Démocratie croissance zéro!

L'extrème-centre qui gouverne le pays menace les libertés fondamentales de notre République

Nouvel avatar de la contre-révolution qui, depuis thermidor, n'en finit pas d'en finir avec les fondements de notre République, l'extrème-centre, qui impose son ordre réactionnaire depuis le fumeux épisode "libéral-libertaire" de 1968, s'attaque aujourd'hui frontalement aux libertés individuelles et collectives.

Après l'introduction dans le droit commun de l'état d'exception sécuritaire, voici le projet d'introduction dans le droit commun de l'état d'exception sanitaire. Le domaine des libertés civiles, déjà trop souvent formel pour les moins fortunés, se réduit comme peau de chagrin. La force policière brutale servant dans ce contexte à convaincre la population à renoncer à toute vélleité de contestation.

La "post modernité" portée en 1968 et après par qui se prétendaient à gauche du parti communiste et qui étaient en fait à droite de De Gaulle! La cible était bel et bien le programme du Conseil National de la Résistance. Que l'on mesure les méfaits de cet extrème-centre qui a emboité le pas à l'austérité néo-libérale de Thatcher et Reagan, a démonté pierre par pierre le droit du travail, a renoncé à l'indépendance du pays en adhérant à l'O.T.A.N., a contourné le refus populaire exprimé par référendum de la constitution néo-libérale européenne, a détourné des milliards d'euros de cotisations sociales et d'impôts collectifs au profit exclusif d'entreprises côtées en bourse et d'actionnaires privés, qui a mené des guerres aux motifs innommables, a réduit 10 millions de personnes à l'état de pauvreté...

La sidération qui semble frapper une trop grande partie de la population doit céder la place à une mobilisation active de tous les démocrates. L'extrème-centre liberticide, n'ayant pour boussole que la défense des intérêts financiers de ses mandants, avance masqué depuis des années sous bien des sigles politiques: FN/UMP/RN/LR/UDI/PS/Centristes "modérés"/Communistes centro-compatibles/etc. Pourtant, au sein de tous ces "courants" la conscience du pire est en train de prendre corps. La contre-révolution accompagne la révolution et...la précède. Souhaitons que cette dernière advienne rapidement et sous des formes non violentes.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.