Ces vies qui ne ne valent rien

1146 noyés en 6mois!

"Le nombre de migrants morts en mer en tentant de rejoindre l’Europe a doublé en un an

Selon les statistiques publiées par l’OIM, au moins 1 146 personnes sont mortes en mer au cours du premier semestre 2021. En 2020, 513 avaient péri au cours de la même période." (le monde.fr)

De cet article du Monde/AFP qui présente froidement ces chiffres de l'ONU, sans analyse politique des responsabilités de l'UE, on peut, me semble-t-il et une fois de plus, mesurer le cynisme de la réalité de nos sociétés. Au moment où l'un de nos prédateurs nationaux (Arnault) est devenu pour quelques temps première fortune mondiale (en partie grâce à nos impôts...), ou des millions de braves gens s'enflamment (et pour certains se gavent de bières et de propos racistes) devant le sport-fric, où des politiciens qui ne représentent qu'eux mêmes captent l'attention des médias pour leur "primaires" ou autre diversion médiatique, des désespérés se noient pour échapper à leur conditions de vie! Ironie tragique.

Cette société qui n'a que les mots liberté individuelle et initiative personnelle à la bouche, crée les conditions concrètes de la mort dans l'indifférence quasi générale, de ceux qui subissent les conséquences de cette liberté d'exploiter et de prendre des initiatives criminelles qui est le privilège d'une poignée de prédateurs, protégés par les appareils d'état à leur service. La France, de ce point de vue, n'est pas en reste!

La société du spectacle s'y entend pour faire diversion et chatouiller le principe de plaisir immédiat des populations. Tout y passe, du fait divers ignoble ressassé par les journaux, le voyeurisme télévisuel, la désinformation et la peur instillées au quotidien, la xénophobie et le racisme portés en bandoulière par éditorialistes et politiques mêlés, la vielle recette "pain et jeux" actualisée sans cesse...

Sommes-nous aliénés à ce point que nous ne puissions plus nous révolter face aux turpitudes de ce système capitaliste qui tue sous nos yeux?

Allons-nous laisser éternellement ces prédateurs et leurs collabos décider de nos vies et de la mort d'autrui au nom de principes qu'ils bafouent pour s'enrichir?

S'indigner ne suffit pas, se révolter ne suffit plus!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.