De Cohn Bendit à Le Pen, la boucle sera-t-elle bouclée?

In memoriam Michel Clouscard

Extraits d'une conférence de Michel Clouscard (1928-2009).

"En mai 68, un psychodrame s'est joué au sommet de l'Etat. Il révéla à l'évidence les enjeux de l'histoire incarnée selon trois rôles mythiques: le père sévère (De Gaulle), l'enfant terrible (Cohn Bendit), le libéral débonnaire (Pompidou). C'est l'affrontement des trois situations de la bourgeoisie, des trois systèmes idéologiques possibles. En scène, la vieille France, vertueuse, issue de la victoire sur le fascisme, et d'autre part la nouvelle France qui se cherchait et qui s'est accomplie dans la synthèse d'un libéralisme ô combien répressif dans l'acte de produire et ô combien permissif dans l'acte de consommer. Il a donc fallu l'alliance sournoise du libéral et du libertaire pour liquider le Vieux qui a dû s'en aller. Après ce meurtre rituel du père, a été accordée au sommet par l'Etat la permission du permissif qui a donné accès au marché du désir." (extrait de l'ouvrage "Néofascisme et idéologie du désir" 1972!)

"Avant les trente honteuses, la société était organisée, on le sait, selon cette dualité: classe ouvrière exploitée et bourgeoisie potentiellement ou réellement consommatrice. Les uns produisaient sans jouir, les autres pouvaient jouir sans produire. Le déferlement des nouvelles couches moyennes a bouleversé cette répartition conflictuelle, de classe. Maintenant le conflit est dans les têtes, intériorisé. C'est la nouvelle structure de la conscience et de l'inconscient. Ce sont les mêmes qui tantôt travaillent et tantôt consomment, selon les incontournables modèles de l'exploitation du travailleur et de la permissivité du temps libre, de la consommation libidinale, ludique, marginale. Tantôt esclaves, tantôt maîtres du monde. Alors s'opère un dédoublement schizophrénique, une causalité folle. Pour jouir, je m'exploite moi-même. "Je" est un autre, mon contraire, mon patron. Cette névrose objective couronne la libéralisation des mœurs.

Le néofascisme sera l'ultime expression du libéralisme social libertaire, de l'ensemble qui commence en mai 68. Sa spécificité tient dans cette formule: "tout est permis mais rien n'est possible". A la permissivité de l'abondance, de la croissance, des nouveaux modèles de consommation succède l'interdit de la crise, de la pénurie, de la paupérisation absolue. Ces deux composantes historiques fusionnent dans les têtes, dans les esprits, créant ainsi les conditions subjectives du néofascisme.

De Cohn Bendit à Le Pen, la boucle est bouclée. Voici venu le temps des revenchards."

Quelle actualité de textes ecrits dans les années 70...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.