de LOTHROP STODDARD à ZEMMOUR

ou la ballade des gens haineux

L'histoire des idées, même les plus nauséabondes, ne se déroule pas de manière autonome, en apesanteur. Elle est au contraire solidement ancrée dans les convulsions et contradictions des sociétés qui produisent des discours idéologiques visant à justifier les rapports de pouvoir, de propriété, caractérisant chaque stade de l'évolution des organisations sociales. Les porteurs de la parole raciste sont à la fois au diapason des forces économiques et politiques cherchant des alliés dans leur conservation du pouvoir et héritiers de prosateurs de la haine ayant en leur temps servi les forces dominantes d'alors.

Il en est ainsi du personnage Zemmour et de ses semblables dans l'ordre de l'ignoble. Peu connu du grand public, l'américain Lothrop Stoddard au début du 20ème siècle, théorisait le racisme comme fait de nature, héritier en cela du français Gobineau. Le philosophe nazi Heidegger, imitant en cela un autre philosophe allemand Nietzsche partisan de l'esclavage, déniait le statut d'humain à quantité d'hommes et de femmes. Le nazisme s'appuyant sur l'ensemble de ces esprits des ténèbres et sur la notion de germanité pure menacée, comme d'autres agitent le spectre d'un "grand remplacement" fantasmé, a mené au bout ces constructions de pensée.

Les périodes de crise économique et plus spécifiquement la période actuelle de crise générale sur les plans économique, moral, politique, écologique, favorisent la production de discours idéologiques visant à détourner le public des causes réelles de ses tourments. Le recours au bouc émissaire est un classique dans ce cas. Cela ne va pas sans contradictions à un certain développement du niveau de connaissances requis par le développement scientifique et technique de l'appareil productif et l'exigence d'autonomie et d'initiative des salariés. D'où le recours à d'autres dispositifs idéologiques complémentaires pour public ciblé, les "sciences cognitives" comme supplétifs "savants" aux discours trop visiblement racistes. L'objectif est le même, justifier les inégalités sociales existantes, mais le procédé paraît plus élégant pour les intellects éduqués.

La bourgeoisie a toujours plus d'un discours, d'un candidat, d'une matraque idéologique ou pas, dans son sac pour que "tout change afin que rien ne change"!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.