrie embryonnaire et à capitaux étrangers, faible développement scientifique, etc.) pour atteindre l'objectif fixé, la société communiste, la taupe avait malgré tout permis à la théorie révolutionnaire léniniste de mettre à bas l'édifice vermoulu de la féodalité tsariste.

Aujourd'hui, le niveau inouï de développement des sciences et des techniques, le niveau de qualification de la main-d'œuvre, le savoir accumulé au niveau mondial, l'aspiration à une vie en cohérence avec les possibles de notre période, se heurtent à un dispositif idéologique prônant et défendant un ordre social inégalitaire et de soumission par la violence. La taupe est-elle en action pour nous tirer de cette contradiction mortifère?

Allons-nous l'aider à bazarder cet édifice qui abritent les mites qui nous dévorent tout du long?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.